Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
La Banque Centrale iranienne annonce la croissance économique du pays Damas met en garde Ankara contre une intervention militaire à Afrin La propagande terroriste continue malgré les efforts des réseaux sociaux Le WSJ présage un futur macabre pour le dollar Pyongyang prépare un défilé militaire pour la veille des JO Aide aux Palestiniens: La Belgique promet 19 millions d’euros sur 3 ans à l’UNRWA Maroc: poursuite de la contestation dans une ancienne ville minière Faits honteux du programme d’armement des groupes armés syriens par la CIA Londres va augmenter de 44,5 millions de livres sa contribution financière à Calais Nucléaire iranien: le patron de l’ONU défend l’accord que Donald Trump veut durcir Washington admet que l’Iran connait ses plus forts moments, assure le vice-ministre iranien des AE GB: les députés adoptent la loi de retrait de l’UE «L’ambassade US en Israël ne sera pas transférée à Jérusalem cette année», dit Trump Commandant en chef de l’armée: «Nous sommes prêts à riposter à toute agression israélienne» «Israël» maintient Ahed al-Tamimi en détention jusqu’à son procès Six bombardiers nucléaires US dépêchés vers la péninsule coréenne Le Bitcoin perd un quart de sa valeur en 24h Aide aux Palestiniens: le gel US «vise à liquider la question des réfugiés», dénonce la LA Lors d’un entretien avec Berry, Rohani salue «les liens solides avec le Liban» Juncker «aimerait bien» que le Royaume-Uni revienne dans l’UE après le Brexit Familles de terroristes en Syrie: plainte contre la France pour «détention arbitraire» L’Inde et «Israël» ont établi une liaison aérienne via l’espace aérien saoudien Gel de l’aide américaine aux Palestiniens: l’UNRWA dans sa pire crise Collisions: procédure pour «homicide par négligence» contre deux commandants de l’US Navy Toute activité sur Twitter enregistrée, messages privés compris
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Asie >> Asie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

L'offensive militaire menée en Birmanie contre les Rohingyas et qui a provoqué la fuite d'un demi-million d'entre eux au Bangladesh vise manifestement à les empêcher de revenir chez eux, a estimé mercredi le Bureau des droits de l'homme de l'ONU.

L'ONU dénonce la politique anti-Rohingyas de la terre brûlée.

Des milliers de Rohingyas fuient chaque jour l'Etat de Rakhine pour se réfugier au Bangladesh voisin.

Plus de 500.000 d'entre eux y sont arrivés depuis le 25 août, quand l’armée birmane a intensifié la campagne de répression contre cette minorité musulmane qui vit dans un pays majoritairement bouddhiste.

«Si des villages sont complètement rasés et que les possibilités d'existence sont détruites, nous craignons qu'ils (les Rohingyas) ne soient incarcérés ou détenus dans des camps», a déclaré à la presse la responsable de la région Asie-Pacifique du Bureau des droits de l'homme de l'ONU, Jyoti Sanghera.

Un rapport reposant sur les témoignages recueillis du 14 au 24 septembre de 65 Rohingyas arrivés au Bangladesh fait état d'«opérations de nettoyage» antérieures parfois d'un mois au 25 août, avec assassinats, cas de torture ou viols d'enfants.

«Des informations crédibles indiquent que les forces de sécurité birmanes ont délibérément détruit les biens des Rohingyas, ont incendié leurs maisons et des villages entiers dans l'Etat de Rakhine, non seulement pour faire fuir la population en grand nombre mais aussi pour empêcher les victimes rohingyas ayant fui de rentrer chez elles», dit le rapport.

Outre l'incendie de villages, les récoltes sont détruites et le bétail est massacré, ajoute le rapport, une politique de la terre brûlée qui rend le retour des Rohingyas à une vie normale «pratiquement impossible».

D'après les témoignages recueillis, les forces de sécurité birmanes se sont rendues coupables d'exactions, «en abattant parfois à bout portant et dans le dos ceux qui s'enfuyaient».

Le rapport onusien cite le récit d'une jeune adolescente de 12 ans originaire de Rathedaung racontant comment l'armée a encerclé sa maison avant de commencer à tirer.

«Ils ont tiré sur ma sœur sous mes yeux, elle n'avait que sept ans. Elle pleurait et me disait de m'enfuir. J'ai essayé de la protéger et prendre soin d'elle, mais on n'avait rien pour la soigner. Elle saignait tellement qu'elle est morte un jour plus tard. Je l'ai enterrée moi-même», a-t-elle expliqué.

La petite fille dit ignorer le sort de sa mère et de ses quatre frères, tout comme celui de son père qui avait été détenu un mois plus tôt.

Source: agences et rédaction

12-10-2017 | 12:09
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut