Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Une attaque près d’une école militaire à Kaboul, au moins 15 soldats tués Le Commandement de l’armée syrienne : l’attaque affirme la coordination entre «Israël» et les terroristes Madrid veut destituer le gouvernement catalan et convoquer des élections Russie: un «recruteur de Daech» arrêté près de Saint-Pétersbourg Agressions au couteau en Allemagne: un suspect interpellé Les Rohingyas, une population oubliée Projet d’attentat : 8 suspects liés à l’«ultradroite» présentés à un juge antiterroriste Pour la 1ère fois, Washington reconnaît l’usage d’armes chimiques par le «Front Al-Nosra» Nucléaire iranien: Paris met en garde Washington contre tout renoncement à l’accord Texas aux victimes des ouragans: Pour obtenir l’aide, ne boycottez pas «Israël» Deux tiers des Américains sont hostiles à la sortie des USA de l’accord nucléaire iranien Le général Issam Zahreddine a humilié «Daech» de Baba Amr jusqu’à Deir Ezzor Les enfants de retour de Syrie et d’Irak, une menace selon le renseignement allemand Egypte : des combats avec des extrémistes font au moins 35 policiers et soldats tués USA: un milliardaire californien lance une campagne pour la destitution de Trump Attentat contre une mosquée à Kaboul: 39 martyrs, «Daech» revendique Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Europe >> Europe

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le maréchal Khalifa Haftar, estime à 20 milliards de dollars sur 20 ou 25 ans l'effort européen nécessaire pour aider à bloquer les flux de migrants à la frontière sud du pays.

Libye: le maréchal Haftar demande à l'UE de l'argent pour bloquer les migrants

«Le problème des migrants ne se résout pas sur nos côtes. S'ils ne partent plus par la mer nous devons les garder nous et la chose n'est pas possible», a expliqué le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'Est libyen, dans un entretien au quotidien italien Corriere della Sera du 12 août.

«Nous devons au contraire travailler ensemble pour bloquer les flux sur 4 000 kilomètres à la frontière désertique libyenne du Sud. Mes soldats sont prêts. Je contrôle plus des trois quarts du pays. Je possède la main-d’œuvre, mais il me manque les moyens», poursuit le chef de l'autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL).

«[Le président français] m'a demandé ce dont on a besoin, je suis en train de lui envoyer une liste», précise le maréchal Haftar. Dans la liste figureront «des formations pour les garde-frontières, des munitions, des armes, mais surtout des véhicules blindés, des jeeps pour le sable, des drones, des détecteurs, des lunettes de vision nocturnes, des hélicoptères». Le militaire a ajouté qu'il souhaitait installer des campements mobiles de 150 hommes au minimum tous les cent kilomètres.

Un vaste programme qu'il estime à «environ 20 milliards de dollars [soit près de 17 milliards d'euros] sur 20 ou 25 ans pour les pays européens unis dans un effort collectif».

A titre de comparaison, «la Turquie prend six milliards [à Bruxelles] pour contrôler un nombre infiniment inférieur de réfugiés syriens et quelques Irakiens», a-t-il fait remarquer, avant d'ajouter : «Nous, en Libye, nous devons contenir des flux gigantesques de personnes arrivant de toute l'Afrique».

Un chef militaire dominant l'Est du pays

Fin juillet, Khalifa Haftar et son rival Fayez al-Sarraj, chef du gouvernement d'union nationale (GNA), se sont mis d'accord sur une déclaration de principes en dix points dans lesquelles ils s'engagent notamment à un cessez-le-feu et à organiser des élections le plus rapidement possible, lors d'une rencontre en région parisienne sous l'égide du président français.

Depuis 2011 et la chute de Mouammar Kadhafi, la Libye est en proie aux violences et encore loin de connaître la stabilité politique, au point que le pays est fracturé en deux zones depuis plus d’un an : l'une contrôlée par le GNA de Fayez al-Sarraj, basé à Tripoli et reconnu par l'ONU, et l'Est dominé par les forces de Khalifa Haftar, soutenues par l'Egypte et les Emirats arabes unis.

Source: agences

12-08-2017 | 13:16
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut