Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Nucléaire : Lavrov accuse Washington de «provoquer» la Corée du Nord «Une prison géante» : comment les sanctions affectent les citoyens syriens ? Bahreïn: la FIDH demande la libération de son militant Nabeel Rajab L’Iran se prépare à déployer ses navires de guerre dans le golfe du Mexique En vidéo, sayed Nasrallah annonce la fin de l’Etat de «Daech» Des députés tunisiens désavouent la déclaration anti-Hezbollah de la LA Zimbabwe: le nouveau président Mnangagwa succède officiellement à Mugabe Erdogan n’exclut pas des contacts avec Assad Les réseaux sociaux arabes se moquent de MBS, surnommé «l’ours errant» Netanyahou assure une «coopération secrète» entre «Israël» et les pays arabes Allemagne: les sociaux-démocrates prêts à «discuter» pour sortir de la crise Washington va envoyer des F-22 furtifs en Corée du Sud Silence «sans précédent» des chaînes de propagande en ligne de «Daech» «Une célébration du Hezbollah» gagne le concours tchèque de photographie Czech Press Photo L’armée syrienne a repris à «Daech» une nouvelle localité dans la vallée de l’Euphrate Première rencontre interparlementaire Russie-UE depuis 2014 Catalogne: l’indépendance «unilatérale» plus au menu du parti de Puigdemont Le Liban a préservé son taux de croissance positif malgré la situation difficile, dit Salamé Leader Khamenei : la Palestine reste la clé de la défaite des ennemis Discours du 10 novembre 2017 à l’occasion du quarantième de l’imam Hussein et de la Journée du martyr du Hezbollah Même après la défaite de «Daech», les USA ne quitteraient pas la Syrie Les princes saoudiens arrêtés pour corruption seraient torturés La Corée du Nord et Cuba font front commun contre les États-Unis L’Irak lance la dernière offensive dans le désert pour éliminer «Daech» du pays Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Amériques >> Amériques

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le président américain Donald Trump a assuré aux ambassadeurs du Conseil de sécurité de l'ONU que l'avenir du président syrien, Bachar el-Assad, n'était «pas un obstacle» pour mettre fin du conflit, a déclaré mardi l'ambassadeur russe aux Nations unies.

Trump assure que le sort d'Assad n'est «pas un obstacle» en Syrie.

Donald Trump a affirmé lors d'un déjeuner lundi à la Maison Blanche avec les 15 ambassadeurs du Conseil, qu'il appartenait au peuple syrien de décider de son sort, a assuré le représentant russe, Petr Iliichev. «Il a dit que l'avenir d'Assad n'était pas un obstacle», a déclaré M. Iliichev à l'AFP.

Pour Donald Trump, «qu'il reste ou qu'il parte n'est pas important. Ce qui est important, c'est le processus politique, la cessation de l'effusion de sang, des hostilités (...). Et alors le peuple décidera», a-t-il ajouté.

Les pourparlers sous l'égide de l'ONU pour mettre fin à la guerre de six ans en Syrie sont dans l'impasse, la soi-disant «opposition» exigeant le départ du président légitime Bachar el-Assad avant tout accord de paix.

La Russie, allié indéfectible de Damas, insiste pour que le sort de M. Assad soit réglé par des élections qui se tiendraient dans le cadre d'une transition politique.

L'ambassadeur britannique Matthew Rycroft a dit comprendre de son côté que la politique de Donald Trump en Syrie était de «mettre fin au conflit le plus rapidement possible » et que cela impliquait des «discussions politiques qui conduiront à une transition après laquelle Assad ne sera plus au pouvoir».

Pendant la campagne électorale, Donald Trump avait lancé l'idée d'une coopération avec Damas pour lutter contre «Daech». Mais le président américain a estimé après l'attaque chimique présumée à Khan Cheikhoun que le président syrien avait «franchi beaucoup de lignes rouges» et que son attitude envers lui avait «beaucoup changé».

Mardi 4 avril, une frappe aérienne sur la ville de Khan Cheikhoun dans la province d'Idlib, en Syrie, a été suivie par l'intoxication aux produits chimiques de nombreux habitants.

Des pays occidentaux en imputent la responsabilité aux forces gouvernementales syriennes. Par ailleurs, ces pays n’ont jamais montré des preuves qui appuient leurs accusations.

Damas rejette ces accusations et explique que le bombardement aérien sur Khan Cheikhoun a touché un entrepôt d'armes chimiques de groupes terroristes, dont les agents actifs ont alors contaminé la population.

La Syrie et la Corée du Nord ont été les principaux sujets de discussion entre Donald Trump et les membres du Conseil, mais les ambassadeurs ont également exprimé leurs inquiétudes sur les réductions annoncées des financements américains aux Nations Unies.

Source: agences et rédaction

26-04-2017 | 12:28
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut