Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

Victoire 2006: Comment cette victoire a mis un terme à la guerre en Syrie ? Corée du Sud: l’ex-présidente condamnée à huit ans de prison supplémentaires Le ministère américain de la Justice veut lutter contre les menaces d’ingérence étrangère Tunisie: Le parti Ennahdha remporte la majorité des mairies Trump souhaite inviter Poutine à la Maison Blanche cet automne L’armée israélienne dit développer un nouveau modèle de chars Londres dément toute identification dans l’affaire Skripal Brusque escalade militaire en Syrie: Des cibles israéliennes sensibles dans le Golan frappées
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Asie >> Asie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian a estimé vendredi que la Corée du Nord aurait «dans quelques mois les moyens de toucher par l'arme nucléaire les Etats-Unis, voire l'Europe», et mis en garde contre une situation «très grave».

Pyongyang aura «dans quelques mois» la possibilité de frapper les USA

Faut-il avoir peur de la Corée du Nord ? «Oui, la situation est très grave», a déclaré le ministre sur la radio RTL. «On voit une Corée du Nord qui se fixe comme objectif d'avoir demain des missiles permettant de transporter l'arme nucléaire. Dans quelques mois, cela sera une réalité et à ce moment là, quand elle aura les moyens de toucher par l'arme nucléaire les Etats-unis, voire même l'Europe, et au moins le Japon et la Chine, la situation sera explosive, c'est pourquoi il faut anticiper», a-t-il dit. «Il faut que la Corée du nord retrouve le chemin des négociations», a-t-il insisté.

Le survol du Japon mardi par un Hwasong-12 nord-coréen de portée intermédiaire a constitué une nouvelle escalade dans la crise sur la péninsule, après deux tirs de missiles intercontinentaux qui semblent mettre une bonne partie du continent américain à portée des armes de Pyongyang.

Si ce lancement a été unanimement condamné par le Conseil de sécurité de l'ONU, les capitales étrangères sont divisées sur la marche à suivre face à la Corée du Nord, et des interrogations subsistent sur le consensus au sein de l'administration américaine face à cette crise. Quant à la Chine, principal soutien de la Corée du Nord, elle est opposée à des nouvelles sanctions réclamées par le Japon et des capitales occidentales.

Source: agences

01-09-2017 | 12:38
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut