Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

Liban: Nabih Berri réélu à la tête du Parlement Iran: la politique US risque de «mettre davantage en danger» la région (Le Drian) Washington n’a pas de véritable intention de retirer ses troupes de la Syrie (vice-ministre syrien des AE) La Palestine rejoint la Convention sur l’interdiction des armes chimiques Le Premier ministre français annule sa visite en “Israël” Damas accuse la coalition US d’avoir délibérément bombardé les champs de pétrole en Syrie Mali: deux villageois âgés tués par des terroristes présumés L’Iran n’attendra la permission d’aucune puissance pour développer ses capacités de défense La Corée du Nord autorise des reporters du Sud à couvrir la destruction d’un site nucléaire Irak: un terroriste belge condamné à mort pour appartenance à “Daech” Le Venezuela annonce l’expulsion du chargé d’affaires américain à Caracas L’Arabie poursuit sa campagne de répression à l’encontre de militants des droits de la femme Brusque escalade militaire en Syrie: Des cibles israéliennes sensibles dans le Golan frappées
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Syrie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le projet de la coalition sous commandement américain de constituer une nouvelle force de gardes-frontières dans la région du nord de la Syrie contrôlée par les Kurdes et leurs alliés arabes va «jeter de l'huile sur le feu de la guerre», ont déploré mardi les autorités iraniennes en écho aux propos tenus la veille par Ankara, Damas et Moscou.

Téhéran dénonce à son tour le projet américain en Syrie

La coalition a confirmé dimanche son intention de constituer cette force de 30.000 hommes, dont le noyau dur sera formé d'anciens membres des Forces démocratiques syriennes (FDS), l'alliance majoritairement kurde soutenu par des pays occidentaux. Les FDS contrôlent environ un tiers du territoire syrien le long des frontières turque et irakienne, dont les principaux gisements de pétrole du pays.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a jugé mardi qu'une telle force créerait de nouveaux points de friction en Syrie. Téhéran, comme Moscou, est l'un des principaux soutiens du gouvernement syrien dans la guerre qu'il mène depuis presque sept ans contre les insurgés et contre les groupes terroristes.

«L'annonce par les Etats-Unis de la création d'une force frontalière en Syrie est une ingérence évidente dans les affaires internes de ce pays», a déclaré Bahram Qasemi cité par l'agence de presse d'Etat Irna avant de demander le retrait de Syrie de toutes les forces américaines.

Moscou a dénoncé lundi le projet américain par la voix de son chef de la diplomatie, Sergueï Lavrov, qui a estimé qu'il risquait de conduire à une «partition de fait» de la Syrie.

Plus virulent encore, le gouvernement de Damas a prévenu que l'armée syrienne était déterminée à «mettre fin à toute présence américaine» sur le territoire syrien, selon les propos d'un responsable du ministère des Affaires étrangères rapportés par la télévision d'Etat.

Source : agences

16-01-2018 | 13:11
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut