Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Nigeria: arrestation de commandants présumés de «Daech» en Afrique de l’Ouest L’Iran pourrait sortir de l’accord nucléaire dans les prochaines semaines Taxes: L’UE riposte aux Etats-Unis, une guerre commerciale s’annonce Le Hezbollah d’Irak promet de se venger du raid meurtrier contre ses combattants Syrie: huit civils tués dans un raid de la «coalition» à Deir-Ezzor L’Iran ne s’oppose plus à un accord avec les autres pays de l’Opep Une région espagnole adopte le BDS comme politique Brusque escalade militaire en Syrie: Des cibles israéliennes sensibles dans le Golan frappées
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> FAITS DIVERS

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Lors de sa rencontre avec des membres du Congrès, le Président Trump a déclaré que les États-Unis n’avaient pas besoin de migrants en provenance de «trous à rats», écrit Politico.

Lors d'une rencontre à la Maison-Blanche avec des représentants démocrates et républicains pour tenter de trouver un terrain d'entente pour protéger les ressortissants d'Haïti, du Salvador et de certains pays d'Afrique, Donald Trump a remis en question l'aide que les États-Unis devraient apporter à ces «trous à rats», rapporte Politico.

Dans le même temps, le dirigeant américain a annoncé que les États-Unis devraient plutôt accueillir des migrants venus de tels pays comme, par exemple, la Norvège.

De son côté, la Maison Blanche n'a pas démenti l'emploi de l'insulte par le Président Trump.

«Certains politiciens de Washington choisissent de se battre pour des pays étrangers, mais le président Trump se battra toujours pour le peuple américain», a ainsi commenté le représentent de l'administration du Président, Raj Shah.

Néanmoins, cette déclaration présidentielle a suscité une vague d'indignations.

«Ta bouche est le plus infecte des trous à rats dans le monde. De quel droit tu proclames qui est le bienvenu en Amérique et qui ne l'est pas. La grandeur de l'Amérique est basée sur la diversité, ou tu as oublié tes origines immigrées, Donald?», a ainsi écrit sur Twitter l'ex dirigeant mexicain Vicente Fox.

La lutte contre l'immigration était l'une des principales promesses de campagne de Donald Trump. Le 25 janvier dernier, il a signé un décret sur la protection des frontières américaines prévoyant la construction d'un mur à la frontière avec le Mexique.

Source : agences 

12-01-2018 | 10:35
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut