Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Somalie: l’armée libère 32 enfants recrutés par les «shebabs» Un ex-ambassadeur britannique décrit les objectifs US en Syrie Sous les promesses de modernisation, l’Arabie saoudite plus répressive que jamais envers les femmes Espagne: Puigdemont assure qu’il peut diriger la Catalogne depuis la Belgique Russie: un élève attaque ses camarades à la hache, sept blessés Arabie saoudite : Trump bloque les avoirs des princes déchus Le bilan de Macron sur les droits de l’homme est «mitigé», selon HRW Egypte: Sissi limoge son chef des renseignements 130 enfants meurent chaque jour au Yémen «Maison de l’horreur» en Californie: les parents inculpés de torture sur leurs enfants Le transfert de l’ambassade à Al-Qods aura lieu en 2019 (responsables US) Macron et May signent un traité sur le contrôle de l’immigration à leur frontière Pour Moscou, l’éclatement de l’accord nucléaire iranien serait «alarmant» Tunisie: 3e nuit de heurts, plus de 300 arrestations
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Asie >> Russie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le président russe Vladimir Poutine a nommé lundi un nouvel ambassadeur en Turquie pour remplacer le précédent tué par balles en décembre à Ankara.

Poutine nomme un nouvel ambassadeur en Turquie après le meurtre de son prédécesseur.

«Alexeï Vladimirovitch Ierkhov a été nommé ambassadeur de la Russie en Turquie», selon le texte d'un décret présidentiel publié par le Kremlin et daté de lundi.

Âgé de 57 ans, le diplomate russe a été conseiller auprès de l'ambassade de Russie à Damas avant d'être nommé consul à Istanbul en 2009, où il est resté jusqu'en 2015.

Devenu directeur du Centre des situations de crise au ministère russe des Affaires étrangères, sa candidature a été proposée par le comité des Affaires étrangères de la Douma (chambre basse du Parlement russe).

«La Turquie a une place particulière dans mon cœur», avait-il déclaré dans un entretien avec l'agence de presse russe TASS, en février. «C'est un pays extraordinaire».

Le 19 décembre, l'ambassadeur russe Andreï Karlov avait été abattu par un policier turc âgé de 22 ans alors qu'il inaugurait une exposition à Ankara.

Cet assassinat, devant de nombreux journalistes, était survenu en plein réchauffement des relations entre Ankara et Moscou qui avaient alors dénoncé une «provocation» visant à saboter leur rapprochement.

Le meurtrier, tué à son tour par les forces de l'ordre, avait affirmé vouloir «venger la ville syrienne d'Alep».

Malgré ces déclarations qui semblent lier le meurtre à la situation en Syrie, où la Russie soutient militairement Damas, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait aussitôt affirmé que l'assassin était lié au réseau du prédicateur islamiste Fethullah Gülen, à qui il impute le coup d'Etat manqué du 15 juillet 2016.

Jugeant pour sa part qu'il était trop tôt pour désigner les responsables, Moscou avait dénoncé «un acte terroriste lâche et ignoble».

En décembre, Vladimir Poutine avait attribué à titre posthume le titre de héros de la Russie à Andreï Karlov, 62 ans.

Source: agences et rédaction

19-06-2017 | 14:45
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut