ACTUALITÉSAsieRussie Infos d’ALAHED:Poutine prêt à accorder l’asile politique à l’ex-chef du FBI, le compare à Snowden

Please Wait...

Poutine prêt à accorder l’asile politique à l’ex-chef du FBI, le compare à Snowden

folder_openRussie access_timedepuis un année
starAJOUTER AUX FAVORIS

Moscou peut accorder l’asile politique à James Comey, ex-directeur du FBI, qui a récemment avoué avoir enregistré un entretien avec le Président américain Donald Trump avant de l'envoyer aux médias.

Poutine prêt à accorder l'asile politique à l'ex-chef du FBI, le compare à Snowden

La Russie est prête à accorder l'asile politique à l'ancien directeur du Bureau fédéral d'enquête (FBI) James Comey s'il fait l'objet de poursuites aux États-Unis, tout comme elle l'a fait pour Edward Snowden, a plaisanté jeudi le Président russe Vladimir Poutine lors de sa 15e séance annuelle de questions-réponses à Moscou.

«Il a tout d'un coup avoué qu'il avait enregistré une conversation avec le Président [Donald Trump, ndlr] avant de transmettre l'enregistrement aux médias par le biais de ses amis. Cela a l'air bizarre. Quand le chef d'un service secret enregistre un entretien avec le chef suprême des armées et demande à son ami de l'envoyer aux médias. Quelle est donc la différence entre le directeur du FBI et M. Snowden ? Il n'est donc pas un chef de service secret, mais un défenseur des droits de l'homme qui défend une position. A propos, s'il [James Comey, ndlr] fait l'objet de poursuites dans le cadre de cette affaire, nous sommes prêts à lui accorder l'asile politique en Russie tout comme nous l'avons fait pour Snowden. Il doit le savoir», a indiqué Vladimir Poutine.

En juin 2013, l'ancien employé de l'Agence nationale de sécurité (NSA) Edward Snowden a remis aux journaux Washington Post et Guardian des dossiers secrets concernant le programme d'espionnage en ligne réalisé par les services secrets américains et britanniques. Il a été inculpé d'espionnage dans son pays après avoir révélé l'ampleur des programmes de surveillance de la NSA.

Parti pour Hong Kong puis pour Moscou, le lanceur d'alerte a obtenu l'asile temporaire en Russie, à condition de cesser ses activités antiaméricaines. Le 1er août 2014, il a obtenu un permis de séjour de trois ans qui lui permet de séjourner en Russie et de voyager à l'étranger. Récemment, Moscou a décidé de proroger la durée du titre de séjour de Snowden, qui pourra ainsi rester en Russie jusqu'en 2020.

Source : agences

Comments

// -0.131717