Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
La Banque Centrale iranienne annonce la croissance économique du pays Damas met en garde Ankara contre une intervention militaire à Afrin La propagande terroriste continue malgré les efforts des réseaux sociaux Le WSJ présage un futur macabre pour le dollar Pyongyang prépare un défilé militaire pour la veille des JO Aide aux Palestiniens: La Belgique promet 19 millions d’euros sur 3 ans à l’UNRWA Maroc: poursuite de la contestation dans une ancienne ville minière Faits honteux du programme d’armement des groupes armés syriens par la CIA Londres va augmenter de 44,5 millions de livres sa contribution financière à Calais Nucléaire iranien: le patron de l’ONU défend l’accord que Donald Trump veut durcir Washington admet que l’Iran connait ses plus forts moments, assure le vice-ministre iranien des AE GB: les députés adoptent la loi de retrait de l’UE «L’ambassade US en Israël ne sera pas transférée à Jérusalem cette année», dit Trump Commandant en chef de l’armée: «Nous sommes prêts à riposter à toute agression israélienne» «Israël» maintient Ahed al-Tamimi en détention jusqu’à son procès Six bombardiers nucléaires US dépêchés vers la péninsule coréenne Le Bitcoin perd un quart de sa valeur en 24h Aide aux Palestiniens: le gel US «vise à liquider la question des réfugiés», dénonce la LA Lors d’un entretien avec Berry, Rohani salue «les liens solides avec le Liban» Juncker «aimerait bien» que le Royaume-Uni revienne dans l’UE après le Brexit Familles de terroristes en Syrie: plainte contre la France pour «détention arbitraire» L’Inde et «Israël» ont établi une liaison aérienne via l’espace aérien saoudien Gel de l’aide américaine aux Palestiniens: l’UNRWA dans sa pire crise Collisions: procédure pour «homicide par négligence» contre deux commandants de l’US Navy Toute activité sur Twitter enregistrée, messages privés compris
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Syrie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Alors que Washington maintient la présence de ses troupes dans la région d'al-Tanf, en Syrie, un camp de réfugiés se voit privé d'aide humanitaire. Moscou dénonce une «occupation» de la zone et demande la levée des restrictions d'accès à la zone.

Moscou accuse Washington de bloquer l'aide humanitaire dans la région d'al-Tanf, en Syrie

Le 12 janvier, le ministère russe des Affaires étrangères a exigé que toutes les restrictions à l'accès des convois humanitaires au camp de réfugiés syrien de Rukban, situé dans la région d'al-Tanf, soient levées. Moscou a souligné «la nécessité de respecter la souveraineté, l'intégrité territoriale et l'indépendance de la Syrie», afin de permettre l'application du droit humanitaire international et l'acheminement des biens de première nécessité sur place.

Situé dans la région d'al-Tanf, dont la diplomatie russe a estimé qu'elle était «de facto occupée par les forces armées américaines», le camp de réfugiés de Rukban échappe au contrôle du gouvernement syrien – une situation condamnée par la Russie. «L'entraînement de combattants armés issus de groupes illégaux se poursuit dans les positions tenues par les Etats-Unis dans la région», a souligné le ministère dans un communiqué.

Par le passé, le ministère russe de la Défense avait déjà accusé l'armée américaine d'entraîner des combattants dans la région d'al-Tanf, y compris des terroristes de «Daech». Moscou avait en outre fait part de ses préoccupations après avoir constaté que plusieurs attaques avaient été conduites par ces derniers depuis cette zone.

Environ 60 000 réfugiés syriens vivent actuellement dans des conditions extrêmement précaires à l'intérieur du camp de Rukban. Manque de nourriture, de dispositifs sanitaires ou d'aide médicale... Un premier convoi humanitaire arrivé de Jordanie avait déjà pu accéder au camp le 8 janvier dernier, mais la «frontière» érigée par les Etats-Unis demeure «hermétiquement close», selon Moscou, empêchant ainsi les convois des Nations unies d'accéder au camp.

L'armée américaine «porte l'entière responsabilité» de la situation humanitaire dans la région d'al-Tanf aux yeux de Moscou. De son côté, Washington assure que ses troupes ne maintiennent leur présence sur les lieux que pour combattre le terrorisme. Une affirmation jugée «non-convaincante» par la Russie.

Source : RT et rédaction

12-01-2018 | 15:53
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut