Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

Irak: 41 villages libérés depuis le début de l’opération à Hawija Maria est «la tempête la plus dévastatrice» depuis près d’un siècle Les Kurdes et les mauvaises options ! France: la gauche radicale de Mélenchon défie Macron dans la rue «Daech» contrôle encore 80% des gisements pétroliers à Deir ez-Zor Les caractéristiques du missile iranien Khorramshahr Le Bangladesh affirme que l’afflux de réfugiés rohingyas a cessé Législatives en Allemagne: Merkel et son rival terminent la campagne dans leur fief Le Canada envisage des livraisons d’armes létales à l’Ukraine Soleimani: «Daech» serait complètement détruit d’ici deux mois Le référendum des Kurdes irakiens «illégitime et inacceptable», pour Ankara Les conseillers de Trump l’ont averti de ne pas attaquer personnellement Kim Jong-un Pékin va limiter les exportations de pétrole vers la Corée du Nord Nucléaire iranien: Lavrov met en garde contre la tentation de tout «mélanger» L’Iran dit avoir testé «avec succès» son nouveau missile Khoramshahr Netanyahu exclut le chef de bureau d’Al Jazeera d’une conférence Deux psychologues du programme de torture de la CIA échapperont à leur procès Le Hezbollah: les terroristes défigurent l’image de l’islam et les significations du «djihad» Attentat à Barcelone: condamnations internationales de «l’attaque terroriste» Attaque à Barcelone: 13 morts et plus de 100 blessés, «Deach» revendique L’Arabie saoudite ouvre ses frontières aux pèlerins qataris «Israël» démolit la maison d’un Palestinien ayant tué trois Israéliens en Cisjordanie La moitié des mineurs français présents en Syrie et en Irak ont moins de cinq ans La destruction des mausolées de Tombouctou évaluée à 2,7 millions d’euros 59 civils tués en 3 jours à Raqqa dans des raids de la coalition Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Asie >> Asie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

La Turquie a signé avec la Russie un contrat majeur portant sur l'achat de systèmes de défense antiaérienne S-400, a annoncé le président turc Recep Tayyip Erdogan cité mardi dans les médias turcs.

«Les signatures ont été faites pour l'achat de systèmes S-400 à la Russie», a déclaré Erdogan cité par plusieurs journaux dont le quotidien Hürriyet, ajoutant: «un acompte a également été versé pour autant que je le sache».

Le président russe Vladimir Poutine «et moi-même sommes déterminés sur cette question», a-t-il poursuivi, s'exprimant à la presse à bord de l'avion qui le ramenait d'une visite au Kazakhstan. Cet accord d'armement, dont le montant n'a pas été dévoilé, suscite l'inquiétude des alliés de la Turquie au sein de l'Alliance atlantique.

Le Pentagone a déjà tiré la sonnette d'alarme, affirmant que «généralement c'est plutôt une bonne idée pour des alliés d'acheter du matériel qui opère ensemble».

Mais le président Erdogan a estimé que la Turquie est libre d'acquérir le matériel de défense nécessaire à ses besoins.

«Nous prenons les décisions à propos de notre indépendance seuls. Nous sommes obligés de prendre des mesures de sécurité et de défense pour défendre notre pays», a-t-il déclaré.

Moscou a également confirmé l'accord: «Le contrat a été signé et on se prépare à le mettre en œuvre», a déclaré à l'agence de presse russe TASS Vladimir Kojine, conseiller pour la coopération militaire et technique du Kremlin. M. Kojine a expliqué que «les S-400 sont un des systèmes les plus compliqués, composé d'un ensemble de matériels techniques», d'où un grand nombre de «subtilités» à régler.

Un système S-400 comprend plusieurs stations radar ainsi que des missiles de diverses portées et des équipements de maintenance.

«Je peux seulement dire que toutes les décisions prises sur ce contrat correspondent à nos intérêts stratégiques», a-t-il poursuivi, ajoutant comprendre «très bien la réaction de certains de nos partenaires occidentaux qui essaient de faire pression sur la Turquie».

Les relations de la Russie avec l'Otan sont en crise depuis l'annexion de la Crimée en 2014 et le soutien apporté à des séparatistes pro-russes en Ukraine. Et tandis que la Turquie reste un membre-clé de l'Otan, ses liens avec les Etats-Unis sont particulièrement tendus du fait de la décision américaine de soutenir des milices kurdes syriennes considérées comme «terroristes» par la Turquie pour lutter contre le groupe «Daech».

Source: agences

12-09-2017 | 11:37
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut