Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Nucléaire iranien: Téhéran refuse toute nouvelle «condition» Libye: quelque 20.500 migrants détenus à Sabratha, selon l’ONU 582.000 Rohingyas de Birmanie réfugiés au Bangladesh depuis le 25 août, selon l’ONU Vu d’«Israël». Nucléaire iranien : Trump est une bénédiction et une malédiction «Israël» approuve 31 logements à Hébron, une première depuis 2002 Californie: les pompiers domptent les feux, le bilan grimpe à 41 morts Les services de renseignement voulaient recruter le terroriste Mohammed Merah Philippines: Marawi «libérée» de «Daech» mais les combats continuent, dit Duterte Donald Trump: La fin de l’accord nucléaire iranien est une «réelle possibilité» L’UE réaffirme son soutien à l’accord iranien Brexit: Juncker et May conviennent d’«accélérer les efforts» pour un accord Le Hezbollah condamne le double attentat terroriste qui a frappé Mogadiscio Attaque au couteau à Londres : un mort et deux blessés Irak : un groupe yazidi reprend Sinjar après le retrait kurde Pyongyang pose ses conditions pour renoncer aux armes nucléaires Un poste de police attaqué par des kamikazes en Afghanistan Brexit: l’UE espère des progrès significatifs d’ici décembre USA: les incendies ont fait 17 morts dans le nord de la Californie Le président de Catalogne a signé une déclaration d’indépendance mais la suspend L’ONU réclame à nouveau la fin de la guerre au Yémen Erdogan s’endort lors de sa conférence de presse avec Porochenko Qui participera à la prochaine guerre entre «Israël» et le Hezbollah ? Syrie: l’armée entre à Mayadine, un des derniers fiefs de «Daech» Pyongyang prêt à tester un missile «capable d’atteindre la côte ouest US» Nigeria: un «effort collectif» nécessaire contre «Boko Haram», dit le chef de l’armée Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> FAITS DIVERS

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Un stade d’Alep a hébergé le premier match de football depuis la libération de la ville des terroristes, en décembre 2016. La police militaire russe a assuré la sécurité des deux équipes syriennes de la Première ligue et des quelque 6 000 fans venus pour apporter leur soutien aux footballeurs.

Le premier match de football à Alep après la libération de la ville.

Le premier match de la Première ligue syrienne s'est déroulé à Alep depuis la libération de la ville. Le club local Al-Ittihad affrontait l'El-Jaish de Damas, l'un des meilleurs clubs syriens.

La sécurité a été assurée par la police militaire russe lors du match. Alors qu'il n'y a aucune garantie que tous les groupes de «Daech» ont quitté la ville, les policiers russes ont accueilli les fans de football à l'entrée du stade.

«Pareilles mesures sont liées au fait que la situation demeure toujours fragile. Des provocations sont possibles, on confisque les pétards, les dispositifs improvisés peuvent être des explosifs», a expliqué Aslambek Bersanov, le chef de section de la police militaire russe à Alep.

C'est la première rencontre de la Première ligue syrienne dans la ville libérée des groupes extrémistes en décembre 2016. Les tribunes, bien entendu, n'étaient pas bondées. En outre, les fans de la capitale n'ont pas pu assister au match puisque la route de Damas demeure dangereuse.

Néanmoins, les fans locaux ont apporté leur soutien aux deux équipes.

«La vie pacifique refait surface à Alep, le sport revient à Alep. C'est ce dont nous avons rêvé pendant toutes ces années où notre ville était sous le contrôle des terroristes», a confié un fan, Mohammad Zeno.

Omar Hmedi, un joueur d'Al-Ittihad, a souligné qu'avant la guerre «plus de 70 000 fans venaient assister aux matches». Selon lui, «près de 5 000 ou 6 000 personnes se sont déplacées» cette fois-ci pour la première rencontre de la ligue, mais les équipes «ont senti leur appui».

Des entraînements ont été organisés dans la ville d'Alep encore sous les feux des combats. On trouve d'ailleurs au stade des traces de mines sur les pistes de courses à pied.

«Parfois les terroristes ont spécialement lancé des attaques dans la ville lors de nos entraînements. Heureusement, personne parmi les joueurs n'a été blessé», a indiqué le coach en chef du club d'Alep, Mohammad Akil.

Le match a été diffusé en ligne par la télévision syrienne dans l'ensemble du pays, y compris dans les régions contrôlées par les terroristes.

Il est à noter que les takfiristes considèrent comme péché et indigne de jouer au football. On cite même des cas où des personnes auraient été exécutées uniquement pour avoir regardé des matches à la télé…

La ville d'Alep, traditionnellement considérée comme la capitale économique du pays avant la guerre civile, a été complètement libérée en décembre 2016 par l'armée gouvernementale syrienne avec l'appui de ses alliés.

À l'heure actuelle, la ville est entièrement contrôlée par l'armée gouvernementale, mais il y a également des groupes d'extrémistes qui opèrent dans les banlieues.

Source: agences et rédaction

27-04-2017 | 12:39
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut