Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

Syrie: Les terroristes attaquent le convoi de bus des habitants de Fouaa et Kafarya Victoire 2006: Comment cette victoire a mis un terme à la guerre en Syrie ? Corée du Sud: l’ex-présidente condamnée à huit ans de prison supplémentaires Le ministère américain de la Justice veut lutter contre les menaces d’ingérence étrangère Tunisie: Le parti Ennahdha remporte la majorité des mairies Trump souhaite inviter Poutine à la Maison Blanche cet automne L’armée israélienne dit développer un nouveau modèle de chars Londres dément toute identification dans l’affaire Skripal Brusque escalade militaire en Syrie: Des cibles israéliennes sensibles dans le Golan frappées
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Asie >> Asie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

La Turquie «a été dupe» pendant des années au sujet de son adhésion à l'Union européenne, a estimé jeudi l'ambassadeur turc en France, jugeant que l'Europe «n'avait pas dit toute la vérité».

«Depuis des années on nous fait attendre dans l'antichambre. Oui, on a été dupes, oui, on a l'impression que l'Europe ne nous a pas dit toute la vérité», a déclaré Ismail Hakki Musa devant l'European American Press Club à Paris, alors que la chancelière allemande Angela Merkel s'est dite favorable à un arrêt des négociations avec Ankara sur son adhésion à l'UE.

«On ne peut pas négocier pendant des années pour venir ensuite nous dire: +vous savez, on s'est trompé, vous n'avez pas de place à la maison. Nous ne voulons plus un mariage, mais un concubinage+», s'est insurgé l'ambassadeur, rejetant l'hypothèse d'un «partenariat privilégié» comme troisième voie éventuelle. «Un partenariat privilégié c'est un traitement dégradant. C'est trop tard», a-t-il déclaré, estimant qu'au bout du compte il revenait à l'Europe de «choisir». «Cette question concerne avant tout l'Europe, elle doit décider de son avenir», a-t-il poursuivi, déplorant que l'UE «n'ait pas son mot à dire sur les grandes crises internationales».

«Sur la Syrie, sur l'Irak, le Yémen ou l'Afghanistan, où est l'Europe ? Quel est le discours européen ? L'adoption de la Turquie aurait permis à cette Union d'avoir son mot à dire et d'être vraiment un acteur global», a-t-il estimé.

«Il est clair que la Turquie ne doit pas devenir un membre de l'Union européenne», a déclaré dimanche Mme Merkel alors que la situation des droits de l'Homme en Turquie depuis le putsch raté il y a un an est devenue un sujet de tensions entre Ankara et l'Europe.

Les laborieuses négociations sur l'adhésion de la Turquie sont menées depuis 2005 mais elles sont depuis des mois au point mort en raison de l'évolution politique dans ce pays, et du pouvoir du président Recep Tayyip Erdogan, accusé par ses détracteurs de dérive autoritaire.

«Les gens qui nous critiquent oublient qu'Erdogan a remporté 13 élections de suite. Il faut prendre au sérieux le peuple turc», a rétorqué l'ambassadeur turc, jugeant que les «carences démocratiques, les arrestations de journalistes, les droits de l'Homme» étaient des «questions techniques» et que le sujet de l'adhésion à l'UE était une «question politique».

Source: agences

07-09-2017 | 14:33
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut