Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

Trump menace de taxes punitives les 505 milliards $ de produits chinois importés L’ambassadeur russe à Athènes accuse la Grèce de «décevoir» Moscou Syrie: Les terroristes attaquent le convoi de bus des habitants de Fouaa et Kafarya Victoire 2006: Comment cette victoire a mis un terme à la guerre en Syrie ? Corée du Sud: l’ex-présidente condamnée à huit ans de prison supplémentaires Le ministère américain de la Justice veut lutter contre les menaces d’ingérence étrangère Tunisie: Le parti Ennahdha remporte la majorité des mairies Trump souhaite inviter Poutine à la Maison Blanche cet automne L’armée israélienne dit développer un nouveau modèle de chars Londres dément toute identification dans l’affaire Skripal Brusque escalade militaire en Syrie: Des cibles israéliennes sensibles dans le Golan frappées
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> PRESSE >> Occidentale >> Presse occidentale

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Pris en tenaille entre les terroristes de «Daech», les «talibans» et les frappes américaines, nombre d'Afghans sont contraints de fuir leurs foyers. Certains ont trouvé refuge dans une université en construction, où Ruptly a pu les interviewer.

Des milliers d'Afghans poussés à l'exil par «Daech», les «talibans» et les frappes américaines

L'agence vidéo Ruptly est allée à la rencontre de déplacés afghans, qui ont trouvé refuge dans une université en construction de la banlieue de Jalalabad, dans l'est de l'Afghanistan. Ces familles ont abandonné leurs maisons face à la triple menace de «Daech», des frappes de l'aviation américaine et de la présence d’extrémistes «talibans» opposés aux forces gouvernementales.

Nombre de ces réfugiés viennent des districts d'Achin et de Haska Meyna, dans la province de Nangarhar, dans le sud du pays, où les combats font rage entre autorités afghanes et groupes extrémistes armés.

«Les membre de l'EI ont tué notre oncle, arguant que c'était un espion. Nous avons quitté notre maison, car ils avaient promis de nous tuer nous aussi le lendemain», a confié aux équipes de Ruptly un réfugié parlant pachtoune.

«Daech» est présent en Afghanistan depuis 2015. La plupart des civils réfugiés à Jalalabad rapportent avoir été persécutés par le groupe terroriste. Mais les frappes opérées par l'armée américaine sur ce dernier sont aussi responsables de ces départs.

L'armée américaine a par exemple largué en avril la GBU-43/B, surnommée «mère de toutes les bombes», l'arme non nucléaire la plus puissante au monde. Cette frappe, qui ciblait une position présumée de «Daech», a fait plus de 90 personnes mortes. La frappe qui a fait une énorme explosion, a causé de sérieux dommages dans les villages environnants.

«Daesh a attaqué notre village. Maintenant nous n'avons plus rien : tout a été détruit par les obus et les drones [visant l'EI]», accuse un autre réfugié ayant fui le district d'Achin.

Troisième source d'insécurité, enfin : les «talibans», dont la présence reste très importante dans le pays malgré les efforts conjoints des autorités du pays et des Etats-Unis. Leurs attaques se sont intensifiées ces derniers mois, en particulier dans le sud.

Selon les chiffres de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, l'Afghanistan compte plus de 230 000 déplacés à l'intérieur du pays, pour une population d'environ 33 millions de personnes.

Depuis l'invasion de 2001, Washington aurait, selon les estimations, dépensé 700 milliards de dollars en assistance militaire et économique à Kaboul et en aide à la reconstruction du pays. Des sommes colossales qui, semble-t-il, sont loin d'avoir permis de garantir à l'Afghanistan une sécurité et une stabilité durables.

Source: RT et rédaction

08-08-2017 | 12:35
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut