Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Un ex-ambassadeur britannique décrit les objectifs US en Syrie Sous les promesses de modernisation, l’Arabie saoudite plus répressive que jamais envers les femmes Espagne: Puigdemont assure qu’il peut diriger la Catalogne depuis la Belgique Russie: un élève attaque ses camarades à la hache, sept blessés Arabie saoudite : Trump bloque les avoirs des princes déchus Le bilan de Macron sur les droits de l’homme est «mitigé», selon HRW Egypte: Sissi limoge son chef des renseignements 130 enfants meurent chaque jour au Yémen «Maison de l’horreur» en Californie: les parents inculpés de torture sur leurs enfants Le transfert de l’ambassade à Al-Qods aura lieu en 2019 (responsables US) Macron et May signent un traité sur le contrôle de l’immigration à leur frontière Pour Moscou, l’éclatement de l’accord nucléaire iranien serait «alarmant» Tunisie: 3e nuit de heurts, plus de 300 arrestations
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Europe >> France

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Les locaux parisiens de la société LafargeHolcim ont été perquisitionnés ce mardi dans le cadre de l'enquête sur le financement d'entreprise terroriste en Syrie.

Financement d'entreprise terroriste: perquisitions dans les locaux de LafargeHolcim à Paris

Une perquisition se déroule ce mardi dans les locaux parisiens du cimentier franco-suisse LafargeHolcim, a appris Sputnik auprès de sources policières.

Des perquisitions sont en cours. Elles sont liées à l’enquête sur la cimenterie en Syrie, a indiqué l’interlocutrice de l’agence sans livrer plus de détails.

LafargeHolcim, un géant franco-suisse des matériaux de construction, avait plus tôt reconnu les révélations publiées par Le Monde selon lesquelles sa filiale se trouvant à Djalabiya, en Syrie, avait financé des combattants de groupes armés dans ce pays.

Selon les informations du quotidien français, le géant cimentier a confirmé que sa filiale avait «remis des fonds à des tierces parties afin de trouver les arrangements avec un certain nombre de ces groupes armés, dont des tiers visés par des sanctions». Selon le journal, les destinataires finaux ne sont pas établis. D'après une enquête intérieure, «les conditions exigées pour assurer la continuité du fonctionnement de l'usine étaient inacceptables».

Cependant, LafargeHolcim a essayé de justifier la décision des dirigeants de la filiale syrienne qui ont décidé de payer les combattants en déclarant qu'ils avaient agi «dans le meilleur intérêt de l'entreprise et de ses employés».

L’enquête a commencé à l’été 2017. La société est accusée d’avoir financé des groupes armés. Une information judiciaire a été ouverte pour financement d’entreprise terroriste.

Source : agences

14-11-2017 | 15:59
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut