Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Nucléaire : Lavrov accuse Washington de «provoquer» la Corée du Nord «Une prison géante» : comment les sanctions affectent les citoyens syriens ? Bahreïn: la FIDH demande la libération de son militant Nabeel Rajab L’Iran se prépare à déployer ses navires de guerre dans le golfe du Mexique En vidéo, sayed Nasrallah annonce la fin de l’Etat de «Daech» Des députés tunisiens désavouent la déclaration anti-Hezbollah de la LA Zimbabwe: le nouveau président Mnangagwa succède officiellement à Mugabe Erdogan n’exclut pas des contacts avec Assad Les réseaux sociaux arabes se moquent de MBS, surnommé «l’ours errant» Netanyahou assure une «coopération secrète» entre «Israël» et les pays arabes Allemagne: les sociaux-démocrates prêts à «discuter» pour sortir de la crise Washington va envoyer des F-22 furtifs en Corée du Sud Silence «sans précédent» des chaînes de propagande en ligne de «Daech» «Une célébration du Hezbollah» gagne le concours tchèque de photographie Czech Press Photo L’armée syrienne a repris à «Daech» une nouvelle localité dans la vallée de l’Euphrate Première rencontre interparlementaire Russie-UE depuis 2014 Catalogne: l’indépendance «unilatérale» plus au menu du parti de Puigdemont Le Liban a préservé son taux de croissance positif malgré la situation difficile, dit Salamé Leader Khamenei : la Palestine reste la clé de la défaite des ennemis Discours du 10 novembre 2017 à l’occasion du quarantième de l’imam Hussein et de la Journée du martyr du Hezbollah Même après la défaite de «Daech», les USA ne quitteraient pas la Syrie Les princes saoudiens arrêtés pour corruption seraient torturés La Corée du Nord et Cuba font front commun contre les États-Unis L’Irak lance la dernière offensive dans le désert pour éliminer «Daech» du pays Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Iran

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le bilan du violent séisme ayant frappé dimanche soir les confins de l'Iran et de l'Irak est passé à 328 morts côté iranien, selon un nouveau décompte donné lundi matin par la médecine légale, citée par la télévision d'Etat.

Un violent séisme fait plus de 200 morts et 1 700 blessés en Iran et en Irak

Selon le dernier bilan, il y a également 2.530 blessés, a rapporté la télévision d'Etat.

Le précédent bilan était de 207 morts et 1.700 blessés dans le tremblement de terre de magnitude 7,3 qui a frappé le soir du 12 novembre le nord-est de l'Irak et des régions frontalières en Iran et en Turquie.

Elle a eu lieu à 18h18 GMT et a également été ressentie en Iran - qui enregistre provisoirement le bilan le plus lourd avec 30 morts - ainsi qu'en Turquie où ni dégâts ni victimes n'ont été enregistrés, selon les autorités.

«Nous avons 30 morts dans différentes villes», a déclaré dans la nuit à la télévision nationale iranienne Mojtaba Nikkerdar, le gouverneur adjoint de la province de Kermanshah, frontalière de l'Irak.

Selon les autorités, le bilan provisoire s'établirait pour l'instant à 207 morts et 1 700 blessés.

En Irak, ce tremblement de terre a fait six morts dans la province de Souleimaniyeh, dans le Kurdistan irakien, selon des responsables.

Quatre personnes ont été tuées et une cinquantaine blessées dans la localité de Darbandakhan, à une soixantaine de kilomètres au sud de la ville de Souleimaniyeh, a dit à l'AFP son maire, Nasseh Moulla Hassan.

«Un enfant et un homme âgé ont été tués et 105 personnes blessées» dans la région de Kalar, a fait savoir le directeur de l'hôpital de cette localité située plus au sud.

Dans l'ensemble de la province, des personnes sont sorties dans les rues au moment de la secousse et des dégâts matériels ont été signalés.

La secousse a été ressentie pendant une vingtaine de secondes à Bagdad et parfois pour des durées plus longues dans les autres provinces d'Irak, qui ont toutes été touchées.

Côté iranien, les villes les plus touchées semblent être celle frontalière de Qasr-e Shirin, dans la province de Kermanshah, et Azgaleh, à une quarantaine de kilomètres au nord-est, selon les informations diffusées par les médias d'Etat.

«Nous sommes en train d'installer trois camps d'urgence», a déclaré à la télévison d'Etat le gouverneur adjoint de Kermanshah.

D'après l'agence de presse officielle Irna, une trentaine d'équipes de secouristes du Croissant-Rouge iranien ont été envoyées dans l'ouest de l'Iran.

Interrogé par la télévision d'Etat, Pir Hossein Koolivand, le chef du Service national d'urgence, a déclaré qu'il était «difficile d'envoyer des équipes de secours dans les villages car les routes ont été coupées (...), nous avons eu des glissements de terrains».

Selon le site internet de la radio-télévision d'Etat, les écoles seront fermées lundi 13 novembre dans les provinces de Kermanshah et d'Ilam touchées par le séisme.

En Irak, à Darbandakhan, et en Iran dans la province d'Ilam frontalière de l'Irak, les autorités ont appelé les habitants à dormir à l'extérieur des maisons et parfois à se déplacer par précaution.

Certaines zones des deux pays sont privées d'électricité en raison du séisme.

La secousse a également été ressentie dans le sud-est de la Turquie, une région bordée par l'Iran et l'Irak, et, dans la ville de Diyarbakir, des habitants ont quitté leurs maisons au moment du tremblement de terre, mais y sont revenus peu après.

Le dernier grand séisme en Iran remonte à décembre 2003 à Bam, dans la province de Kerman (sud-est). Au moins 31 000 personnes avaient été tuées et cette ville avait été presque entièrement détruite.

En avril 2013, l'Iran avait subi à quelques jours d'intervalle deux séismes de magnitude 6,4 puis 7,7, la plus forte secousse depuis 1957 dans ce pays.

Ils avaient fait une quarantaine de morts en Iran et autant au Pakistan voisin.

En juin 1990, un séisme d'une magnitude de 7,4 en Iran près de la mer Caspienne (nord) avait fait 40 000 morts, plus de 300 000 blessés et 500 000 sans-abri. En quelques secondes, une superficie de 2 100 km2, comprenant 27 villes et 1 871 villages repartis sur les provinces de Ghilan et de Zandjan, avait été dévastée.

Source : sites web

13-11-2017 | 09:43
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut