Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Liban: Aoun appelle la communauté internationale à aider au retour des réfugiés syriens Discours du secrétaire général du Hezbollah sayed Nasrallah le 11/12/2017 Allemagne: nette diminution des demandeurs d’asile en 2017 Arabie : un jeune homme tué à al-Awamiya par le régime saoudien Discours du secrétaire général du Hezbollah sayed Nasrallah le 7 décembre 2017 «Israël» suspend la construction d’un mur par peur des snipers libanais USA/«ingérence» russe: Steve Bannon entendu par une commission parlementaire Un important homme politique serbe assassiné au Kosovo Brexit: l’UE «toujours ouvert» à un changement d’avis du Royaume-Uni, affirme Tusk Corée du Nord: Pékin dénonce la réunion d’alliés des Etats-Unis Plus de 930 personnes arrêtées pendant les troubles en Tunisie Un second livre explosif, celui-ci signé par Trump Téhéran dénonce à son tour le projet américain en Syrie Plus de 22 millions de Yéménites ont besoin d’aide Une fatwa pakistanaise condamne les attentats suicides «Fire and Fury» en bandes dessinées - Partie 1 «Israël» responsable de la mort d’un Palestinien handicapé, selon le Hamas Macron attendu à Calais, ville symbole de la crise migratoire Les médias islamiques d’après l’imam Khamenei Les USA auraient fourni des systèmes de missiles sol-air portatifs à des Kurdes syriens Berry en Iran : Il faut soutenir la résistance du peuple palestinien Rohingyas: la Birmanie et le Bangladesh se donnent deux ans pour régler le retour des réfugiés Tunisie: 3e nuit de heurts, plus de 300 arrestations
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Afrique >> Afrique

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Une plus grande coopération internationale est nécessaire pour vaincre «Boko Haram» et neutraliser la menace du groupe terroriste nigérian dans la région du lac Tchad, ont annoncé cette semaine des responsables militaires et politiques.

Nigeria: un «effort collectif» nécessaire contre «Boko Haram», dit le chef de l'armée.

Les insurgés, qui ont prêté allégeance à «Daech», ont ravagé une grande partie du nord-est du Nigeria depuis 2009, faisant au moins 20.000 morts et obligeant plus de 2,6 millions de personnes à fuir leurs maisons.

Pour le chef d'état-major des armées nigérian, un «effort collectif» est désormais nécessaire pour contrer les tactiques de guérilla de «Boko Haram».

«Nous voyons ces défis à travers le spectre de la guerre asymétrique», a déclaré mercredi le lieutenant-général Tukur Yusuf Buratai, au quartier général des opérations de lutte contre «Boko Haram» à Maiduguri, capitale de l'Etat du Borno.

C'est un «phénomène mondial», a-t-il relevé, ajoutant: «Nous devons travailler en synergie pour nous assurer que le terrorisme, qui affecte non seulement (notre pays) et la sous-région mais aussi le monde entier, sera vaincu».

La contre-insurrection menée depuis 2015 par les armées de la région (Nigeria, Tchad, Cameroun, Niger) a permis de chasser les terroristes de la plupart des localités dont ils s'étaient emparées, mais les attaques sanglantes restent quasi quotidiennes.

Le ministre des forces armées britanniques, Mark Lancaster, venu inspecter le programme de soutien de son pays dans le nord-est du Nigeria, a estimé de son côté que «la véritable clé» était une formation de base appropriée pour l'armée nigériane, y compris dans le domaine des droits de l'homme.

L'aide de nations étrangères est «une reconnaissance réelle que les problèmes auxquels nous sommes confrontés ici au Nigeria ne sont pas seulement les problèmes du Nigeria dans le nord-est», a-t-il également affirmé à l'AFP, avant de souligner: «Non seulement ils sont transfrontaliers au niveau régional, mais bien sûr c'est un problème international qui a une solution internationale».

Les gouvernements occidentaux se gardent de toute implication directe dans le conflit, certains ayant suspendu - temporairement - la vente d'armes et d'équipements militaires au Nigeria après de nombreuses polémiques sur les exactions présumées commises par l'armée nigériane.

Les soldats américains, britanniques, français et allemands, entre autres, assurent essentiellement un rôle de conseil et de soutien, notamment pour former l'armée nigériane à neutraliser la menace des engins explosifs improvisés.

Un accord de près de 600 millions de dollars, prévoyant notamment l'achat de 12 avions de chasse, avait été bloqué avec les États-Unis après un bombardement «accidentel» de l'armée nigériane sur un camp de déplacés ayant fait plus de 100 morts en janvier. Mais le Nigeria a affirmé cette semaine que l'achat avait finalement été approuvé.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson, a également déclaré le mois dernier qu'une demande d'équipement supplémentaire était envisagée.

Source: agences et rédaction

06-10-2017 | 16:11
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut