Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Nucléaire iranien: Téhéran refuse toute nouvelle «condition» Libye: quelque 20.500 migrants détenus à Sabratha, selon l’ONU 582.000 Rohingyas de Birmanie réfugiés au Bangladesh depuis le 25 août, selon l’ONU Vu d’«Israël». Nucléaire iranien : Trump est une bénédiction et une malédiction «Israël» approuve 31 logements à Hébron, une première depuis 2002 Californie: les pompiers domptent les feux, le bilan grimpe à 41 morts Les services de renseignement voulaient recruter le terroriste Mohammed Merah Philippines: Marawi «libérée» de «Daech» mais les combats continuent, dit Duterte Donald Trump: La fin de l’accord nucléaire iranien est une «réelle possibilité» L’UE réaffirme son soutien à l’accord iranien Brexit: Juncker et May conviennent d’«accélérer les efforts» pour un accord Le Hezbollah condamne le double attentat terroriste qui a frappé Mogadiscio Attaque au couteau à Londres : un mort et deux blessés Irak : un groupe yazidi reprend Sinjar après le retrait kurde Pyongyang pose ses conditions pour renoncer aux armes nucléaires Un poste de police attaqué par des kamikazes en Afghanistan Brexit: l’UE espère des progrès significatifs d’ici décembre USA: les incendies ont fait 17 morts dans le nord de la Californie Le président de Catalogne a signé une déclaration d’indépendance mais la suspend L’ONU réclame à nouveau la fin de la guerre au Yémen Erdogan s’endort lors de sa conférence de presse avec Porochenko Qui participera à la prochaine guerre entre «Israël» et le Hezbollah ? Syrie: l’armée entre à Mayadine, un des derniers fiefs de «Daech» Pyongyang prêt à tester un missile «capable d’atteindre la côte ouest US» Nigeria: un «effort collectif» nécessaire contre «Boko Haram», dit le chef de l’armée Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Afrique >> Afrique

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le blocus imposé par Riyad au Yémen et ses bombardements au cours de deux derniers années ont causé l’épidémie de choléra qui a déjà causé la mort à 180 personnes, estiment des organisations internationales, dont notamment la Croix Rouge.

Yémen: Riyad est à l'origine de l’épidémie de choléra au Yémen, selon des ONG

La situation au Yémen, où 11 000 cas de choléra ont été confirmés et 180 personnes ont succombé, est «la crise humanitaire la plus grave depuis 1945», a affirmé à RT Dominik Stillhart, directeur des opérations du Comité internationale de la Croix Rouge (CICR). Dans les hôpitaux saturés qu’il a visités à Sanaa, la capitale, nombres de patients doivent partager le même lit.

Selon Dominik Stillhart, 160 hôpitaux et autres installations médicales ont été détruits, principalement par des bombardements de la coalition menée par l’Arabie saoudite qui mène une offensive depuis 2015.

Le haut responsable du CICR estime que le blocus aérien et navale imposé par Riyad a causé la famine et la pauvreté qui ont favorisé le développement de l’épidémie de choléra, aboutissant à la déclaration de l’état d’urgence le 15 mai.

«Les gens ne subissent pas seulement les conséquences directes du conflit, l’économie a aussi ralenti considérablement : il est très coûteux de transporter des biens à travers le pays via les lignes de front. De plus, avec le blocus aérien, il est difficile de transporter des vivres depuis certains aéroports», a déclaré Dominik Stillhart, ajoutant que le CICR avait appelé les parties impliquées dans le conflit à faciliter les livraisons des convois humanitaires. Plus de 17 millions de Yéménites, soit les deux tiers de la population, ont besoin d’une aide humanitaire et dix millions font face à une urgence alimentaire des plus critiques.

En raison de l’effondrement de l’économie, les fonctionnaires, et notamment les travailleurs sanitaires, ne sont pas payés depuis huit mois. Par conséquent, «l’eau polluée coule dans les rues de Sanaa quand il pleut», créant les conditions idéales à la prolifération de cette maladie qui a été éradiquée dans les pays développés, selon Sara Tesorieri, membre du Norwegian refugee council et actuellement au Yémen.

«Le choléra est évitable. S’il y a des systèmes de santé on peut contrôler sa propagation, mais les systèmes ont été ici détruits. Et les autorités ne sont pas à même de régler ce problème», a-t-elle confié à RT.

D’après Sara Tesorieri, les organisations internationales humanitaires doivent elles surmonter d'énormes difficultés pour travailler au Yémen. «Les importations sont perturbées. Cela à des conséquences sur l’aide humanitaire. Le Yémen importe 90% de ses produits alimentaires, donc tout obstacle aux importations met le pays en danger. Nous rencontrons des obstacles de la part des autorités et nous rencontrons des obstacles parce que les combats continuent. Il est difficile d’atteindre certaines régions», a-t-elle révélé.

Le coordinateur humanitaire au Yémen Jamie McGoldrick a confié à RT que la population ne pouvait se procurer d'eau potable. «Il n’y a plus de temps à perdre, parce que le choléra n’attend pas», a-t-il déploré.

Les trois experts accusent les puissances internationales d’avoir échoué à dédier les ressources diplomatiques et financières nécessaires pour mettre fin à ce conflit. «Tout ça est tout à fait évitable. Les morts et les souffrances induites par le choléra et la famine potentielle sont les conséquences du conflit et des choix que les parties au conflit et celles les soutenant font [...] menant à l’effondrement du Yémen», a ainsi affirmé Sara Tesorieri.

Dominik Stillhart avertit que la catastrophe humanitaire pourrait s'aggraver dans les mois à venir. «Ma plus grande crainte est que la situation ne cesse de s’aggraver. Il est absolument crucial que la communauté internationale prête plus d’attention à ce conflit et y trouve une résolution. En l’absence de solution, il faut [au minimum] respecter la loi humanitaire internationale», a-t-il dit à RT.

Source : RT

17-05-2017 | 11:20
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut