Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Sayed Nasrallah: Si vous voulez protéger le sang de vos fils, élisez la résistance qui subit toute sorte de complots US’ Une agent du Mossad recruterait de hauts dirigeants français La Ghouta orientale… Les «Casques blancs» vont-ils jouer à une nouvelle pièce de théâtre? Les armes livrées par les USA aux groupes armés syriens désormais vendues sur Internet 45 morts dans le double attentat vendredi à Mogadiscio Alaa de Bosnie Russie: le groupe national syrien de la musique participe à la cérémonie du centenaire de la fondation de l’armée L’ouverture de l’ambassade US à al-Qods au 70e anniversaire de la Nakba, une «provocation» Une provocation chimique se prépare dans la Ghouta orientale Afghanistan: au moins 18 soldats tués dans l’attaque de leur base par les talibans Des sanctions américaines contre Moscou dans les semaines à venir Nigeria: 111 élèves auraient été enlevés par les terroristes de Boko Haram Brexit: la vision britannique de sa relation avec l’UE est «pure illusion», selon Tusk HRW: les autorités devraient exonérer Nabil Rajab et le remettre en liberté Sept ans après le soulèvement populaire au Bahreïn, la lutte continue Bahreïn: Une population opprimée dans l’indifférence
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Europe >> France

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le «service national universel» en France, promesse de campagne d'Emmanuel Macron, sera «obligatoire», a affirmé mardi le porte-parole du gouvernement, coupant court aux questionnements sur le sujet devenu un casse-tête pour l'exécutif.

France: vers un service national «obligatoire».

«Il sera universel, il concernera toute la classe d'âge et il sera obligatoire», a déclaré Benjamin Griveaux sur Radio classique et Paris première.

Alors que la France a supprimé le service militaire en 1997, Emmanuel Macron avait promis lors de la campagne présidentielle de rétablir un «service national obligatoire et universel» d'un mois et pour l'ensemble d'une même classe d'âge, soit entre 600.000 et 800.000 jeunes par an.

Devenu président, M. Macron a réitéré sa promesse. «Il ne s'agit pas de réinventer le service militaire» mais de donner «à la jeunesse de France des causes à défendre, des combats à mener dans les domaines social, environnemental, culturel», expliquait-il fin janvier. Mais le projet, dont les contours restent encore à tracer, a provoqué cacophonie et embarras au sein même du gouvernement.

Vendredi, la ministre des Armées, Florence Parly, a ainsi déclaré que ce service national «n'aura probablement pas un caractère obligatoire, au sens où les gendarmes viendraient rechercher le réfractaire».

Deux jours plus tard, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb s'est dit favorable à un service national «obligatoire».

Lundi, le président de la commission de Défense de l'Assemblée nationale Jean-Jacques Bridey a lui pointé qu'on «ne peut pas le rendre obligatoire pour des adultes» pour des raisons juridiques, en évoquant la possibilité de «recours devant la Cour européenne des droits de l'Homme».

Au-delà de l'aspect obligatoire ou non de ce service, le projet de l'Elysée suscite également des doutes en raison de son coût (estimé entre deux et trois milliards d'euros par an) et des capacités d'accueil des armées, réduites depuis la suppression en 1997 du service militaire.

Un rapport parlementaire sur le sujet doit être présenté le 21 février. Le président Macron a quant à lui chargé un groupe de travail de rendre des conclusions en avril.

Source: agences et rédaction

13-02-2018 | 12:16
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut