Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

Syrie: Les terroristes attaquent le convoi de bus des habitants de Fouaa et Kafarya Victoire 2006: Comment cette victoire a mis un terme à la guerre en Syrie ? Corée du Sud: l’ex-présidente condamnée à huit ans de prison supplémentaires Le ministère américain de la Justice veut lutter contre les menaces d’ingérence étrangère Tunisie: Le parti Ennahdha remporte la majorité des mairies Trump souhaite inviter Poutine à la Maison Blanche cet automne L’armée israélienne dit développer un nouveau modèle de chars Londres dément toute identification dans l’affaire Skripal Brusque escalade militaire en Syrie: Des cibles israéliennes sensibles dans le Golan frappées
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Europe >> Europe

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Un groupe d'une trentaine de députés s'est formé au sein du Parti conservateur pour réclamer le départ de la Première ministre britannique Theresa May, a affirmé vendredi un ancien ministre, réclamant l'élection d'un nouveau dirigeant à la tête des Tories.

GB: des élus conservateurs réclament le départ de Theresa May.

«Je pense, comme un certain nombre de mes collègues, qu'il est grand temps de soulever le problème du leadership», a déclaré le député Grant Shapps, ancien ministre du Développement international, à la radio BBC 4. «Il n'est plus possible de continuer ainsi. Le moment est venu d'organiser une nouvelle élection de nos dirigeants, ou au moins de préparer un calendrier en ce sens», a-t-il ajouté.

Ces commentaires surviennent deux jours après le calamiteux discours de Theresa May, prononcé en clôture du congrès du Parti conservateur à Manchester. La cheffe de gouvernement, gênée par de fréquentes quintes de toux, s'était péniblement exprimée, après avoir été interrompue par un manifestant venu lui remettre un formulaire de licenciement, «de la part de Boris Johnson», le ministre des Affaires étrangères. Pendant ce temps, sur le panneau derrière elle, les lettres du slogan des Tories se détachaient une à une.

Mais sa position à la tête du gouvernement est régulièrement remise en cause depuis juin, et la perte, par les conservateurs, de leur majorité absolue au Parlement, lors d'élections législatives qu'elle avait décidé de convoquer de manière anticipée.

Grant Shapps a précisé qu'il disposait du soutien d’une trentaine de députés. Selon les statuts du parti, un minimum de 48 membres du parlement est requis pour saisir le Comité 1922, responsable de l'organisation interne des Tories. «Grant a beaucoup de talents, mais la seule chose qu'il n'a pas, c'est des supporters au sein du parti. Tout ceci va tomber à l'eau», a minimisé le député conservateur Charles Walker, vice-président du Comité 1922.

Signe néanmoins que la question du maintien de la Première ministre se pose chez les conservateurs, la ministre de l'Intérieur Amber Rudd a pris position dans le débat. «Theresa May doit rester en place», a-t-elle soutenu dans une tribune publiée par le quotidien The Telegraph.

La question du leadership pourrait devenir d'autant plus sensible qu'elle pourrait bientôt avoir des implications financières. Charlie Mullins, créateur de la société de plomberie Pimlico Plumbers, et généreux donateur des Tories, a réclamé le départ de Theresa May. «Elle doit jeter l'éponge», a-t-il déclaré au Guardian, tout en critiquant l'attitude du ministre des Affaires étrangères Boris Johnson, qui a mis en scène ses désaccords avec la Première ministre tout au long du congrès, et pourrait être candidat à sa succession.

En 2003, les pressions exercées par certains soutiens financiers des conservateurs avaient sonné le glas du mandat d’Iain Duncan Smith à la tête des conservateurs, à l'époque dans l'opposition.

Source: agences et rédaction

06-10-2017 | 14:47
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut