Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

Irak: 41 villages libérés depuis le début de l’opération à Hawija Maria est «la tempête la plus dévastatrice» depuis près d’un siècle Les Kurdes et les mauvaises options ! France: la gauche radicale de Mélenchon défie Macron dans la rue «Daech» contrôle encore 80% des gisements pétroliers à Deir ez-Zor Les caractéristiques du missile iranien Khorramshahr Le Bangladesh affirme que l’afflux de réfugiés rohingyas a cessé Législatives en Allemagne: Merkel et son rival terminent la campagne dans leur fief Le Canada envisage des livraisons d’armes létales à l’Ukraine Soleimani: «Daech» serait complètement détruit d’ici deux mois Le référendum des Kurdes irakiens «illégitime et inacceptable», pour Ankara Les conseillers de Trump l’ont averti de ne pas attaquer personnellement Kim Jong-un Pékin va limiter les exportations de pétrole vers la Corée du Nord Nucléaire iranien: Lavrov met en garde contre la tentation de tout «mélanger» L’Iran dit avoir testé «avec succès» son nouveau missile Khoramshahr Netanyahu exclut le chef de bureau d’Al Jazeera d’une conférence Deux psychologues du programme de torture de la CIA échapperont à leur procès Le Hezbollah: les terroristes défigurent l’image de l’islam et les significations du «djihad» Attentat à Barcelone: condamnations internationales de «l’attaque terroriste» Attaque à Barcelone: 13 morts et plus de 100 blessés, «Deach» revendique L’Arabie saoudite ouvre ses frontières aux pèlerins qataris «Israël» démolit la maison d’un Palestinien ayant tué trois Israéliens en Cisjordanie La moitié des mineurs français présents en Syrie et en Irak ont moins de cinq ans La destruction des mausolées de Tombouctou évaluée à 2,7 millions d’euros 59 civils tués en 3 jours à Raqqa dans des raids de la coalition Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> FAITS DIVERS

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le bilan s'est alourdi mardi en Floride après le passage dévastateur de l'ouragan Irma, qui a fait 12 morts dans cet Etat américain et ravagé plusieurs îles des Caraïbes.

L'ouragan Irma fait 12 morts en Floride, près de 40 morts dans les Caraïbes

Bâtiments effondrés, mobile homes écrasés et des tonnes de débris à perte de vue: Irma a laissé derrière lui des dégâts considérables dans l'archipel des Keys, avec 85 % des habitations totalement ou partiellement détruites. C'est là qu'il avait frappé une première fois le territoire de la Floride dimanche matin, avec des vents soufflant à plus de 215 km/h.

Alors que la plupart des habitants rentraient constater les dégâts mardi, le porte-parole des services d'urgence de la Floride (Florida Division of Emergency Management), Alberto Moscoso, a annoncé dans la soirée un nouveau bilan de 12 morts, sans préciser les causes de leurs décès.

Plus tôt, le président américain Donald Trump avait annoncé qu'il se rendrait jeudi en Floride pour constater l'ampleur des dommages, accompagné de son épouse Melania.

Dans les Caraïbes, le président français Emmanuel Macron a visité l'île franco-néerlandaise de Saint-Martin, l'une des plus durement frappées par Irma, où s'est également rendu le roi des Pays-Bas Willem-Alexander.

L'archipel des Keys, une langue de terre souvent très étroite à seulement quelques mètres au-dessus du niveau de la mer, offrait mardi un spectacle de désolation.

«En gros, toutes les maisons dans les Keys ont été impactées d'une façon ou d'une autre», a indiqué mardi le chef de l'Agence américaine des situations d'urgence (Fema), Brock Long.

Quelque «25 % des maisons dans les Keys ont été détruites et 60 % ont été endommagées», a-t-il précisé.

Plus de 15 millions de personnes restaient toujours privées d'électricité, auxquelles s'ajoutent un million de personnes dans l'Etat voisin de Géorgie.

Toitures arrachées, arbres déracinés, routes coupées, sont encore le lot commun de nombreuses localités de Floride.

L'aéroport de Miami a repris mardi une activité limitée, opérant à 30 % de ses capacités. La ville n'a pas échappé aux pillages et 25 personnes ont été arrêtées, selon les services de police.

A Orlando, le parc d'attraction Disney World a rouvert ses portes, accueillant notamment des habitants et des touristes fuyant maisons et hôtels encore privés d'électricité et d'air conditionné.

Lourd bilan dans les Caraïbes

Mais c'est dans les Caraïbes que l'ouragan Irma, le plus puissant jamais mesuré dans l'Atlantique, a été le plus destructeur, faisant près de 40 morts.

Emmanuel Macron a reçu un accueil contrasté à Saint-Martin où les habitants critiquent le manque d'organisation et de réactivité des services de l'Etat.

Cinq jours après le passage de l'ouragan, l'île franco-néerlandaise vit encore dans la psychose des pillages, alors qu'Irma a fait au moins onze morts et plusieurs disparus dans les îles françaises, ainsi que quatre dans la partie néerlandaise, selon le dernier bilan.

«On est restés quatre, cinq jours sans aide, à se défendre tout seuls contre des gens armés», rapportait Fabrice, propriétaire de restaurant vivant à Saint-Martin depuis 15 ans et rapatrié en métropole lundi. «La gestion de l'Etat français ? Je suis vraiment désolé, mais zéro. On n'a pas du tout été soutenus», a-t-il estimé.

«Je comprends la colère de gens qui ont tout perdu ou beaucoup. Il faut maintenant une réponse à la hauteur du défi pour faire renaître Saint-Martin», a répondu le chef de l'Etat.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson, était lui attendu dans les îles Vierges britanniques et à Anguilla, alors que Londres aussi est pointé du doigt sur sa gestion de la catastrophe.

Le roi des Pays-Bas Willem-Alexander devait se rendre, lui, sur les îles de Saba et Sint-Eustatius après avoir passé la nuit dans la partie néerlandaise de Saint-Martin. Accompagné du ministre néerlandais de l'Intérieur Ronald Plasterk, il a rencontré des habitants et pu observer le déploiement de l'aide humanitaire. Il a fait part de son choc.

«Depuis l'avion déjà j'ai vu des choses que je n'avais encore jamais vues auparavant. J'avais vu la guerre et d'autres catastrophes naturelles mais jamais rien de tel. Tout est dévasté», a-t-il déclaré à la chaîne publique NOS.

Source: agences

13-09-2017 | 12:47
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut