Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
La Banque Centrale iranienne annonce la croissance économique du pays Damas met en garde Ankara contre une intervention militaire à Afrin La propagande terroriste continue malgré les efforts des réseaux sociaux Le WSJ présage un futur macabre pour le dollar Pyongyang prépare un défilé militaire pour la veille des JO Aide aux Palestiniens: La Belgique promet 19 millions d’euros sur 3 ans à l’UNRWA Maroc: poursuite de la contestation dans une ancienne ville minière Faits honteux du programme d’armement des groupes armés syriens par la CIA Londres va augmenter de 44,5 millions de livres sa contribution financière à Calais Nucléaire iranien: le patron de l’ONU défend l’accord que Donald Trump veut durcir Washington admet que l’Iran connait ses plus forts moments, assure le vice-ministre iranien des AE GB: les députés adoptent la loi de retrait de l’UE «L’ambassade US en Israël ne sera pas transférée à Jérusalem cette année», dit Trump Commandant en chef de l’armée: «Nous sommes prêts à riposter à toute agression israélienne» «Israël» maintient Ahed al-Tamimi en détention jusqu’à son procès Six bombardiers nucléaires US dépêchés vers la péninsule coréenne Le Bitcoin perd un quart de sa valeur en 24h Aide aux Palestiniens: le gel US «vise à liquider la question des réfugiés», dénonce la LA Lors d’un entretien avec Berry, Rohani salue «les liens solides avec le Liban» Juncker «aimerait bien» que le Royaume-Uni revienne dans l’UE après le Brexit Familles de terroristes en Syrie: plainte contre la France pour «détention arbitraire» L’Inde et «Israël» ont établi une liaison aérienne via l’espace aérien saoudien Gel de l’aide américaine aux Palestiniens: l’UNRWA dans sa pire crise Collisions: procédure pour «homicide par négligence» contre deux commandants de l’US Navy Toute activité sur Twitter enregistrée, messages privés compris
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> FAITS DIVERS

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le nombre d'enfants et d'adolescents obèses dans le monde a été multiplié par plus de dix depuis 1975, mais ceux en insuffisance pondérale restent encore plus nombreux, selon une étude publiée mercredi, qui appelle à lutter de front contre ces «deux fléaux» de la malnutrition.

Le monde compte dix fois plus d'enfants et d'ados obèses qu'il y a 40 ans.

Si les tendances observées ces dernières années se poursuivent, l'obésité juvénile surpassera l'insuffisance pondérale d'ici 2022, prédisent toutefois les auteurs de cette étude, publiée dans la revue médicale britannique The Lancet.

En 2016, 124 millions de jeunes de 5 à 19 ans étaient considérés comme obèses, contre seulement 11 millions en 1975, évalue l'étude, conduite par l'Imperial College de Londres et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Le phénomène concerne toutes les régions du monde. Les pays les plus touchés sont certaines îles de Polynésie (plus de 30% des 5-19 ans touchés aux îles Cook, par exemple), tandis que ce taux atteint ou dépasse 20% aux Etats-Unis, en Egypte ou encore en Arabie saoudite.

Si cette prévalence semble plafonner depuis quelques années dans les pays riches, elle continue à grimper dans les pays à revenu faible ou moyen.

Le nombre d'enfants et d'adolescents en insuffisance pondérale diminue lui lentement depuis 2000 - sauf en Asie du Sud et du Sud-Est et en Afrique du centre, de l'Est et de l'Ouest.

L'an dernier, on comptait encore 192 millions d'entre eux en sous-poids modéré ou sévère, ajoutent les auteurs, qui ont analysé des données portant sur 31,5 millions de jeunes dans 200 pays.

Les deux tiers de ces jeunes en sous-poids habitent en Asie du Sud-Est, notamment en Inde.

Un poids trop faible augmente notamment les risques de maladies infectieuses.

«Il y a toujours besoin de politiques qui encouragent la sécurité alimentaire dans les pays et les foyers à faible revenu. (...) Mais nos données montrent que la transition de l'insuffisance pondérale vers le surpoids de l'obésité peut se produire rapidement», avertit le Pr Majid Ezzati de l'Imperial College de Londres, qui a coordonné leurs travaux.

Le spécialiste de santé environnementale met en garde en particulier contre le risque de «mauvaise transition alimentaire, avec une augmentation des aliments à forte teneur énergétique mais pauvres en nutriments».

«Très peu de politiques et de programmes essayent de rendre accessibles aux familles pauvres les aliments sains, tels que les céréales complètes et les fruits et légumes frais», a-t-il déploré, dans un communiqué accompagnant l'étude.

Cela entraîne des inégalités sociales face à l'obésité et limite les possibilités de réduire ce fardeau, souligne le chercheur.

L'obésité provoque des risques accrus de maladies chroniques, telles que le diabète, et de maladies cardiovasculaires.

Source: agences et rédaction

11-10-2017 | 14:04
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut