Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
La partition de l’Irak enterrée avec la reconquête de Kirkouk Gaza : Sit-in en solidarité avec les Palestiniens incarcérés par «Israël» Irak: élections au Kurdistan reportées, faute de candidats «Israël» a vendu au Myanmar des armes utilisées contre les Rohingyas (journal israélien) Bahreïn : liberté provisoire pour la militante Ebtisam al-Saegh Près d’un million de Rohingyas se sont réfugiés au Bangladesh Damas: Raqqa n’est pas libérée tant que l’armée syrienne n’y est entrée Des militaires US et turcs dans des villes en Syrie est un acte «d’agression», selon Damas Les vraies raisons pour lesquelles Trump quitte l’UNESCO Berry: Les législatives auront lieu à un million de pourcents Un Palestinien arrêté après un «bonjour» posté sur Facebook Les fonctionnaires catalans, y compris la police, n’obéiront pas aux ordres de Madrid Argentine: le président Macri s’impose lors des législatives de mi-mandat Les bombardiers nucléaires US vont être placés en alerte 24h/24, une première depuis 1991 Un adolescent attaque plusieurs personnes à la hache en Suisse Nouvelles manœuvres US en Corée du Sud: les militaires s’exercent à évacuer L’Iran encourage le Hamas à poursuivre sa lutte contre «Israël» Nigeria: 13 morts dans un triple attentat-suicide à Maiduguri Téhéran : sans l’Iran, «Daech» aurait pris le contrôle de capitales arabes Bahreïn: des civils déférés devant une cour militaire, une première Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> EXCLUSIVITÉS >> Rapports >> Rapports

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le secrétaire général du Hezbollah sayed Hassan Nasrallah s’est adressé clairement aux Israéliens venus en Palestine occupée et les a appelés à la quitter, parce qu’ils payeront très chères les politiques de leur gouvernement, en cas de nouvelle guerre. Le site d’AlAhednews a focalisé sur une partie du discours et a contacté Abd Essatar Qassem, analyste palestinien et professeur de sciences politiques à l’Université de Naplouse, pour tenter de commenter certaines idées mentionnées par sayed Nasrallah.

Qui participera à la prochaine guerre entre «Israël» et le Hezbollah ?

Le secrétaire général du Hezbollah a fait une distinction entre les Juifs et les sionistes. Selon Abd Essatar Qassem, lorsque nous attaquons et insultons les Juifs, nous parlons d’une religion qui comprend des gens fidèles.

A la question de savoir si les personnes juives qui sont venues en Palestine et occupé des terres ne deviennent pas sionistes, le professeur a dit que «tout individu ayant pillé des propriétés arabes palestiniennes est sioniste et ne peut être jamais avec les droits arabes. Si une personne juive communiste habite la maison d’un citoyen palestinien à Haifa, je peux croire à ses propos quand elle prétend soutenir les droits arabes ? Non, parce qu’elle a pillé la maison d’un réfugié palestinien qui se trouve maintenant dans le camp de Borj el Barajné. Donc ce que vous dites est correct, mais en même temps sayed Hassan (Nasrallah, NDLR) a fait une distinction sur ce point-là (entre Juifs et sionistes, NDLR)».

Pour la première fois sayed Nasrallah appelle les Juifs à quitter la Palestine, parce qu’ils n'auront pas le temps de quitter la Palestine dans la prochaine guerre. Sur quoi compte le secrétaire général du Hezbollah dans cette menace ?

Et l'interlocuteur d'Alahednews d'indiquer : «On n’a pas de doute que le Hezbollah possède une puissance militaire importante et il y a une grande différence entre le soldat israélien et le combattant du Hezbollah. Ce dernier est plus professionnel et ses capacités tactiques sont très importantes. Le soldat israélien n’est pas courageux et a changé avec le temps. Celui qui existait au début de la création d’Israël n’existe plus maintenant. Les soldats israéliens sont plus nombreux mais les combattants du Hezbollah sont plus efficaces. L’un de ceux-ci équivaut à dix soldats israéliens et peut les combattre, tel a été le cas en 2006. Alors le Hezbollah a une grande puissance militaire et Israël ne peut pas l’éliminer. Les capacités tactiques du Hezbollah ont anéanti l'efficacité d'un nombre d'armes mortelles que possèdent Israël. Mais si le Hezbollah veut tenir sa parole qui dit que les Israéliens doivent partir parce qu’ils n’auront pas de place (dans la prochaine guerre, NDLR), selon mes informations militaires, ceci signifie que le Hezbollah a besoin d’une force militaire régulière comme l’armée syrienne ou l’armée iranienne.

Puisque sayed Nasrallah a prononcé ce discours donc il repose sur des promesses syrienne ou iranienne de participation directe pour offrir une couverture militaire régulière à une guerre non conventionnelle. Le Hezbollah a besoin d’avions militaires, de chars, il a besoin de capacités militaires d'une armée régulière. Mais en général l’armée israélienne n’est pas la même armée de jadis et le soldat israélien n’est pas le même soldat d'antan».

S’adressant aux Israéliens, sayed Nasrallah a parlé de plusieurs titres : Netanyahu et son gouvernement ne possèdent pas d’estimation correcte vers où cette guerre vous entrainera, ils ne savent pas ses limites, ses champs, qui y participera et qui y prendra part. Nous avons demandé à l’analyste Qassem de tenter de répondre à ces questions.

Selon le professeur Qassem, l'un des problèmes du Hezbollah dans sa guerre contre l'entité israélienne est que «les palestiniens n'ont pas encore décidé ce qu'ils veulent faire avec Israël. Ils sont hésitants. Nous ne savons pas si nous voulons combattre ou non. Nous ne savons pas si nous voulons vendre la patrie ou non. Hamas, Fatah, le mouvement populaire ou le mouvement démocratique, ces partis n'ont pas encore pris leur décision. En effet il faut qu'il y ait une position unie à cet égard, insiste Qassem. La direction générale, Fatah l'Intifada, et les autres partis, quel est leur travail ? Je souhaite savoir ce qu'ils font».

«C'est parce que ces partis-là doivent participer à la guerre si sayed Nasrallah veut entrer à la Galilée, les Palestiniens où seront-ils ? A Tibériade ?», s'interroge l'analyste qui signale ensuite que «l'espace géographique de la guerre est très grand. De ce point j'ai posé la question "qui sont ceux qui iraient procurer au Hezbollah les capacités militaires et le nombre de combattants pour couvrir le terrain ?" La Syrie, les Hachd al Chaabi et l'Iran vont aider le Hezbollah, indique Qassem qui souligne en outre que «les forces doivent être présentes (dans la région de bataille) avant la guerre».

Certains analystes ont estimé que le discours de sayed Nasrallah affirme le déclenchement d'une guerre imminente. D'autres disent que ce discours a reporté la guerre pour de longues années. Le professeur Qassem a estimé qu'Israël est un Etat effrayé et horrifié, c'est un Etat hobbesien c.à.d. qui a toujours peur et qui cherche toujours la force et qui attaque les autres de façon permanente. A ce moment Israël est plus effrayé parce qu'il a essayé en 2006 et la guerre contre Gaza en 2008, 2012 et 2014 et a trouvé que ses capacités militaires ont subi une corrosion, bien sûr ce n'est pas dans un sens total. Maintenant les Israéliens peuvent avoir plus d'avions mais leurs capacités à utiliser les armes et maintenir en place dans les champs de batailles ont diminué. Et donc ils ont peur, ils ont peur d'une frappe contre Dimona, la centrale nucléaire. Ils ont peur d'une frappe contre les réservoirs d'ammoniac, des aéroports militaires et civils. En effet ils sont horrifiés et par la suite, il est possible que le discours de sayed Hassan (Nasrallah) ait éloigné la guerre. Mais à la fin Israël ne peut que déclencher une guerre. Il ne peut jamais céder à des voisins puissants. Donc certainement il va mener une guerre, c'est pourquoi toujours je dis : pourquoi nous attendons la première frappe ? Pourquoi nous ne les frappons pas au début ? Pourquoi nous suggérons qu'Israël nous attaque tout le temps ? Nous sommes sous l'occupation et donc nous devons commencer le combat. Et en général celui qui débute le combat a plus de chance parce qu'il surprend l'ennemi. En tout cas il est possible que ce discours ait reporté la guerre mais certainement elle aura lieu.

Source : French.alahednews

07-10-2017 | 10:20
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut