Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

Trump menace de taxes punitives les 505 milliards $ de produits chinois importés L’ambassadeur russe à Athènes accuse la Grèce de «décevoir» Moscou Syrie: Les terroristes attaquent le convoi de bus des habitants de Fouaa et Kafarya Victoire 2006: Comment cette victoire a mis un terme à la guerre en Syrie ? Corée du Sud: l’ex-présidente condamnée à huit ans de prison supplémentaires Le ministère américain de la Justice veut lutter contre les menaces d’ingérence étrangère Tunisie: Le parti Ennahdha remporte la majorité des mairies Trump souhaite inviter Poutine à la Maison Blanche cet automne L’armée israélienne dit développer un nouveau modèle de chars Londres dément toute identification dans l’affaire Skripal Brusque escalade militaire en Syrie: Des cibles israéliennes sensibles dans le Golan frappées
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Asie >> Asie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

La Corée du Nord a condamné lundi la nouvelle volée de sanctions que lui a infligées l'ONU, déclarant qu'elle ne négocierait pas sur ses programmes nucléaire et balistique tant qu'elle serait sous la menace des Etats-Unis.

Sanctions de l'ONU: Pyongyang dénonce une «violation» de sa souveraineté.

Les sanctions adoptées samedi par le Conseil de sécurité de l'ONU constituent «une violation violente de notre souveraineté», a déclaré Pyongyang dans un communiqué publié par l'agence officielle KCNA.

«Nous ne mettrons pas notre (programme de) dissuasion nucléaire sur la table de négociations» tant que le Nord est menacé par Washington, ajoute le texte, avant de souligner: «Pyongyang ne reculera pas d'un seul pas s'agissant du renforcement de (sa) puissance nucléaire».

Dans une tentative de réfréner les ambitions nucléaires du Nord, le conseil de sécurité de l'ONU a adopté samedi une résolution qui risque de priver Pyongyang d'un milliard de dollars annuels de revenus.

Le texte a été adopté à l'unanimité, y compris par la Chine, principal allié et partenaire commercial de Pyongyang, ainsi que par la Russie.

Ce texte proposé par Washington a pour objectif de «pousser Pyongyang à la négociation» après son premier tir d'un missile intercontinental le 4 juillet, jour de la fête nationale américaine.

La Corée du Nord a procédé le 28 juillet au tir d'un engin similaire, mettant une bonne partie du continent américain à sa portée.

Pyongyang a menacé les Etats-Unis, artisans des dernières sanctions, de leur «faire payer le prix de leur crime (...) un millier de fois».

«Si les Etats-Unis croient qu'ils sont en sécurité par ce qu'un océan nous sépare, ils se trompent lourdement», ajoute la Corée du Nord.

Les pays «qui ont collaboré avec les Etats-Unis» pour soutenir la résolution devront aussi «rendre des comptes», conclut le texte.

Source: agences et rédaction

07-08-2017 | 10:42
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut