Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Une attaque près d’une école militaire à Kaboul, au moins 15 soldats tués Le Commandement de l’armée syrienne : l’attaque affirme la coordination entre «Israël» et les terroristes Madrid veut destituer le gouvernement catalan et convoquer des élections Russie: un «recruteur de Daech» arrêté près de Saint-Pétersbourg Agressions au couteau en Allemagne: un suspect interpellé Les Rohingyas, une population oubliée Projet d’attentat : 8 suspects liés à l’«ultradroite» présentés à un juge antiterroriste Pour la 1ère fois, Washington reconnaît l’usage d’armes chimiques par le «Front Al-Nosra» Nucléaire iranien: Paris met en garde Washington contre tout renoncement à l’accord Texas aux victimes des ouragans: Pour obtenir l’aide, ne boycottez pas «Israël» Deux tiers des Américains sont hostiles à la sortie des USA de l’accord nucléaire iranien Le général Issam Zahreddine a humilié «Daech» de Baba Amr jusqu’à Deir Ezzor Les enfants de retour de Syrie et d’Irak, une menace selon le renseignement allemand Egypte : des combats avec des extrémistes font au moins 35 policiers et soldats tués USA: un milliardaire californien lance une campagne pour la destitution de Trump Attentat contre une mosquée à Kaboul: 39 martyrs, «Daech» revendique Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> PRESSE >> Occidentale >> Presse occidentale

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Pris en tenaille entre les terroristes de «Daech», les «talibans» et les frappes américaines, nombre d'Afghans sont contraints de fuir leurs foyers. Certains ont trouvé refuge dans une université en construction, où Ruptly a pu les interviewer.

Des milliers d'Afghans poussés à l'exil par «Daech», les «talibans» et les frappes américaines

L'agence vidéo Ruptly est allée à la rencontre de déplacés afghans, qui ont trouvé refuge dans une université en construction de la banlieue de Jalalabad, dans l'est de l'Afghanistan. Ces familles ont abandonné leurs maisons face à la triple menace de «Daech», des frappes de l'aviation américaine et de la présence d’extrémistes «talibans» opposés aux forces gouvernementales.

Nombre de ces réfugiés viennent des districts d'Achin et de Haska Meyna, dans la province de Nangarhar, dans le sud du pays, où les combats font rage entre autorités afghanes et groupes extrémistes armés.

«Les membre de l'EI ont tué notre oncle, arguant que c'était un espion. Nous avons quitté notre maison, car ils avaient promis de nous tuer nous aussi le lendemain», a confié aux équipes de Ruptly un réfugié parlant pachtoune.

«Daech» est présent en Afghanistan depuis 2015. La plupart des civils réfugiés à Jalalabad rapportent avoir été persécutés par le groupe terroriste. Mais les frappes opérées par l'armée américaine sur ce dernier sont aussi responsables de ces départs.

L'armée américaine a par exemple largué en avril la GBU-43/B, surnommée «mère de toutes les bombes», l'arme non nucléaire la plus puissante au monde. Cette frappe, qui ciblait une position présumée de «Daech», a fait plus de 90 personnes mortes. La frappe qui a fait une énorme explosion, a causé de sérieux dommages dans les villages environnants.

«Daesh a attaqué notre village. Maintenant nous n'avons plus rien : tout a été détruit par les obus et les drones [visant l'EI]», accuse un autre réfugié ayant fui le district d'Achin.

Troisième source d'insécurité, enfin : les «talibans», dont la présence reste très importante dans le pays malgré les efforts conjoints des autorités du pays et des Etats-Unis. Leurs attaques se sont intensifiées ces derniers mois, en particulier dans le sud.

Selon les chiffres de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, l'Afghanistan compte plus de 230 000 déplacés à l'intérieur du pays, pour une population d'environ 33 millions de personnes.

Depuis l'invasion de 2001, Washington aurait, selon les estimations, dépensé 700 milliards de dollars en assistance militaire et économique à Kaboul et en aide à la reconstruction du pays. Des sommes colossales qui, semble-t-il, sont loin d'avoir permis de garantir à l'Afghanistan une sécurité et une stabilité durables.

Source: RT et rédaction

08-08-2017 | 12:35
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut