Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

L’extrémiste Djamel Beghal expulsé vers l’Algérie Nigeria: des dizaines de soldats tués dans une attaque de «Boko Haram» Nucléaire : le retrait américain «a des répercussions négatives» sur la région, estime Aoun Sayed Khamenei : la politique satanique «deal du siècle» ne se réalisera jamais France: une victoire des Bleus au Mondial 2018 ternie par les échauffourées L’Iran tiendra tête aux USA, assure sayed Khamenei Sommet Trump-Poutine sous les yeux attentifs de l’Europe Tunisie: le PM devra démissionner si la crise perdure, dit le président La Dahié plus belle qu’elle ne l’était avant la guerre de 2006 À qui sera-t-il offert le ballon de la finale France-Croatie signé par Poutine et Macron? Assad : l’armée a la volonté ferme de libérer tous les territoires syriens du terrorisme Brexit: May confie que Trump lui a suggéré de «poursuivre» l’UE en justice Les sionistes du Royaume sont prêts… Poutine: La Russie a été visée par «25 millions de cyber-attaques» lors du Mondial 2018 Gaza : frappes israéliennes les plus importantes depuis 2014 Brusque escalade militaire en Syrie: Des cibles israéliennes sensibles dans le Golan frappées
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Europe >> France

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Selon un rapport du Radicalisation Awareness Network (RAN, un organisme européen travaillant sur la prévention de la radicalisation) et rapporté par Le Figaro, la moitié des jeunes étant considérés comme extrémistes en France a moins de cinq ans. Une statistique pour le moins effrayante.

La moitié des mineurs français présents en Syrie et en Irak ont moins de cinq ans

Environ 450 mineurs français vivent dans le territoire contrôlé par «Daech». La moitié d'entre eux à moins de cinq ans. Ces enfants posent un vrai problème à la France puisqu'ils peuvent revenir du jour au lendemain. Ils ont été emmenés par leurs parents qui voulaient faire le «djihad» et aujourd'hui, ils sont particulièrement suivis par les autorités françaises chargées de surveiller les ressortissants partis rejoindre «Daech».

Tous les jours, ces enfants assistent à des scènes de combats et d'atrocités traumatisants. Ils sont également des cibles pour les combattants de «Daech» puisqu'ils peuvent être utilisés comme des vecteurs de propagande.

Pour ceux qui reviennent en France, le RAN conseille de les répartir en trois catégories : «ceux qui ont quitté l'Union européenne, avec leur famille ou seuls, pour vivre auprès d'une organisation terroriste à l'étranger et qui sont rentrés au pays, avec leur famille ou seuls», «les enfants nés en zone de conflit terroriste» avant de rejoindre l'Europe, et enfin «les enfants nés dans l'UE et dont le père/mère était impliqué dans une organisation terroriste à l'étranger», ce qui peut être par exemple le cas d'une femme rentrée enceinte dans son pays d'origine.

Source: sites web

17-08-2017 | 15:49
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut