Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Sayed Nasrallah: Si vous voulez protéger le sang de vos fils, élisez la résistance qui subit toute sorte de complots US’ Une agent du Mossad recruterait de hauts dirigeants français La Ghouta orientale… Les «Casques blancs» vont-ils jouer à une nouvelle pièce de théâtre? Les armes livrées par les USA aux groupes armés syriens désormais vendues sur Internet 45 morts dans le double attentat vendredi à Mogadiscio Alaa de Bosnie Russie: le groupe national syrien de la musique participe à la cérémonie du centenaire de la fondation de l’armée L’ouverture de l’ambassade US à al-Qods au 70e anniversaire de la Nakba, une «provocation» Une provocation chimique se prépare dans la Ghouta orientale Afghanistan: au moins 18 soldats tués dans l’attaque de leur base par les talibans Des sanctions américaines contre Moscou dans les semaines à venir Nigeria: 111 élèves auraient été enlevés par les terroristes de Boko Haram Brexit: la vision britannique de sa relation avec l’UE est «pure illusion», selon Tusk HRW: les autorités devraient exonérer Nabil Rajab et le remettre en liberté Sept ans après le soulèvement populaire au Bahreïn, la lutte continue Bahreïn: Une population opprimée dans l’indifférence
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Amériques >> Amériques

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le refus de Washington de quitter la Syrie avant d’obtenir des «progrès» aux pourparlers de Genève ne correspond pas aux engagements pris par les États-Unis et met en questions leurs objectifs sur le sol syrien, estime le chef de la diplomatie russe.

Les objectifs que Washington poursuit en Syrie suscitent de «nombreuses interrogations» à Moscou, a affirmé ce mardi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, évoquant les déclarations concernant la condition du retrait de la coalition récemment énoncée par le chef du Pentagone.

«J'ai entendu les propos tenus par le ministre américain de la Défense, James Mattis, selon lesquels les États-Unis ne se retireront pas de Syrie tant qu'ils ne se seront pas assurés que le processus politique a pris la bonne direction. Et la bonne direction aux yeux des États-Unis c'est le renversement du régime, comme on le sait. Même s'ils n'exigent plus le départ de Bachar el-Assad comme préalable», a indiqué le ministre russe des Affaires étrangères.

«Tout cela contredit les accords de Genève et contredit les affirmations du département d'État américain selon lesquelles la lutte antiterroriste était le seul objectif que Washington poursuivait en Syrie», a-t-il ajouté.

Afin d'expliquer ses actions militaires en Syrie, le Pentagone a récemment évoqué une prétendue autorisation de l'Onu. Notons cependant que le Conseil de sécurité des Nations Onu n'avait pas donné son feu vert à l'intervention de la coalition.

Source : agences

14-11-2017 | 16:35
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut