Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
La partition de l’Irak enterrée avec la reconquête de Kirkouk Gaza : Sit-in en solidarité avec les Palestiniens incarcérés par «Israël» Irak: élections au Kurdistan reportées, faute de candidats «Israël» a vendu au Myanmar des armes utilisées contre les Rohingyas (journal israélien) Bahreïn : liberté provisoire pour la militante Ebtisam al-Saegh Près d’un million de Rohingyas se sont réfugiés au Bangladesh Damas: Raqqa n’est pas libérée tant que l’armée syrienne n’y est entrée Des militaires US et turcs dans des villes en Syrie est un acte «d’agression», selon Damas Les vraies raisons pour lesquelles Trump quitte l’UNESCO Berry: Les législatives auront lieu à un million de pourcents Un Palestinien arrêté après un «bonjour» posté sur Facebook Les fonctionnaires catalans, y compris la police, n’obéiront pas aux ordres de Madrid Argentine: le président Macri s’impose lors des législatives de mi-mandat Les bombardiers nucléaires US vont être placés en alerte 24h/24, une première depuis 1991 Un adolescent attaque plusieurs personnes à la hache en Suisse Nouvelles manœuvres US en Corée du Sud: les militaires s’exercent à évacuer L’Iran encourage le Hamas à poursuivre sa lutte contre «Israël» Nigeria: 13 morts dans un triple attentat-suicide à Maiduguri Téhéran : sans l’Iran, «Daech» aurait pris le contrôle de capitales arabes Bahreïn: des civils déférés devant une cour militaire, une première Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Iran

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Les États-Unis s'opposeront au «monde entier», et pas seulement à l'Iran, s'ils sortent de l'accord sur le nucléaire iranien, a déclaré mercredi le président iranien Hassan Rohani, alors que son homologue américain Donald Trump s'apprête à dénoncer cet accord signé en 2015.

Nucléaire: l'Iran presse Trump de ne pas s'aliéner le «monde entier»

«Si les États-Unis prennent une position hostile à l'égard d'un accord international, approuvé par le Conseil de sécurité des Nations unies, ils ne s'opposeront pas seulement à l'Iran mais au monde entier», a déclaré M. Rohani lors d'une intervention en conseil des ministres retransmise par la télévision d'État. «S'ils commettent l'erreur de sortir de l'accord nucléaire, ce sera seulement au détriment des Américains. Nous aurons alors différentes possibilités et nous choisirons le chemin qui sera dans l'intérêt de la nation», a-t-il ajouté.

«Aujourd'hui, les 28 pays [de l'Union européenne] et les autres pays du monde sont aux côtés de l'Iran», a encore déclaré le président iranien, «si les Américains commettent cette erreur, ils auront agi contre l'honneur et les intérêts nationaux des États-Unis [...] On saura alors clairement quel État est hors-la-loi».

M. Rohani a également dénoncé la politique américaine à ses frontières, en accusant Washington d'avoir créé l'insécurité en Afghanistan et en Irak.

Signé en juillet 2015 par l'Iran et le Groupe des Six (Allemagne, Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et Russie), l'accord sur le nucléaire iranien a permis une levée progressive des sanctions économiques internationales contre l'Iran en échange de garanties apportées par Téhéran sur la nature exclusivement civile de son programme nucléaire. Lundi, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), organe onusien chargé de veiller à la non-prolifération nucléaire, a redit que l'Iran avait bien respecté ses obligations découlant de l'accord.

Selon des sources concordantes interrogées par l'AFP, M. Trump, pour qui l'Iran ne respecte pas «l'esprit» de ce traité, devrait annoncer cette semaine qu'il ne le «certifie» pas. Une telle annonce entraînerait l'ouverture d'un débat au Congrès des États-Unis, lequel aurait alors 60 jours pour décider de réimposer ou non les sanctions américaines suspendues contre Téhéran.

Source : AFP

11-10-2017 | 15:09
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut