Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Hariri : je serai à Beyrouth pour le 22/11 et je discuterais les positions politiques avec Aoun Des sous-marins britanniques lanceraient des drones pour espionner les Russes MBS prend en otage deux enfants de Hariri Gebran Bassil à RT : la souveraineté du Liban n’est pas «à vendre» Moscou refuse de proroger la mission d’enquête sur les armes chimiques en Syrie N’oubliez jamais où vous vous garez. Cet automobiliste allemand l’a compris 20 ans après Le programme balistique de l’Iran «ne regarde pas» la France, affirme Velayati Le Premier ministre libanais Saad Hariri est arrivé à Paris Pays-Bas: les femmes terroristes inquiètent les services de renseignement Pyongyang créerait son premier sous-marin doté de missiles balistiques «Israël» pas prêt à faire la guerre pour les Saoudiens, disent les experts Maduro promet à l’opposition des élections présidentielles en échange d’une levée des sanctions US France: début du procès du «tireur de Paris» Abdelhakim Dekhar Irak: l’armée a repris Rawa, dernière localité du pays tenue par «Daech» Zimbabwe : arrestations autour de Mugabe, l’ex-vice-président de retour Séisme en Iran: 436 morts, situation encore critique Pour l’Iran, l’attitude «partiale» de Paris aggrave les crises au Moyen-Orient Le Congrès américain vote 700 milliards de dollars pour la défense Eisenkot aux médias saoudiens : «Israël» prêt à partager avec l’Arabie des renseignements sur l’Iran Syrie: plus de 1.200 sites terroristes éliminées en une semaine «Israël» viole le droit international au Golan et dans les territoires occupés, dit l’ONU D’où proviennent les armes conservées dans les dépôts de «Daech»? Syrie: nouvel assaut de l’armée à Boukamal, dernière ville tenue par «Daech» Michel Aoun attendra le retour de Saad Hariri de Paris pour toute décision sur le gouvernement Assad : les développements régionaux confirment la justesse des politiques adoptées par la Syrie Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Asie >> Asie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Environ 18.000 musulmans Rohingya de l'ouest de Myanmar ont pénétré au Bangladesh ces derniers jours pour fuir les violences les plus meurtrières en cinq ans de la part des forces de sécurité contre cette minorité, a déclaré mercredi l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Des milliers de Rohingya bloqués à la frontière avec le Bangladesh

Des «centaines et des centaines» d'autres dont le nombre précis est difficile à évaluer selon l'agence onusienne, sont bloqués dans un no man's land à la frontière, où des abris temporaires s'étendent sur une étroite de bande de terre de plusieurs centaines de mètres.

Beaucoup de réfugiés sont malades et au moins six ont perdu la vie après avoir franchi la frontière, déclare un travailleur humanitaire, qui ajoute que nombre d'entre eux refusent d'être aidés car ils redoutent d'être renvoyés au Myanmar.

Abdullah, un villageois toujours présent à Arakan, déclare que quatre des six hameaux de son village ont été incendiés par l'armée.

«C'est terrible, les maisons brûlent, tous les habitants fuient leurs maisons, les parents et leurs enfants sont séparés, certains sont perdus, d'autres sont morts», raconte-t-il au téléphone.

Avec sa femme et sa fille de cinq ans, il se prépare à parcourir les vingt kilomètres de chemin montagneux qui les séparent de la frontière.

Le sort réservé aux quelque 1,1 million de Rohingya dans un pays à prédominance bouddhiste est devenu l'un des plus gros défis lancés à Aung San Suu Kyi, qui exerce de facto les fonctions de chef du gouvernement myanmarais depuis près d'un an et demi.

Les Rohingya établis dans l'Etat d'Arakan ne peuvent obtenir la nationalité et leurs déplacements sont soumis à de sévères restrictions. Nombre de bouddhistes myanmarais les considèrent comme des immigrants illégaux venus du Bangladesh.

Ils fuient le pays depuis le début des années 1990 et sont désormais dans les 400.000 au Bangladesh, dont les autorités refusent désormais d'accepter d'autres réfugiés.

Le Conseil de sécurité des Nations unies se réunira ce mercredi à huis clos, à la demande de la Grande-Bretagne, pour examiner la situation.

Source: agences et rédaction

30-08-2017 | 12:26
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut