Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

Liban: Nabih Berri réélu à la tête du Parlement Iran: la politique US risque de «mettre davantage en danger» la région (Le Drian) Washington n’a pas de véritable intention de retirer ses troupes de la Syrie (vice-ministre syrien des AE) La Palestine rejoint la Convention sur l’interdiction des armes chimiques Le Premier ministre français annule sa visite en “Israël” Damas accuse la coalition US d’avoir délibérément bombardé les champs de pétrole en Syrie Mali: deux villageois âgés tués par des terroristes présumés L’Iran n’attendra la permission d’aucune puissance pour développer ses capacités de défense La Corée du Nord autorise des reporters du Sud à couvrir la destruction d’un site nucléaire Irak: un terroriste belge condamné à mort pour appartenance à “Daech” Le Venezuela annonce l’expulsion du chargé d’affaires américain à Caracas L’Arabie poursuit sa campagne de répression à l’encontre de militants des droits de la femme Brusque escalade militaire en Syrie: Des cibles israéliennes sensibles dans le Golan frappées
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Palestine

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

L’autopsie du corps d’un Palestinien amputé des deux jambes a permis de prouver que sa mort était due à des tirs israéliens, a indiqué lundi le Hamas.

«Israël» responsable de la mort d’un Palestinien handicapé, selon le Hamas.

Ibrahim Abou Thouraya, 29 ans, a été tué le 15 décembre le long de la frontière entre l’entité sioniste et Gaza durant une manifestation contre la décision du président américain Donald Trump de reconnaître al-Qods (Jérusalem) comme «capitale d'Israël».

Assis sur son fauteuil roulant, il était apparu à plusieurs reprises sur des photos de l’AFP lors de manifestations ces dernières années.

Selon sa famille, M. Thouraya avait perdu ses deux jambes lors d’une attaque israélienne dans la bande de Gaza en 2008.

Dans une vidéo diffusée le jour de sa mort, on le voit tenir un drapeau palestinien et faire le signe de la victoire en direction de soldats israéliens postés de l’autre côté de la frontière.

L’armée israélienne a annoncé au début du mois qu’elle allait «ouvrir une enquête sur la mort de ce Palestinien» après avoir affirmé qu’elle «n’était pas en mesure de déterminer s’il avait tué par des tirs de soldats». Le ministère de la Justice à Gaza avait annoncé dimanche que son corps avait été exhumé pour être autopsié.

Lundi, une commission affiliée au Hamas a affirmé que l’homme avait été tué par «Israël».

Membre de cette commission habituellement chargée par le Hamas d’enquêter sur des crimes qu’il impute à «Israël», Emad al-Baz a indiqué en conférence de presse que «l’autopsie avait révélé que la balle avait pénétré au-dessus de l’œil gauche et était restée dans la tête».

Selon lui, la balle a été tirée à 30 mètres, la distance qui séparait les manifestants des soldats israéliens.

En décembre, le Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme Zeid Ra’ad Al Hussein s’était dit «véritablement choqué» par la mort d’Ibrahim Abou Thouraya et avait réclamé une enquête «impartiale et indépendante».

Source: agences et rédaction

16-01-2018 | 11:41
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut