Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
La Banque Centrale iranienne annonce la croissance économique du pays Damas met en garde Ankara contre une intervention militaire à Afrin La propagande terroriste continue malgré les efforts des réseaux sociaux Le WSJ présage un futur macabre pour le dollar Pyongyang prépare un défilé militaire pour la veille des JO Aide aux Palestiniens: La Belgique promet 19 millions d’euros sur 3 ans à l’UNRWA Maroc: poursuite de la contestation dans une ancienne ville minière Faits honteux du programme d’armement des groupes armés syriens par la CIA Londres va augmenter de 44,5 millions de livres sa contribution financière à Calais Nucléaire iranien: le patron de l’ONU défend l’accord que Donald Trump veut durcir Washington admet que l’Iran connait ses plus forts moments, assure le vice-ministre iranien des AE GB: les députés adoptent la loi de retrait de l’UE «L’ambassade US en Israël ne sera pas transférée à Jérusalem cette année», dit Trump Commandant en chef de l’armée: «Nous sommes prêts à riposter à toute agression israélienne» «Israël» maintient Ahed al-Tamimi en détention jusqu’à son procès Six bombardiers nucléaires US dépêchés vers la péninsule coréenne Le Bitcoin perd un quart de sa valeur en 24h Aide aux Palestiniens: le gel US «vise à liquider la question des réfugiés», dénonce la LA Lors d’un entretien avec Berry, Rohani salue «les liens solides avec le Liban» Juncker «aimerait bien» que le Royaume-Uni revienne dans l’UE après le Brexit Familles de terroristes en Syrie: plainte contre la France pour «détention arbitraire» L’Inde et «Israël» ont établi une liaison aérienne via l’espace aérien saoudien Gel de l’aide américaine aux Palestiniens: l’UNRWA dans sa pire crise Collisions: procédure pour «homicide par négligence» contre deux commandants de l’US Navy Toute activité sur Twitter enregistrée, messages privés compris
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Iran

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Les États-Unis s'opposeront au «monde entier», et pas seulement à l'Iran, s'ils sortent de l'accord sur le nucléaire iranien, a déclaré mercredi le président iranien Hassan Rohani, alors que son homologue américain Donald Trump s'apprête à dénoncer cet accord signé en 2015.

Nucléaire: l'Iran presse Trump de ne pas s'aliéner le «monde entier»

«Si les États-Unis prennent une position hostile à l'égard d'un accord international, approuvé par le Conseil de sécurité des Nations unies, ils ne s'opposeront pas seulement à l'Iran mais au monde entier», a déclaré M. Rohani lors d'une intervention en conseil des ministres retransmise par la télévision d'État. «S'ils commettent l'erreur de sortir de l'accord nucléaire, ce sera seulement au détriment des Américains. Nous aurons alors différentes possibilités et nous choisirons le chemin qui sera dans l'intérêt de la nation», a-t-il ajouté.

«Aujourd'hui, les 28 pays [de l'Union européenne] et les autres pays du monde sont aux côtés de l'Iran», a encore déclaré le président iranien, «si les Américains commettent cette erreur, ils auront agi contre l'honneur et les intérêts nationaux des États-Unis [...] On saura alors clairement quel État est hors-la-loi».

M. Rohani a également dénoncé la politique américaine à ses frontières, en accusant Washington d'avoir créé l'insécurité en Afghanistan et en Irak.

Signé en juillet 2015 par l'Iran et le Groupe des Six (Allemagne, Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et Russie), l'accord sur le nucléaire iranien a permis une levée progressive des sanctions économiques internationales contre l'Iran en échange de garanties apportées par Téhéran sur la nature exclusivement civile de son programme nucléaire. Lundi, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), organe onusien chargé de veiller à la non-prolifération nucléaire, a redit que l'Iran avait bien respecté ses obligations découlant de l'accord.

Selon des sources concordantes interrogées par l'AFP, M. Trump, pour qui l'Iran ne respecte pas «l'esprit» de ce traité, devrait annoncer cette semaine qu'il ne le «certifie» pas. Une telle annonce entraînerait l'ouverture d'un débat au Congrès des États-Unis, lequel aurait alors 60 jours pour décider de réimposer ou non les sanctions américaines suspendues contre Téhéran.

Source : AFP

11-10-2017 | 15:09
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut