Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

Liban: Nabih Berri réélu à la tête du Parlement Iran: la politique US risque de «mettre davantage en danger» la région (Le Drian) Washington n’a pas de véritable intention de retirer ses troupes de la Syrie (vice-ministre syrien des AE) La Palestine rejoint la Convention sur l’interdiction des armes chimiques Le Premier ministre français annule sa visite en “Israël” Damas accuse la coalition US d’avoir délibérément bombardé les champs de pétrole en Syrie Mali: deux villageois âgés tués par des terroristes présumés L’Iran n’attendra la permission d’aucune puissance pour développer ses capacités de défense La Corée du Nord autorise des reporters du Sud à couvrir la destruction d’un site nucléaire Irak: un terroriste belge condamné à mort pour appartenance à “Daech” Le Venezuela annonce l’expulsion du chargé d’affaires américain à Caracas L’Arabie poursuit sa campagne de répression à l’encontre de militants des droits de la femme Brusque escalade militaire en Syrie: Des cibles israéliennes sensibles dans le Golan frappées
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ŒIL SUR L'ENNEMI

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Interrogé par le journal israélien Israel Hayom, le président des Etats-Unis Donald Trump, a livré sa vision du Moyen-Orient. L'occasion pour le locataire de la Maison Blanche d'enfoncer le bilan de son prédécesseur, et de valoriser le sien.

Trump à un journal israélien : faire d’Al-Qods capitale d’«Israël», c'était très important

Lors d'une interview accordée au journal israélien Israel Hayom, publiée le 11 février, Donald Trump a livré sa vision des relations diplomatiques au Moyen-Orient.

Je pense que nos relations n'ont jamais été aussi bonnes

L'occasion pour le locataire de la Maison Blanche de tirer à boulets rouges sur le bilan de Barack Obama et de tresser ses propres lauriers pour l'année 2017 : «En fait, je pense que j'en ai fait plus que ce que j'avais promis», a-t-il plastronné, tout en fustigeant la politique de son prédécesseur : «Il me semble que vous [Israël] n'étiez pas très proches d'Obama, il vous a donné l'accord [sur le nucléaire] iranien, ce qui revient grosso-modo à dire qu'en fin de compte, on va faire du mal à Israël. Obama était atroce. Il était absolument atroce pour Israël. Je pense que nos à nous relations sont très bonnes. Je pense qu'elles n'ont jamais été aussi bonnes.»

L'Iran au cœur de la rhétorique de Trump

Le journaliste tend le marteau : «En Israël, nous pensons que l'accord de 2015 avec l'Iran a apporté une reconnaissance à la révolution iranienne.» Et le 45ème président des Etats-Unis enfonce le clou une nouvelle fois : «L'accord iranien est catastrophique pour Israël. Rien de moins. Je pense qu'il est catastrophique pour Israël, dans la façon dont il a été fait, la façon dont on a permis qu'il soit fait, la façon dont il a été signé [...] c'est assez incroyable, selon moi. Il s'agit d'un accord lamentable pour beaucoup de parties impliquées, mais je pense qu'il est tout particulièrement mauvais pour Israël.»

Sur la Syrie, Donald Trump se fait plus mystérieux. Lorsque le journaliste lui demande s'il est «possible d'empêcher l'Iran d'établir des bases militaires permanentes en Syrie et au Liban», le président américain répond : «Vous allez voir. Observez bien.»

Le journaliste pousse sa chance : «Pensez-vous qu'Israël a le droit de +se défendre+ si de telles bases étaient établies en Syrie et au Liban ?» Donald Trump se referme : «Je ne veux pas faire de commentaire à cet égard pour le moment. Il est trop tôt.»

Concernant la décision du 6 décembre de déplacer l'ambassade américaine de «Tel-Aviv» à Al-Qods occupée, Donald Trump n'a par contre aucune hésitation. Lorsque le journaliste lui demande quel est le fait d'arme à retenir de sa présidence jusqu'à présent, le président américain ne fait plus de mystère : «Je pense que Jérusalem (Al-Qods), c'était très important [...] La capitale, faire de Jérusalem votre capitale, c'était très important pour beaucoup de gens. J'ai reçu beaucoup de remerciements», et de préciser : «Je comprends pourquoi tant d'autres présidents [américains] n'ont pas honoré cette promesse [...], je vous l'assure, la pression des lobbys pour m'empêcher de le faire était énorme.»

Source : sites web

12-02-2018 | 14:28
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut