Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Hariri : je serai à Beyrouth pour le 22/11 et je discuterais les positions politiques avec Aoun Des sous-marins britanniques lanceraient des drones pour espionner les Russes MBS prend en otage deux enfants de Hariri Gebran Bassil à RT : la souveraineté du Liban n’est pas «à vendre» Moscou refuse de proroger la mission d’enquête sur les armes chimiques en Syrie N’oubliez jamais où vous vous garez. Cet automobiliste allemand l’a compris 20 ans après Le programme balistique de l’Iran «ne regarde pas» la France, affirme Velayati Le Premier ministre libanais Saad Hariri est arrivé à Paris Pays-Bas: les femmes terroristes inquiètent les services de renseignement Pyongyang créerait son premier sous-marin doté de missiles balistiques «Israël» pas prêt à faire la guerre pour les Saoudiens, disent les experts Maduro promet à l’opposition des élections présidentielles en échange d’une levée des sanctions US France: début du procès du «tireur de Paris» Abdelhakim Dekhar Irak: l’armée a repris Rawa, dernière localité du pays tenue par «Daech» Zimbabwe : arrestations autour de Mugabe, l’ex-vice-président de retour Séisme en Iran: 436 morts, situation encore critique Pour l’Iran, l’attitude «partiale» de Paris aggrave les crises au Moyen-Orient Le Congrès américain vote 700 milliards de dollars pour la défense Eisenkot aux médias saoudiens : «Israël» prêt à partager avec l’Arabie des renseignements sur l’Iran Syrie: plus de 1.200 sites terroristes éliminées en une semaine «Israël» viole le droit international au Golan et dans les territoires occupés, dit l’ONU D’où proviennent les armes conservées dans les dépôts de «Daech»? Syrie: nouvel assaut de l’armée à Boukamal, dernière ville tenue par «Daech» Michel Aoun attendra le retour de Saad Hariri de Paris pour toute décision sur le gouvernement Assad : les développements régionaux confirment la justesse des politiques adoptées par la Syrie Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> EXCLUSIVITÉS >> Analyses >> Analyses

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Samer R. Zoughaib

Les sanctions américaines contre le Hezbollah et l’escalade politique et diplomatique contre l’Iran sont relayés par des médias libanais, arabes et internationaux, qui font un tapage assourdissant autour de cette affaire. En face, l’axe de la Résistance garde toute sa sérénité. Voilà pourquoi.

Les sanctions américaines: un vulgaire acte de vengeance

Des hommes politiques, des «intellectuels» et des médias, au Liban, dans le monde arabe et sur la scène internationale, commentent avec ferveur les sanctions américaines contre le Hezbollah et l’escalade politique et diplomatique initiée par le président Donald Trump contre l’Iran. Ne cachant pas leur satisfaction, ces individus et ces supports médiatiques jubilent, confondant leurs rêves avec la réalité. Voici enfin venu le chevalier sauveur, sur sa magnifique monture, pour détruire l’axe de la Résistance! Ils relaient avec allégresse les menaces de Washington; imaginent les scénarios les plus fantaisistes, prévoyant une guerre «israélienne» destructrice contre le Liban, lorsqu’ils ne l’appellent pas de leurs vœux; se frottent les mains en attendant les effets «dévastateurs» des sanctions américaines sur le Hezbollah… l’attitude de ces milieux politico-médiatiques montrent à quel point la haine peut frapper d’aveuglement ceux qui la portent dans le cœur, et priver les individus de leur capacité de discernement.

Un acte de vengeance des Etats-Unis

Ces milieux sont irrités par le calme affiché par le Hezbollah. S’imaginaient-ils que la Résistance allait hisser le drapeau blanc et se plier aux injonctions des Etats-Unis et d’«Israël»? Ces milieux déconnectés de la réalité ont perdu tous leurs repères et leurs grilles d’analyse. N’ont-ils pas compris que les mesures américaines ne sont qu’un acte de vengeance d’une puissance vaincue, qui a vu tous ses plans contrariés dans la région? N-ont-ils pas saisi que les gesticulations de Washington visent à cacher la défaite de son projet en Syrie et en Irak et à ternir l‘éclat de la victoire de l’axe de la Résistance?  

Après 7 ans de combats, l’Irak et la Syrie, soutenus par l’Iran et la Russie, ont vaincu le projet takfiriste, au grand dam des Américains, qui avaient dit qu’il faudrait 30 ans pour venir à bout de ces organisations obscurantistes. Washington espérait qu’en instrumentalisant «Daech» et consorts, il saignerait à blanc les Etats et les peuples de la région, pour le compte d’«Israël». Mais c’était sans compter la détermination et la volonté de l’axe de la Résistance, qui a réussi à déjouer les plans américains et à détruire «Daech» et ses affidés.

Un pas en arrière

Ceux qui applaudissent aux sanctions américaines, ou ceux qui, sans le dire tout haut, espèrent qu’elles feront plier le Hezbollah, ne réalisent pas que ces mesures constituent un pas en arrière pour Washington et «Israël». Ces deux pays ont essayé la guerre directe, en envoyant leurs armées sur le champ de bataille, en Irak et 2003, et au Liban en 2006. Ils n’ont essuyé que défaite et déception. Ils ont alors tenté la guerre par procuration, en recrutant dans le monde entier des dizaines de milliers de combattants envoyés en Irak et en Syrie, dans l’espoir qu’ils réussiraient là où eux ont échoué. Nouveau fiasco. Ils se sont alors rabattus sur les sanctions économiques et les tentatives d’isolement du Hezbollah et de l’Iran.

Mais y a-t-il quelqu’un de censé pour croire que ce que Washington n’a pu obtenir sur le champ de bataille, par l’invasion directe ou la guerre par procuration, il l’obtiendrait par l’intimidation, les menaces verbales et les gesticulations diplomatiques?            

La résistance de la Syrie et la victoire de l’Irak, avec le soutien de l’Iran et de la Russie, ont jeté les fondements d’un nouvel ordre mondial caractérisé par le recul de l’influence et de la puissance de l’Amérique et l’émergence d’un monde multipolaire. Les Etats-Unis en sont conscients et ils tentent de retarder autant que possible le moment fatidique. Mais ils manquent de moyens et ce ne sont pas les sanctions contre le Hezbollah et la dénonciation de l’accord nucléaire avec l’Iran qui vont les aider à conserver leur hégémonie sur le monde.

Si certains au Liban sont satisfaits des dernières mesures américaines contre le Hezbollah, d’autres ne les approuvent pas. Toutefois, ceux-ci gardent le silence et essayent de s’adapter, comme ils le font depuis des années. Cette attitude n’est pas utile. Ils devraient prendre exemple sur l’Iran, la Russie et la Syrie, qui ont rejeté fermement les mesures américaines et ont trouvé dans les sanctions une occasion pour construire une économie libérée de l’hégémonie des Etats-Unis. Car c’est en atteignant l’indépendance économique que l’indépendance politique trouve les moyens de son épanouissement.

Source : French.alahednews

16-10-2017 | 13:54
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut