Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

Liban: Nabih Berri réélu à la tête du Parlement Iran: la politique US risque de «mettre davantage en danger» la région (Le Drian) Washington n’a pas de véritable intention de retirer ses troupes de la Syrie (vice-ministre syrien des AE) La Palestine rejoint la Convention sur l’interdiction des armes chimiques Le Premier ministre français annule sa visite en “Israël” Damas accuse la coalition US d’avoir délibérément bombardé les champs de pétrole en Syrie Mali: deux villageois âgés tués par des terroristes présumés L’Iran n’attendra la permission d’aucune puissance pour développer ses capacités de défense La Corée du Nord autorise des reporters du Sud à couvrir la destruction d’un site nucléaire Irak: un terroriste belge condamné à mort pour appartenance à “Daech” Le Venezuela annonce l’expulsion du chargé d’affaires américain à Caracas L’Arabie poursuit sa campagne de répression à l’encontre de militants des droits de la femme Brusque escalade militaire en Syrie: Des cibles israéliennes sensibles dans le Golan frappées
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Afrique >> Afrique

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Quatorze organisations de défense des droits de l'Homme ont qualifié l'élection présidentielle fin mars en Egypte de «ni libre ni équitable», a annoncé Human Rights Watch dans un communiqué mardi.

Egypte: une présidentielle «ni libre ni équitable», selon 14 organisations

«Le gouvernement égyptien a piétiné les conditions minimales pour que des élections libres et équitables aient lieu les 26-28 mars 2018», estiment les organisations citées dans le communiqué.

Selon ce communiqué, «le gouvernement du président Abdel Fattah al-Sissi ne cesse d'étouffer les libertés fondamentales. Il a également arrêté des candidats potentiels et effectué des rafles parmi leurs partisans».

Le texte rassemble des organisations régionales comme le Cairo Institute for Human Rights Studies, ou internationales comme Human Rights Watch ou Reporters sans Frontières.

Selon les signataires, «les alliés de l'Egypte devraient aujourd'hui dénoncer publiquement la mascarade que sont ces élections». Le texte vise notamment les États-Unis, l'Union européenne et les États européens, accusés de fournir des aides financières sans demander de comptes sur les droits humains.

Il dénonce l'absence de «droit des individus à la participation politique et à la liberté d'expression, d'association, et de rassemblement pacifique» et les emprisonnements d'opposants ou de candidats potentiels.

Plusieurs adversaires potentiels de M. Sissi à la présidentielle ont été écartés ou découragés ces dernières semaines.

L'ancien chef d'état-major Sami Anan a été exclu de l'élection en janvier peu après l'annonce de sa candidature. Il est poursuivi par la justice militaire pour s'être engagé dans la course «sans l'autorisation des forces armées».

L'ex-Premier ministre Ahmed Chafiq a déclaré début janvier qu'il n'était plus candidat, contrairement à ce qu'il avait annoncé plus tôt depuis les Emirats arabes unis où il vivait. A son arrivée en Egypte, il avait disparu pendant environ 24 heures avant d'annoncer qu'il réexaminait ses intentions.

Enfin, l'ancien député devenu dissident Mohamed Anouar El-Sadate et l'avocat défenseur des droits de l'Homme Khaled Ali ont tour à tour renoncé à se présenter, dénonçant des pressions sur leurs équipes de campagne respectives.

Seul candidat en lice face à M. Sissi, Moussa Mostafa Moussa est un soutien notoire du président sortant.

Dans ces conditions, plusieurs partis d'opposition ont appelé fin janvier au boycott de l'élection. Dès le lendemain, le président Sissi s'en est pris sans les nommer à ceux qui menacent la «sécurité» du pays.

Source: agences et rédaction

13-02-2018 | 15:22
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut