Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
L’Irak frappe «Daech» en Syrie, 45 terroristes éliminés Espagne : 418 migrants secourus en mer samedi lors de trois opérations Droits de douane US: l’UE prête à riposter à nouveau 5 morts et 19 blessés de l’armée suite à une attaque des terroristes d’«al-Nosra» Des défenseurs saoudiens des droits des femmes derrière les barreaux Les USA implantent une nouvelle base militaire à Manbij Ethiopie: explosion à Addis Abeba, plus de 80 blessés GB: «Un gouvernement sous mon leadership reconnaîtrait rapidement la Palestine», dit Corbyn À Gaza, 206 Palestiniens touchés par les balles des soldats israéliens Rencontre secrète MBS-Netanyahu en Jordanie, un pas de plus vers le «Deal du siècle» Washington annonce la suspension de nouveaux exercices militaires avec Séoul Un avion A-29 Super Tucano de l’US Air Force s’est écrasé hier L’Italie doute que l’UE en l’état ait un avenir Liban: l’armée démantèle un matériel d’espionnage électronique au sud Nigeria: arrestation de commandants présumés de «Daech» en Afrique de l’Ouest L’Iran pourrait sortir de l’accord nucléaire dans les prochaines semaines Taxes: L’UE riposte aux Etats-Unis, une guerre commerciale s’annonce Le Hezbollah d’Irak promet de se venger du raid meurtrier contre ses combattants Syrie: huit civils tués dans un raid de la «coalition» à Deir-Ezzor L’Iran ne s’oppose plus à un accord avec les autres pays de l’Opep Une région espagnole adopte le BDS comme politique Brusque escalade militaire en Syrie: Des cibles israéliennes sensibles dans le Golan frappées
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Asie >> Asie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Une experte de l'ONU sur les droits de l'homme a affirmé lundi que la campagne de répression contre les musulmans rohingyas en Birmanie portait "les marques d'un génocide" et que le gouvernement devait en porter la responsabilité.

Près de 700.000 rohingyas ont fui l'Etat de Rakhine pour se réfugier au Bangladesh voisin depuis le lancement en août 2017 d'une offensive de l'armée birmane contre des rebelles musulmans. Des soldats et des membres de milices bouddhistes ont été accusés de pillages, de meurtres et de viols.

Le gouvernement birman a catégoriquement démenti les accusations de nettoyage ethnique formulées par l'ONU et les Etats-Unis, en affirmant qu'il n'a fait que se défendre contre des attaques de l'Armée du salut des Rohingyas de l'Arakan (ARSA), un groupe rebelle armé. Mais lundi, le Rapporteur spécial de l'ONU sur la Birmanie, Yanghee Lee, a été encore plus loin.

"Je suis de plus en plus convaincue que les crimes commis (...) portent les marques d'un génocide, et exigent une prise en compte des responsabilités", a-t-elle déclaré devant le Conseil des droits de l'homme à Genève.

L'experte interdite d'entrée en Birmanie

Interdite d'entrée en Birmanie, Yanghee Lee a appelé à l'ouverture d'une enquête, avec le soutien de l'ONU, qui serait basée au Bangladesh. La recherche de responsabilités "doit viser les individus qui ont donné les ordres et qui ont commis les violations", a-t-elle précisé.

"Le gouvernement, qui n'a rien fait pour intervenir, stopper ou condamner ces actes, doit aussi être tenu pour responsable", a-t-elle ajouté.

A la tête d'un gouvernement civil depuis 2016, San Suu Kyi est la cible de critiques virulentes à l'étranger, en raison de son mutisme sur les exactions visant la communauté rohingya.

Source : AFP et rédaction

13-03-2018 | 11:06

Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut