Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

Victoire 2006: Comment cette victoire a mis un terme à la guerre en Syrie ? Corée du Sud: l’ex-présidente condamnée à huit ans de prison supplémentaires Le ministère américain de la Justice veut lutter contre les menaces d’ingérence étrangère Tunisie: Le parti Ennahdha remporte la majorité des mairies Trump souhaite inviter Poutine à la Maison Blanche cet automne L’armée israélienne dit développer un nouveau modèle de chars Londres dément toute identification dans l’affaire Skripal Brusque escalade militaire en Syrie: Des cibles israéliennes sensibles dans le Golan frappées
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Asie >> Russie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le président russe Vladimir Poutine a dénoncé jeudi l'adoption de nouvelles sanctions contre la Russie par le Sénat américain, dernier épisode selon lui de la politique d'«endiguement» de Washington à l'égard de Moscou.

Poutine dénonce les sanctions adoptées par le Sénat américain

Le Sénat a approuvé mercredi un projet de sanctions qui empêcherait le président Donald Trump de relâcher unilatéralement la pression sur Moscou, accusé par Washington d'«ingérence dans la campagne présidentielle américaine de 2016».

«Pour quelle raison recommence-t-on à parler de sanctions sans aucun fondement?», s'est interrogé M. Poutine, lors d'une séance télévisée de questions-réponses avec la population.

«Il s'agit évidemment d'une nouvelle preuve de la poursuite des luttes politiques internes aux Etats-Unis», a estimé le président russe. «Mais je considère malgré tout que cela n'a aucun fondement», a-t-il ajouté avant de critiquer la politique de l'administration américaine à l'égard de son pays.

«S'il n'y avait pas eu la Crimée (...), ils auraient inventé quelque chose d'autre pour leur politique d'endiguement de la Russie», a assuré le président russe en référence à la stratégie américaine adoptée par Washington après la Seconde Guerre mondiale pour stopper l'influence soviétique.

Selon le président russe, la Russie, qui fait l'objet de lourdes sanctions économiques américaines et européennes depuis 2014, est habituée à cette stratégie de la part des Occidentaux.

«A chaque fois que nos partenaires dans le monde ont senti que la Russie était un concurrent important, ils ont adopté des restrictions sous différents prétextes», a-t-il rappelé. «Cela avait lieu à l'époque soviétique et même avant la Révolution d'octobre (en 1917, ndlr). Il n'y a rien d'extraordinaire ici», a ajouté le président russe.

Source : AFP et rédaction

15-06-2017 | 14:03
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut