Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Nucléaire iranien: Téhéran refuse toute nouvelle «condition» Libye: quelque 20.500 migrants détenus à Sabratha, selon l’ONU 582.000 Rohingyas de Birmanie réfugiés au Bangladesh depuis le 25 août, selon l’ONU Vu d’«Israël». Nucléaire iranien : Trump est une bénédiction et une malédiction «Israël» approuve 31 logements à Hébron, une première depuis 2002 Californie: les pompiers domptent les feux, le bilan grimpe à 41 morts Les services de renseignement voulaient recruter le terroriste Mohammed Merah Philippines: Marawi «libérée» de «Daech» mais les combats continuent, dit Duterte Donald Trump: La fin de l’accord nucléaire iranien est une «réelle possibilité» L’UE réaffirme son soutien à l’accord iranien Brexit: Juncker et May conviennent d’«accélérer les efforts» pour un accord Le Hezbollah condamne le double attentat terroriste qui a frappé Mogadiscio Attaque au couteau à Londres : un mort et deux blessés Irak : un groupe yazidi reprend Sinjar après le retrait kurde Pyongyang pose ses conditions pour renoncer aux armes nucléaires Un poste de police attaqué par des kamikazes en Afghanistan Brexit: l’UE espère des progrès significatifs d’ici décembre USA: les incendies ont fait 17 morts dans le nord de la Californie Le président de Catalogne a signé une déclaration d’indépendance mais la suspend L’ONU réclame à nouveau la fin de la guerre au Yémen Erdogan s’endort lors de sa conférence de presse avec Porochenko Qui participera à la prochaine guerre entre «Israël» et le Hezbollah ? Syrie: l’armée entre à Mayadine, un des derniers fiefs de «Daech» Pyongyang prêt à tester un missile «capable d’atteindre la côte ouest US» Nigeria: un «effort collectif» nécessaire contre «Boko Haram», dit le chef de l’armée Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Asie >> Asie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Washington entend établir un dialogue avec Pyongyang à condition que ce dernier cesse ses essais nucléaires et de missiles, a affirmé l'ambassadrice des États-Unis auprès de l'Onu Nikki Haley, tout en brandissant la menace de sanctions contre les pays soutenant la Corée du Nord.

 

Selon l'ambassadrice des États-Unis auprès de l'Onu Nikki Haley, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un doit mettre fin à «tous les tests planifiés et à tous ses programmes nucléaires», ce qui ouvrira la voie au dialogue entre les deux pays.

«Nous sommes prêts à dialoguer, mais à partir du moment où nous verrons une cessation absolue du processus nucléaire et de tous les essais», a déclaré Mme Haley aux journalistes avant une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies consacrée au dossier nord-coréen.

En cela, l'ambassadrice a dénoncé la paranoïa de Kim qui craint qu'il s'agisse de plans pour renverser le pouvoir en Corée du Nord et a souligné qu'il n'existait pas d'intentions similaires et que l'Onu n'aspirait qu'«à la paix sur la péninsule coréenne».

Suite au dernier tir de missile nord-coréen, Washington entend élargir les sanctions contre Pyongyang qui pourront toucher également les pays soutenant ce dernier. Mme Haley a appelé à envoyer un signal conjoint à la Corée du Nord et à exercer sur elle une pression diplomatique, politique et économique afin qu'elle stoppe ses essais.

«Nous voulons réexaminer les sanctions en vigueur et réfléchir à leur durcissement. Les États-Unis ne vont pas ignorer les pays tiers qui aident la Corée du Nord et vont imposer des restrictions à leur encontre», a indiqué Mme Haley. «Si vous soutenez la Corée du Nord, vous êtes contre le reste de la communauté internationale».

Dans les circonstances actuelles, les États-Unis envisagent de poursuivre les exercices avec la Corée du Sud et le Japon à des fins de protection de ces pays.

Le missile, tiré vers 05h27, heure locale, depuis Kusong, au nord-ouest de Pyongyang, a effectué un vol de 700 km et atteint une altitude de plus de 2 000 km avant d'atterrir en mer du Japon à près de 500 km du territoire russe.

Les États-Unis estiment que la Corée du Nord représente un danger pour leurs alliés, ainsi que pour la Russie et la Chine, a déclaré le porte-parole de la Maison-Blanche Sean Spicer, en appelant à influer sur Pyongyang à l'aide des sanctions.

Le secrétaire général de l'Onu Antonio Guterres a dénoncé l'essai du missile et a souligné que des démarches de ce genre violaient les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies et «menaçaient la paix et la sécurité dans la région». Il a appelé Pyongyang à «respecter tous ses engagements internationaux et à revenir sur la voie de la dénucléarisation».

Source : agences

17-05-2017 | 09:52
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut