Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Hariri : je serai à Beyrouth pour le 22/11 et je discuterais les positions politiques avec Aoun Des sous-marins britanniques lanceraient des drones pour espionner les Russes MBS prend en otage deux enfants de Hariri Gebran Bassil à RT : la souveraineté du Liban n’est pas «à vendre» Moscou refuse de proroger la mission d’enquête sur les armes chimiques en Syrie N’oubliez jamais où vous vous garez. Cet automobiliste allemand l’a compris 20 ans après Le programme balistique de l’Iran «ne regarde pas» la France, affirme Velayati Le Premier ministre libanais Saad Hariri est arrivé à Paris Pays-Bas: les femmes terroristes inquiètent les services de renseignement Pyongyang créerait son premier sous-marin doté de missiles balistiques «Israël» pas prêt à faire la guerre pour les Saoudiens, disent les experts Maduro promet à l’opposition des élections présidentielles en échange d’une levée des sanctions US France: début du procès du «tireur de Paris» Abdelhakim Dekhar Irak: l’armée a repris Rawa, dernière localité du pays tenue par «Daech» Zimbabwe : arrestations autour de Mugabe, l’ex-vice-président de retour Séisme en Iran: 436 morts, situation encore critique Pour l’Iran, l’attitude «partiale» de Paris aggrave les crises au Moyen-Orient Le Congrès américain vote 700 milliards de dollars pour la défense Eisenkot aux médias saoudiens : «Israël» prêt à partager avec l’Arabie des renseignements sur l’Iran Syrie: plus de 1.200 sites terroristes éliminées en une semaine «Israël» viole le droit international au Golan et dans les territoires occupés, dit l’ONU D’où proviennent les armes conservées dans les dépôts de «Daech»? Syrie: nouvel assaut de l’armée à Boukamal, dernière ville tenue par «Daech» Michel Aoun attendra le retour de Saad Hariri de Paris pour toute décision sur le gouvernement Assad : les développements régionaux confirment la justesse des politiques adoptées par la Syrie Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Asie >> Russie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Les efforts communs de la Russie, de la Turquie et de l'Iran pour régler la crise syrienne sont productifs car la violence dans le pays va décroissant, a estimé le président russe Vladimir Poutine à l'issue de sa rencontre avec son homologue turc.

La coopération entre la Russie, la Turquie et l'Iran sur le dossier syrien porte ses fruits

Au terme d'une rencontre qui a duré quatre heures, ce 13 novembre à Sotchi, les présidents turcs et russes, Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine, se sont félicités de la coopération entre leurs deux pays avec l'Iran sur le dossier syrien.

«Notre travail porte ses fruits en Syrie», s'est réjoui le président russe. «Je voudrais souligner, avec satisfaction, que notre collaboration avec la Turquie et l'Iran comme garants du processus de paix d'Astana continue d'avoir des résultats concrets», a ajouté Vladimir Poutine faisant référence à la mise en place de zones dites de «désescalade» en Syrie.

Les deux chefs d'Etat ont également réaffirmé leur volonté de parvenir à un règlement politique de la crise syrienne. «Nous sommes tombés d'accord pour dire que maintenant, il existe une base qui nous permette de nous concentrer sur une solution politique», a ainsi déclaré Recep Tayyip Erdogan.

Après l'élimination de «Daech», une solution politique

Alors que les pourparlers de Genève consacrés à la résolution du conflit en Syrie patinent, la Russie, la Turquie et l'Iran ont convenu début mai 2017 à Astana, au Kazakhstan, de créer, dans un premier temps, quatre zones de désescalade sur le territoire syrien.

Recep Tayyip Erdogan a pour sa part souligné que le processus de paix avait contribué à la réduction de la violence dans la région. Après six rounds de négociations, la Russie, l'Iran et la Turquie ont publié en septembre dernier un communiqué commun. Les trois puissances réaffirmaient alors leur détermination à consolider la cessation des hostilités après l'effondrement de «Daech», ainsi qu' à contribuer à rapprocher les différentes belligérants.

Bien que soutenant des camps opposés en Syrie, la Turquie et la Russie continuent de mettre leurs divergences de côté afin de parvenir à un règlement mettant fin au conflit syrien qui a fait des centaines de milliers de morts depuis 2011.

Source : sites web

14-11-2017 | 10:02
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut