EXCLUSIVITÉSRapportsRapports Infos d’ALAHED:Une journaliste US à Al-Ahed: l’Arabie et «Israël» sont presque pareils

Please Wait...

Une journaliste US à Al-Ahed: l’Arabie et «Israël» sont presque pareils

folder_openRapports access_timedepuis un mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Le correspondant d’Al-Ahed

C’est l’interprétation pratique du proverbe anglais «Money Talks»: cela signifie un royaume qui continue à massacrer les enfants du Yémen et à transformer ses femmes et ses étudiants en cadavres brûlés, une monarchie dont les dirigeants ont éliminé un journaliste en le transformant en morceaux. Cela signifie également exécuter 27 citoyens saoudiens dans un bain de sang horrible pour s'être simplement opposés aux règles de «leurs majestés» sans être punis.

Washington - La journaliste américaine Janice Kortkamp a dénoncé les exécutions portées par l'Arabie saoudite contre 37 civils condamnées pour «terrorisme».

 Dans une interview exclusive avec le site Al-Ahed, Kortkamp a déclaré qu'elle n’avait «aucun doute que ces prisonniers avaient été torturés et avaient souffert au-delà de tout ce que je peux imaginer avant d'être exécutés».

Kortkamp a en outre déclaré que «selon les autorités saoudiennes, la taxe de «terrorisme» renferme toute forme de dissidence politique ou religieuse».

Parallèlement, elle a déploré le fait que le royaume saoudien et «Israël» utilisent tous deux cet alibi de terrorisme pour justifier leurs actes.

«Les Israéliens tentent de légitimer leurs atrocités quotidiennes contre les Palestiniens, en accusant même les bébés de terrorisme».

«Alors que les Saoudiens soutiennent et déclarent ouvertement leur alliance avec Israël», il est très probable à mon avis que nous assistons à une plus grande persécution de la minorité chiite et très probablement à des actions visant à faire «un nettoyage ethnique, tout comme les sionistes qui purifient ethniquement la Palestine», a déclaré Kortkamp.

«MBS semble suivre la tradition punitive d’Al Saoud contre toute forme d'opposition à cette tyrannie».

En outre, la journaliste américaine a fait remarquer que «le manque de libertés pour les minorités religieuses, les femmes et les dissidents politiques» est une violation flagrante des droits de l'homme en Arabie saoudite.

Interrogée si les autorités américaines avaient été avisées par les autorités saoudiennes avant les exécutions, Kortkamp a affirmé : «Je suis sûre qu'elles en avaient connaissance… le président américain Donald Trump, à l'instar des anciens présidents américains et d'autres dirigeants occidentaux, continue de protéger, défendre, assister - et souvent de contrôler- les Saoudiens, les dictateurs absolus».

De plus, elle a minimisé les préoccupations prononcées par Trump concernant les violations des droits de l'homme et l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi. «Trump se fichait de Khashoggi et il a prouvé qu'il ne s'inquiétait pas pour le Yémen en opposant son veto au projet de loi bipartite finalement adopté par le Congrès pour mettre fin à notre participation», a-t-elle ajouté.

Notant que «le seul espoir que j’ai pour l'Amérique, est que suffisamment de gens se fâchent contre ces politiques et exigent un changement».

La journaliste a rappelé qu'Amnesty International avait critiqué l’escalade des peines de mort en Arabie Saoudite. Toutefois, elle a précisé «qu'Amnesty International n'a aucune crédibilité personnelle, car j'ai vu comment ils ont fabriqué des informations pendant la guerre contre la Syrie et ont prouvé que, dans ce conflit, ils étaient totalement biaisés en faveur des forces armées occidentales soutenues par l'Occident.»

«Ils cherchent à être considérés comme un organisme de surveillance valide et neutre des violations des droits de l'homme en rendant compte et en condamnant de telles choses, mais, tout comme les médias occidentaux traditionnels, ils sont maintenant dénoncés».

 

 

 

Comments

// -0.124238