Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

Liban: Nabih Berri réélu à la tête du Parlement Iran: la politique US risque de «mettre davantage en danger» la région (Le Drian) Washington n’a pas de véritable intention de retirer ses troupes de la Syrie (vice-ministre syrien des AE) La Palestine rejoint la Convention sur l’interdiction des armes chimiques Le Premier ministre français annule sa visite en “Israël” Damas accuse la coalition US d’avoir délibérément bombardé les champs de pétrole en Syrie Mali: deux villageois âgés tués par des terroristes présumés L’Iran n’attendra la permission d’aucune puissance pour développer ses capacités de défense La Corée du Nord autorise des reporters du Sud à couvrir la destruction d’un site nucléaire Irak: un terroriste belge condamné à mort pour appartenance à “Daech” Le Venezuela annonce l’expulsion du chargé d’affaires américain à Caracas L’Arabie poursuit sa campagne de répression à l’encontre de militants des droits de la femme Brusque escalade militaire en Syrie: Des cibles israéliennes sensibles dans le Golan frappées
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Palestine

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

«La Palestine continuera à solliciter une pleine adhésion aux Nations unies, malgré le veto américain qui, avec l'administration actuelle, semble encore plus inévitable qu'auparavant» a déclaré à l’agence russe Sputnik Nabil Chaath, conseiller du président de l’Autorité palestinienne (AP).

Vers une adhésion en tant qu’État membre de la Palestine à l'ONU?

La Palestine cherche la reconnaissance de son État sur la scène internationale via l'obtention d'un statut d'État membre à part entière à l'ONU.

«Je viens de rentrer du Japon. Un véto du Conseil de sécurité de l'ONU leur a été opposé cinq fois, principalement par l'Union soviétique. Aujourd'hui, la seule puissance qui applique le droit de véto est les États-Unis. Ils ont le droit d'exercer leur véto contre notre demande d'adhésion à part entière, même maintenant, malgré que l'Assemblée générale a reconnu à une majorité impressionnante que nous sommes un État et que nous avons le droit d'être membre. Mais l'Assemblée générale ne peut pas nous donner une adhésion à part entière», a déclaré Nabil Chaath, conseiller de Mahmoud Abbas pour la politique étrangère et les relations internationales.

«Nous poursuivrons nos tentatives, même si les États-Unis continuent à opposer leur veto. Peut-être que la communauté internationale se lassera de n'avoir que le véto américain à répondre à notre demande», a-t-il ajouté.

Nabil Chaath a confirmé l'intention d'Abbas de prononcer bientôt un discours au Conseil de sécurité des Nations unies, où le président, selon son conseiller, confirmera l'engagement de la Palestine dans le «processus de paix», qui devrait par ailleurs être revu dans un format «plus juste et multilatéral».

«Monsieur Abbas, notre président, s'adressera au Conseil de sécurité de l'ONU au sujet du Moyen-Orient. Il va seulement prononcer un discours, puis partira. Il dira la même chose que ce que je viens de vous expliquer: qu'Israël viole grossièrement les accords existants, que les États-Unis les soutiennent sans broncher, qu'il est temps que le Conseil de sécurité approuve le processus de paix international sur la base de la Charte des Nations Unies», a déclaré Nabil Chaath.

Depuis le 29 novembre 2012, la Palestine a le statut d'État observateur à l'ONU, qui lui a été attribué par l'Assemblée Générale des Nations Unies.

Son adhésion à part entière doit être examinée par le Conseil de sécurité des Nations unies.

Les États-Unis, qui disposent en tant que membre permanent du Conseil de sécurité d'un droit de veto, ont déjà prévenu qu'ils l'exerceraient si la requête palestinienne était soumise à un vote.

Source: agences et rédaction

12-02-2018 | 14:31
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut