Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Un ex-ambassadeur britannique décrit les objectifs US en Syrie Sous les promesses de modernisation, l’Arabie saoudite plus répressive que jamais envers les femmes Espagne: Puigdemont assure qu’il peut diriger la Catalogne depuis la Belgique Russie: un élève attaque ses camarades à la hache, sept blessés Arabie saoudite : Trump bloque les avoirs des princes déchus Le bilan de Macron sur les droits de l’homme est «mitigé», selon HRW Egypte: Sissi limoge son chef des renseignements 130 enfants meurent chaque jour au Yémen «Maison de l’horreur» en Californie: les parents inculpés de torture sur leurs enfants Le transfert de l’ambassade à Al-Qods aura lieu en 2019 (responsables US) Macron et May signent un traité sur le contrôle de l’immigration à leur frontière Pour Moscou, l’éclatement de l’accord nucléaire iranien serait «alarmant» Tunisie: 3e nuit de heurts, plus de 300 arrestations
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Asie >> Russie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Les efforts communs de la Russie, de la Turquie et de l'Iran pour régler la crise syrienne sont productifs car la violence dans le pays va décroissant, a estimé le président russe Vladimir Poutine à l'issue de sa rencontre avec son homologue turc.

La coopération entre la Russie, la Turquie et l'Iran sur le dossier syrien porte ses fruits

Au terme d'une rencontre qui a duré quatre heures, ce 13 novembre à Sotchi, les présidents turcs et russes, Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine, se sont félicités de la coopération entre leurs deux pays avec l'Iran sur le dossier syrien.

«Notre travail porte ses fruits en Syrie», s'est réjoui le président russe. «Je voudrais souligner, avec satisfaction, que notre collaboration avec la Turquie et l'Iran comme garants du processus de paix d'Astana continue d'avoir des résultats concrets», a ajouté Vladimir Poutine faisant référence à la mise en place de zones dites de «désescalade» en Syrie.

Les deux chefs d'Etat ont également réaffirmé leur volonté de parvenir à un règlement politique de la crise syrienne. «Nous sommes tombés d'accord pour dire que maintenant, il existe une base qui nous permette de nous concentrer sur une solution politique», a ainsi déclaré Recep Tayyip Erdogan.

Après l'élimination de «Daech», une solution politique

Alors que les pourparlers de Genève consacrés à la résolution du conflit en Syrie patinent, la Russie, la Turquie et l'Iran ont convenu début mai 2017 à Astana, au Kazakhstan, de créer, dans un premier temps, quatre zones de désescalade sur le territoire syrien.

Recep Tayyip Erdogan a pour sa part souligné que le processus de paix avait contribué à la réduction de la violence dans la région. Après six rounds de négociations, la Russie, l'Iran et la Turquie ont publié en septembre dernier un communiqué commun. Les trois puissances réaffirmaient alors leur détermination à consolider la cessation des hostilités après l'effondrement de «Daech», ainsi qu' à contribuer à rapprocher les différentes belligérants.

Bien que soutenant des camps opposés en Syrie, la Turquie et la Russie continuent de mettre leurs divergences de côté afin de parvenir à un règlement mettant fin au conflit syrien qui a fait des centaines de milliers de morts depuis 2011.

Source : sites web

14-11-2017 | 10:02
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut