Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

L’extrémiste Djamel Beghal expulsé vers l’Algérie Nigeria: des dizaines de soldats tués dans une attaque de «Boko Haram» Nucléaire : le retrait américain «a des répercussions négatives» sur la région, estime Aoun Sayed Khamenei : la politique satanique «deal du siècle» ne se réalisera jamais France: une victoire des Bleus au Mondial 2018 ternie par les échauffourées L’Iran tiendra tête aux USA, assure sayed Khamenei Sommet Trump-Poutine sous les yeux attentifs de l’Europe Tunisie: le PM devra démissionner si la crise perdure, dit le président La Dahié plus belle qu’elle ne l’était avant la guerre de 2006 À qui sera-t-il offert le ballon de la finale France-Croatie signé par Poutine et Macron? Assad : l’armée a la volonté ferme de libérer tous les territoires syriens du terrorisme Brexit: May confie que Trump lui a suggéré de «poursuivre» l’UE en justice Les sionistes du Royaume sont prêts… Poutine: La Russie a été visée par «25 millions de cyber-attaques» lors du Mondial 2018 Gaza : frappes israéliennes les plus importantes depuis 2014 Brusque escalade militaire en Syrie: Des cibles israéliennes sensibles dans le Golan frappées
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Moyen Orient

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le représentant spécial de l'ONU au Yémen, Ismaïl Ould Cheikh Ahmed, a réclamé mardi à nouveau un arrêt de la guerre au Yémen, lors d'une allocution devant le Conseil de sécurité à New York.

L'ONU réclame à nouveau la fin de la guerre au Yémen

«Il y a une nécessité accrue de conclure un accord pour mettre un terme à la guerre et former un nouveau gouvernement représentant tous les Yéménites», a affirmé le responsable de l'ONU. «Il faut mettre un terme au sang versé» et «ne pas s'accoutumer à la guerre», a-t-il insisté lors de cette réunion publique du Conseil suivie de consultations à huis clos.

En mars 2015, l'Arabie saoudite a pris la tête d'une coalition arabe pour mener une offensive contre le mouvement Ansarullah. Le conflit a fait quelque 8.500 morts et près de 49.000 blessés et provoqué une grave crise humanitaire, selon l'Organisation mondiale de la santé.

«Au Yémen, personne n'est gagnant sur le terrain de la bataille. Le grand perdant, c'est le peuple yéménite», a déploré Ismaïl Ould Cheikh Ahmed, en appelant à la tenue «de négociations de paix globales». «On travaille sur des mesures pour permettre un retour à la table des négociations», a-t-il dit, sans autres précisions.

Toutes les négociations et tentatives de cessez-le-feu ont échoué depuis trois ans au Yémen et le processus onusien reste bloqué.

La réouverture au trafic aérien de l'aéroport de Sanaa et au trafic maritime du port de Hodeida (ouest) sont «des éléments essentiels pour alléger la crise humanitaire», a aussi souligné le représentant de l'ONU. «Le choléra a tué plus de 2.000 personnes et touche chaque jour de plus en plus de Yéménites», a-t-il précisé.

Selon le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), le nombre de cas suspects de choléra est désormais estimé à 900.000 d'ici la fin de l'année au Yémen.

Source : agences et rédaction

11-10-2017 | 09:02
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut