Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Catalogne: 13 arrestations de membres de l’exécutif, manifestation en réaction Macron: il n’est pas possible de régler la situation en Syrie sans la Russie Le président égyptien appelle les Palestiniens à s’unir et coexister avec «Israël» La police australienne juge «inévitable» un attentat d’«envergure» à Sydney L’Iran dénonce le «discours de haine» de Trump à l’ONU Signature d’un accord-cadre de coopération militaire entre Ryad et Londres Rohingyas: le Bangladesh déploie l’armée à des fins humanitaires Syrie: Lavrov rappelle à Tillerson que les États-Unis sont des «hôtes indésirables» Le Venezuela rappelle à Trump qu’il n’est pas président du monde Mexique: 248 personnes ont perdu la vie dans un séisme de magnitude 7,1 Macron à l’ONU: Dénoncer l’accord nucléaire iranien serait une «lourde erreur» Campagne d’arrestations en Arabie: deux défenseurs des droits de l’Homme incarcérés Maria, ouragan «potentiellement catastrophique», en route vers la Guadeloupe L’armée israélienne intercepte un drone sur le plateau du Golan occupé Moscou juge «critique» la situation actuelle sur la péninsule coréenne Plus de 40 millions de personnes dans le monde en situation d’esclavage L’Irak annonce le début d’une offensive contre «Daech» à la frontière syrienne Arabie: une vague d’arrestations cible les derniers vestiges de la liberté d’expression Faites-les mourir de faim: la solution de Wall Street Journal pour la Corée du Nord Le roi de Bahreïn s’oppose au boycott arabe d’«Israël», affirme un dirigeant israélien Pas de Syrie sans ses chrétiens, dit le président Assad Première base de l’armée de l’air américaine en «Israël» Qatar: des bateaux bahreïnis entrés «illégalement», 20 marins arrêtés Macron a perdu 14 points de popularité en deux mois, selon un sondage Rencontre entre Netanyahou et Sissi: la normalisation avec l’ennemi de la nation devenue publique Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Asie >> Russie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Après les récentes déclarations de Washington concernant les biens immobiliers diplomatiques russes saisis aux États-Unis en décembre 2016, Moscou sera contraint de durcir le ton et de prendre des mesures de rétorsion, estime le sénateur russe Konstantin Kossatchev. Selon lui, ce seront des mesures forcées mais nécessaires.

Biens russes saisis aux USA: la Russie forcée de prendre des mesures de rétorsion.

La Russie sera forcée de prendre des mesures de rétorsion dans l'affaire des biens immobiliers diplomatiques russes saisis par l'administration Obama en décembre 2016, a déclaré le sénateur russe Konstantin Kossatchev.

«Dans ce cas, la partie russe semble ne pas avoir de choix, il est temps de passer aux mesures de rétorsion. Ce n'est pas notre choix, et ce seront des mesures forcées. Mais elles doivent être prises», a indiqué le sénateur.

Selon M. Kosachev, les récentes déclarations de Washington à ce sujet confirment pour une énième fois le fait que «la partie américaine ignore le droit international».

Selon lui, Washington utilise le principe de la loi de la force au détriment du principe de la force de la loi.

«Et c'est une ligne que la partie russe ne doit pas admettre et que la communauté internationale ne doit pas tolérer, parce que la célébration du concept de monde unipolaire se cache derrière chaque précédent similaire, petit ou grand», a conclu le sénateur.

Récemment, une source au sein de l'administration américaine a exprimé à Sputnik la position des États-Unis concernant les biens diplomatiques russes saisis. Selon la source, la Russie ne récupéra pas sa propriété diplomatique si la Maison-Blanche n'obtenait pas «quelque chose en échange».

En décembre 2016, Barack Obama, alors président des États-Unis, avait annoncé une série de mesures destinées à sanctionner Moscou pour son ingérence présumée dans l'élection présidentielle américaine, accusations catégoriquement rejetées par le Kremlin. Les États-Unis avaient alors expulsé 35 diplomates russes et fermé deux complexes résidentiels de la mission diplomatique russe à New York et dans l'État du Maryland, près de Washington.

Source: agences et rédaction

17-07-2017 | 11:53
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut