Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Un ex-ambassadeur britannique décrit les objectifs US en Syrie Sous les promesses de modernisation, l’Arabie saoudite plus répressive que jamais envers les femmes Espagne: Puigdemont assure qu’il peut diriger la Catalogne depuis la Belgique Russie: un élève attaque ses camarades à la hache, sept blessés Arabie saoudite : Trump bloque les avoirs des princes déchus Le bilan de Macron sur les droits de l’homme est «mitigé», selon HRW Egypte: Sissi limoge son chef des renseignements 130 enfants meurent chaque jour au Yémen «Maison de l’horreur» en Californie: les parents inculpés de torture sur leurs enfants Le transfert de l’ambassade à Al-Qods aura lieu en 2019 (responsables US) Macron et May signent un traité sur le contrôle de l’immigration à leur frontière Pour Moscou, l’éclatement de l’accord nucléaire iranien serait «alarmant» Tunisie: 3e nuit de heurts, plus de 300 arrestations
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Europe >> Europe

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

750 000 Catalans, selon la police, ont battu le pavé ce 11 novembre à Barcelone pour demander la libération des dix cadres indépendantistes (deux dirigeants d'organisation et huit ex-ministres catalans), actuellement en détention provisoire.

Barcelone : plus de 700 000 manifestants réclament la libération des cadres indépendantistes

La police municipale de Barcelone a évalué, ce 11 novembre, à 750 000 le nombre des Catalans ayant participé à une grande manifestation réclamant la remise en liberté de dix dirigeants indépendantistes placés en détention provisoire.

La manifestation, qui a duré environ deux heures, avait pour slogan : «Liberté pour les prisonniers politiques !» Elle s'est déroulée plus de deux semaines après le vote [le 27 octobre] par le Parlement de Catalogne de la déclaration d'indépendance de la province, restée sans effets et annulée par la justice espagnole.

La manifestation a été convoquée par deux puissantes organisations séparatistes – l'Assemblée nationale catalane (ANC) et Omnium – pour exiger la remise en liberté de deux de leurs dirigeants incarcérés, ainsi que celle de huit anciens membres du gouvernement catalan destitués après la déclaration d'indépendance. Le 2 novembre, une juge madrilène avait ordonné le placement en détention provisoire des huit conseillers (ministres) catalans destitués, dans une enquête pour «sédition», «rébellion» et «détournements de fonds».

L'ex-président de l'exécutif catalan, Carles Puigdemont – visé par un mandat d'arrêt européen à la demande de la justice espagnole – avait appelé à faire entendre une «clameur commune» lors de cette manifestation. Lui-même se trouve à Bruxelles depuis le 30 octobre avec quatre membres de son ex-gouvernement.

Source : agences

13-11-2017 | 12:01
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut