Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
«Israël» pas prêt à faire la guerre pour les Saoudiens, disent les experts Maduro promet à l’opposition des élections présidentielles en échange d’une levée des sanctions US France: début du procès du «tireur de Paris» Abdelhakim Dekhar Irak: l’armée a repris Rawa, dernière localité du pays tenue par «Daech» Zimbabwe : arrestations autour de Mugabe, l’ex-vice-président de retour Séisme en Iran: 436 morts, situation encore critique Pour l’Iran, l’attitude «partiale» de Paris aggrave les crises au Moyen-Orient Le Congrès américain vote 700 milliards de dollars pour la défense Eisenkot aux médias saoudiens : «Israël» prêt à partager avec l’Arabie des renseignements sur l’Iran Syrie: plus de 1.200 sites terroristes éliminées en une semaine «Israël» viole le droit international au Golan et dans les territoires occupés, dit l’ONU D’où proviennent les armes conservées dans les dépôts de «Daech»? Syrie: nouvel assaut de l’armée à Boukamal, dernière ville tenue par «Daech» Michel Aoun attendra le retour de Saad Hariri de Paris pour toute décision sur le gouvernement Assad : les développements régionaux confirment la justesse des politiques adoptées par la Syrie Une Française achète un appareil photo soviétique… et retrouve le garçon des photos qu’il contenait Une ONG affirme que les militaires birmans ont commis des viols contre les Rohingyas Un attentat-suicide perpétré par quatre femmes fait 12 morts au Nigeria Manœuvres aéronavales américano-japonaises, sur fond de tensions avec la Corée du Nord Après accord avec l’Arabie saoudite, Hariri devrait arriver en France «dans les prochains jours» Détention de Hariri : une affaire de dignité nationale, dit le président du Parlement Rohingyas: Washington opposé à des sanctions US contre la Birmanie «pour l’heure» France: le terroriste Mehdi Nemmouche inculpé pour «enlèvement et séquestration» Le prince bin Moqrin a été attaqué par un chasseur saoudien, selon Yediot Aharonot Lavrov : Moscou et Téhéran continueront de coordonner leurs efforts dans la lutte contre le terrorisme Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Iran

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

L'Iran et Oman sont déterminés à développer leurs relations, en pleine crise entre des pays du Golfe et le Qatar, a affirmé mercredi le président iranien Hassan Rohani en recevant le chef de la diplomatie omanaise.

L'Iran et Oman déterminés à développer leurs relations.

«L'Iran et Oman ont eu durant des années des relations fraternelles et il faut les renforcer», a déclaré le président Rohani.

«Nos relations sont amicales, fortes et fraternelles et les dirigeants omanais croient qu'il faut les développer», a dit le chef de la diplomatie omanaise Youssef ben Alaoui ben Abdallah, selon le site du gouvernement iranien.

Sa visite de deux jours à Téhéran intervient dans un contexte de tensions dans le Golfe.

L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte ont rompu depuis le 5 juin leurs relations avec le Qatar et appliqué des sanctions économiques à l'émirat, exigeant notamment que Doha réduise ses relations avec l'Iran.

Oman, qui fait traditionnellement preuve de neutralité dans les affaires régionales, n'est pas impliqué dans la crise, la plus grave dans le Golfe depuis la création en 1981 du Conseil de coopération du Golfe (Arabie saoudite, Qatar, Oman, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït).

Le cheikh Rohani a de nouveau critiqué mercredi les sanctions économiques imposées au Qatar par Riyad et ses alliés. Depuis leur mise en place, Téhéran a aidé Doha en augmentant ses exportations de produits alimentaires vers l'émirat.

«L'utilisation de la menace, des pressions et le blocus contre les voisins, notamment le Qatar, est une méthode erronée et tout le monde doit essayer de réduire ces tensions dans la région», a affirmé le président iranien.

Il a également dénoncé la «politique de certains pays de la région contre la Syrie, le Yémen et Bahreïn», sans nommer l'Arabie saoudite.

L'Iran dénonce régulièrement les bombardements de la coalition arabe menée par Riyad au Yémen, et accuse aussi l’Arabie et ses alliés de soutenir les terroristes en Syrie et en Irak.

Source: agences et rédaction

12-07-2017 | 14:52
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut