ACTUALITÉSAsieAsie Infos d’ALAHED:Kim a invité Trump à Pyongyang et se rendra aux USA

Please Wait...

Kim a invité Trump à Pyongyang et se rendra aux USA

folder_openAsie access_timedepuis 4 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Le président américain Donald Trump a accepté l’invitation de Kim Jong-un de se rendre en Corée du Nord, alors que le dirigeant nord-coréen a accepté d’effectuer une visite aux États-Unis.

Kim a invité Trump à Pyongyang et se rendra aux USA

Dans son premier compte rendu du sommet de Singapour, l’agence KCNA a estimé que cette rencontre sans précédent ouvrait la voie à «un tournant radical» dans des relations entre Pyongyang et Washington marquées jusque-là par une hostilité réciproque.

«Kim Jong-un a invité M. Trump à se rendre à Pyongyang à une date qui lui convient, alors que le M. Trump a invité Kim Jong-un aux États-Unis. Persuadés que cela sera un nouveau événement important dans les relations entre les deux pays, les deux chefs d'État ont accepté volontiers leurs invitations réciproques», a indiqué l'agence.

Le premier sommet américano-nord-coréen s'est déroulé le 12 juin à Singapour. Trump et Kim ont signé un document où Washington s'engage à donner des garanties de sécurité à la Corée du Nord et Pyongyang réaffirme son attachement à une «dénucléarisation complète de la péninsule coréenne». Dans le même temps, l'accord n'insiste pas sur un renoncement complet, irréversible et garanti aux armes nucléaires et sur la destruction des missiles balistiques intercontinentaux.

Les États-Unis et la Corée du Nord ont en outre décidé de tenir au plus vite une rencontre des ministres des Affaires étrangères pour discuter de la réalisation des ententes intervenues à Singapour.


Malgré son retentissement, le sommet a apporté peu de précisions sur le sujet central, la dénucléarisation de la Corée du Nord.

M. Kim s’est une nouvelle fois dit engagé en faveur de « la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne ». Mais cette formule adoptée par Pyongyang est loin de correspondre aux exigences avancées depuis longtemps par les États-Unis, pour lesquels une dénucléarisation nord-coréenne, en plus d’être « complète », devra aussi être « vérifiable » et « irréversible ».

Fin des manœuvres avec Séoul

Dans son compte rendu de mercredi, KCNA a souligné l’importance d’un abaissement des tensions de la part des deux parties.

Selon l’agence, «Kim Jong-un a déclaré qu’afin d’établir la paix et la stabilité dans la péninsule coréenne et de réaliser sa dénucléarisation, les deux pays doivent s’engager à s’abstenir de créer des antagonismes» entre eux.

Pyongyang a des raisons d’être satisfait de l’événement de Singapour, qui constitue un grand succès pour un régime très isolé, soumis à de lourdes sanctions internationales et désireux depuis longtemps obtenir une légitimité.

Lors d’une spectaculaire conférence de presse après le sommet, Donald Trump a annoncé que les États-Unis allaient cesser leurs manœuvres militaires conjointes avec la Corée du Sud, qu’il a lui-même qualifiées de «très provocatrices» envers le Nord.

Pyongyang exigeait depuis longtemps le gel de ces exercices militaires, perçus comme des préparatifs à une invasion militaire de la Corée du Nord.

Près de 30 000 soldats américains sont stationnés en Corée du Sud pour protéger ce pays allié des États-Unis de son voisin du Nord.

«Alors que nous sommes en train de négocier un accord global, très complet, je crois qu’il n’est pas approprié d’avoir des exercices militaires», a déclaré Trump, ajoutant que cela permettrait d’«économiser beaucoup d’argent».

Séoul et le commandement militaire américain en Corée du Sud ont souligné qu’ils n’avaient pas été prévenus à l’avance de cette annonce du président Trump.

Selon KCNA, le président américain s’est engagé à mettre fin à ces manœuvres conjointes au cours de son sommet avec Kim.

Source: agences et rédaction

Comments

// -0.668353