Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

Une explosion dans un café de la capitale de l’Azerbaïdjan fait 2 morts et 2 blessés Reprise de l’opération anti-«Daech» dans le sud de Damas après une trêve humanitaire Catalogne: Madrid reconnaît le président, refuse de valider la composition de l’exécutif Des dépôts de munitions de l’Otan découverts à Homs, libérée des terroristes Maroc: défilé à Casablanca contre le transfert de l’ambassade US à al-Qods Le prisonnier maqdessi Aziz Oweisat tombe en martyre dans un hôpital israélien Italie: la Ligue annonce un accord sur le chef du gouvernement A al-Qods occupée, les jeûneurs boycottent les Emirats arabes unis Le Paraguay, 3e pays à inaugurer son ambassade à al-Qods occupée L’Iran restera dans l’accord si l’UE assure la compensation des pertes infligées par les sanctions US France: entre 1.500 et 2.500 manifestants pro-palestiniens rassemblés à Strasbourg «Israël» reconnaît la puissance des missiles yéménites Irak: Le président US cherche à piller les richesses du Moyen-Orient, dit Jaafari Accord nucléaire: l’Iran juge les promesses de l’UE insuffisantes Venezuela: Maduro réélu jusqu’en 2025 Rohani: L’Iran a déjoué un complot américain majeur Brusque escalade militaire en Syrie: Des cibles israéliennes sensibles dans le Golan frappées
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> LE HEZBOLLAH >> SG >> Résumés des discours

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

L'équipe du site

Le secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasallah a prononcé un discours télévisé au lendemain de la tenue du scrutin électoral. Voici les idées essentielles de son discours:

"Que la paix de Dieu soit sur vous. Je voudrais parler des élections et des résultats. Je vais commencer par décrire et présenter les faits, faire une lecture préliminaire, dire ce qui est nécessaire et remercier tous ceux qui ont été fidèles.

La tenue du scrutin après neuf ans, après plusieurs prolongations du mandat du Parlement, est un exploit majeur national pour le pays, le mandat du président Michel Aoun, le gouvernement actuel et les forces politiques qui ont œuvré ensemble pour la tenue du scrutin.

Tel est le premier fait positif. Le deuxième fait positif est représenté par la loi électorale elle-même. Cette loi a accordé l'occasion à plusieurs forces pour participer et réussir. Certes, il existe des points à revoir dans le texte de cette loi. Le parlement et le gouvernement ont le droit d'étudier certains points mais il n'est pas permis de revenir en arrière, car cette loi permet une représentativité plus juste et équitable.

D'aucuns prétendent que l'objectif de ce scrutin est d'exclure certaines forces. Ceci n'est pas vrai, puisque la loi proportionnelle n'exclut personne. Elle modifie un peu la représentativité mais il est impossible qu'elle écarte une force quelconque.

Le troisième point positif est celui de la situation sécuritaire calme et stable alors que la région souffre de l'insécurité. L'Etat et les institutions militaires ont réussi à protéger la sécurité. Pendant les campagnes électorales, nous avons vu des personnalités politiques qui prétendaient être menacées sur le plan sécuritaire mais qui se déplaçaient librement dans tout le pays. Je suis le seul à ne pas pouvoir me déplacer en raison du facteur israélien. Nous devons tous apprécier cette grâce de la sécurité.

Quand j'ai annoncé le programme électoral, j'ai mis 'accent sur deux points: une forte présence parlementaire pour assurer la protection politique à la résistance et la protection de l'équation en or peuple-armée-résistance. En réussissant à former un bloc parlementaire imposant, nous serons capables de combattre la corruption et de mettre en œuvre les projets de développement.

En général, les résultats globaux de ces élections nous permettent de constater que nous avons pu réaliser notre objectif. On est hautement rassuré face à notre forte présence au Parlement. La composition du nouveau parlement constitue une garantie à ce choix stratégique. L'équation en or est la seule capable de protéger le pays face aux dangers qui le guettent.

Je peux le confirmer: le nouveau parlement renferme es forces politiques imposantes capables e protéger ce choix stratégique pour lequel nos partisans ont voté. Cette forte présence permet de réaliser les différents points mentionnés dans notre programme électoral.

L'une des visées de ce scrutin était de faire pression sur le Hezbollah, de lui lancer des accusations liées à la drogue, au vol de voitures, au commerce illicite dans le but de déformer l'image du Hezbollah. Les médias du Golfe ont fait écho de ces accusations, toute une campagne sociale et économique a été menée ici et envers les immigrés libanais pour faire pression sur l'environnement de la résistance. Ils misaient sur la fatigue et le désarroi des partisans de la résistance. Ils ont tenu des congrès dont dernièrement celui aux Emirats pour décoder le Hezbollah.

L'objectif des élections était de confisquer un seul siège chiite qui revient à nous à Baalbeck-Hermel. Cette région qui constitue le front de la résistance. Le Sud est un front de résistance en face d'Israël et la Békaa est un front en face des takfiristes soutenus par Israël sur le sol syrien.

Pour eux, perdre un siège chiite dans cette région est l'un des effets des choix stratégiques du Hezbollah en Syrie et ailleurs. On aurait assisté à toute une campagne d'intimidation en ce sens. C'était un objectif majeur sur lequel ils ont travaillé avant et durant les élections parlementaires.

Pour cette raison, j'ai appelé à déployer les efforts pour assurer la victoire de nos candidats pur l'obtention de 8 sièges au moins. En 2009, le pourcentage de la participation chiite aux élections était 54% alors qu'hier le taux de participation était de 63%. Donc, la campagne menée contre eux a eu un effet contraire.

Même dans la Békaa de l'Ouest, à Jbeil et au Sud, le taux de participation était très élevé pour ces mêmes raisons. Nous avons aussi soutenu nos alliés candidats dans les régions où nous n'avions pas de candidats. Nos partisans ont agi à la base du projet stratégique de la  résistance, pour répondre aux allégations selon lesquelles la résistance a faibli et ses partisans se sont fatigués.

La deuxième partie de mon discours: l'après-élection. Personne ne peut exclure une quelconque partie, telle est la nature du pays. Donc, si nous voulons protéger nos exploits nous devons travailler avec nos partenaires dans le pays. De là, j'ai appelé les autres à laisser de la place à la réconciliation. J'appelle les Libanais, toutes les forces politiques à se calmer, à patienter, sinon, nous entrainerons le pays dans un grand problème. Celui qui va continuer à adopter un discours politique sectaire cherche la division. Nous devons panser les blessures. Nous devons traiter avec réalisme les résultats de ces élections, combler les lacunes et trouver des solutions aux problèmes.

J'espère que les médias nous aident dans ce projet. Nous sommes devant des échéances: la formation du Parlement dans les délais juridiques, la formation du nouveau gouvernement.

Nous ne disposons d'un long temps pour le faire surtout dans la foulée des développements à Gaza, des menaces sionistes contre le Liban, des menaces contre l'Iran.

Nous devons aller de l'avant pour construire le pays et travailler de pair pour le bien du pays. A Beyrouth, je vous rassure que son identité demeure arabe et elle le restera. Quand nous verrons les diverses personnalités qui vont remporter à la fin, vous réaliserez que cette ville arabe est la capitale de la résistance et de la diversité.

A Jbeil, le taux de participation est grand et je remercie nos partisans. J'appelle nos frères à ne pas avoir une réaction psychique négative envers l'environnement. J'insiste sur la coexistence dans cette région.

Enfin, je remercie Dieu pour cette victoire, et je vous remercie la population qui a exprimé sa volonté en faveur de la résistance. Je vous remercie pleinement, les familles des martyrs qui ont protégé le sang des leurs par leurs voix, les blessés dont les mains ou les jambes sont amputées, les vieillards qui ont participé et qui ont attendu des heures et des heures. Et je remercie la population dans toutes les régions surtout à Baalbeck. J'apprécie fort la ténacité des gens lors du dernier festival qui ont tenu leurs chaises au-dessus de leurs têtes pour se protéger de la grêle à Baalbeck et Rayak.

Aux frères et sœurs qui ont travaillé pour les machines électorales pendant de longues semaines, un grand merci pour leur coopération et leurs efforts. Un grand merci à nos frères candidats qui ont effectué des tournées dans les régions pour se réunir avec les citoyens. Un merci spécifique au cheikh Naïm Qassem, dirigeant de la machine électorale. Je remercie aussi les administrations étatiques et les associations qui ont assuré la réussite du scrutin.

Nous sommes face à une nouvelle période. Le peuple libanais a fait son devoir, désormais il revient aux députés de former un Parlement pour assumer leurs responsabilités, et assurer un avenir meilleur aux jeunes générations. C'est un devoir à assumer pour Ici et pour l'Au-delà. Les députés doivent tenir à leurs promesses. Nous allons oeuvrer jour et nuit pour tenir à nos promesses. Nos mots n'étaient pas de simples promesses électorales. Inchallah, nous, Libanais, allons améliorer la situation dans le pays.

Source : French.alahednews

07-05-2018 | 20:49

Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut