Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Sayed Nasrallah: Si vous voulez protéger le sang de vos fils, élisez la résistance qui subit toute sorte de complots US’ Une agent du Mossad recruterait de hauts dirigeants français La Ghouta orientale… Les «Casques blancs» vont-ils jouer à une nouvelle pièce de théâtre? Les armes livrées par les USA aux groupes armés syriens désormais vendues sur Internet 45 morts dans le double attentat vendredi à Mogadiscio Alaa de Bosnie Russie: le groupe national syrien de la musique participe à la cérémonie du centenaire de la fondation de l’armée L’ouverture de l’ambassade US à al-Qods au 70e anniversaire de la Nakba, une «provocation» Une provocation chimique se prépare dans la Ghouta orientale Afghanistan: au moins 18 soldats tués dans l’attaque de leur base par les talibans Des sanctions américaines contre Moscou dans les semaines à venir Nigeria: 111 élèves auraient été enlevés par les terroristes de Boko Haram Brexit: la vision britannique de sa relation avec l’UE est «pure illusion», selon Tusk HRW: les autorités devraient exonérer Nabil Rajab et le remettre en liberté Sept ans après le soulèvement populaire au Bahreïn, la lutte continue Bahreïn: Une population opprimée dans l’indifférence
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Syrie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le projet de la coalition sous commandement américain de constituer une nouvelle force de gardes-frontières dans la région du nord de la Syrie contrôlée par les Kurdes et leurs alliés arabes va «jeter de l'huile sur le feu de la guerre», ont déploré mardi les autorités iraniennes en écho aux propos tenus la veille par Ankara, Damas et Moscou.

Téhéran dénonce à son tour le projet américain en Syrie

La coalition a confirmé dimanche son intention de constituer cette force de 30.000 hommes, dont le noyau dur sera formé d'anciens membres des Forces démocratiques syriennes (FDS), l'alliance majoritairement kurde soutenu par des pays occidentaux. Les FDS contrôlent environ un tiers du territoire syrien le long des frontières turque et irakienne, dont les principaux gisements de pétrole du pays.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a jugé mardi qu'une telle force créerait de nouveaux points de friction en Syrie. Téhéran, comme Moscou, est l'un des principaux soutiens du gouvernement syrien dans la guerre qu'il mène depuis presque sept ans contre les insurgés et contre les groupes terroristes.

«L'annonce par les Etats-Unis de la création d'une force frontalière en Syrie est une ingérence évidente dans les affaires internes de ce pays», a déclaré Bahram Qasemi cité par l'agence de presse d'Etat Irna avant de demander le retrait de Syrie de toutes les forces américaines.

Moscou a dénoncé lundi le projet américain par la voix de son chef de la diplomatie, Sergueï Lavrov, qui a estimé qu'il risquait de conduire à une «partition de fait» de la Syrie.

Plus virulent encore, le gouvernement de Damas a prévenu que l'armée syrienne était déterminée à «mettre fin à toute présence américaine» sur le territoire syrien, selon les propos d'un responsable du ministère des Affaires étrangères rapportés par la télévision d'Etat.

Source : agences

16-01-2018 | 13:11
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut