Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

Un ministre israélien invite le roi saoudien à prendre l’initiative du dialogue avec «Tel-Aviv» Les renseignements allemands ont espionné la Maison Blanche Policier poignardé dans un aéroport américain: le FBI enquête sur un «acte de terrorisme» Sayed Khamenei: défendre la Palestine c’est défendre la vérité Syrie: Macron ne voit pas de successeur légitime à Bachar Al-Assad «Daech» a détruit la mosquée Al-Nouri, emblème du vieux Mossoul Le leader de «Daech» Al-Baghadi aurait été tué dans une frappe russe Les USA avancent leurs conditions pour des négociations avec Pyongyang Afghanistan: attentat-suicide contre une mosquée à Kaboul, au moins 4 martyrs Arabie: Un militant détenu depuis son retour forcé Les Qataris se ruent dans les supermarchés après la fermeture de l’unique frontière du pays L’aviation nord-coréenne s’entraîne à frapper les porte-avions US Malgré ses frappes au Yémen, Washington vendra d’armes pour $100 mds à Riyad Cyberattaque au Royaume-Uni: Theresa May évoque une «attaque internationale» Présidentielles françaises : recul des Socialistes et autres partis traditionnels Le Venezuela décidé à se retirer de l’Organisation des États américains La Réunion: deux policiers blessés par un terroriste présumé Le premier match de football à Alep après la libération de la ville Grève de la faim de prisonniers palestiniens: la Ligue arabe en appelle à la Croix-Rouge Syrie: funérailles massives des martyrs du massacre de Rachidine Maroc: vote de confiance des députés au nouveau gouvernement UE: protection accordée à plus de 700.000 demandeurs d’asile en 2016 L’imam Khomeiny de la naissance à la révolution Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Syrie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le Pentagone nie avoir délibérément ciblé une mosquée, lors d'un raid aérien ayant causé la mort de dizaines de civils. Or, selon Human Rights Watch (HRW), une surveillance aérienne aurait pu permettre de savoir qu'il s'agissait d'une infrastructure civile.

HRW accuse Washington de négliger les civils après un raid aérien meurtrier en Syrie.

«Les forces [armées] des Etats-Unis semblent avoir échoué à prendre les précautions nécessaires pour éviter [de provoquer] des victimes civiles» lors de la frappe aérienne menée le 16 mars sur une mosquée syrienne, a dénoncé l'ONG HRW, dans un rapport paru le 18 avril.

Ole Solvang, directeur adjoint du département des urgences de HRW, n'a pas mâché ses mots en expliquant: «Les Etats-Unis semblent avoir fait plusieurs choses complètement erronées dans cette attaque, et des dizaines de civils en ont payé le prix».

L'organisation non gouvernementale révèle qu'elle a interviewé 14 personnes et travaillé conjointement avec d'autres organisations pour analyser les images du raid aérien américain mené sur le village d'al-Jineh, dans la province d'Alep.

Si HRW a précisé que la mosquée n'avait pas l'apparence d'un lieu de culte à cause de l’absence de minaret, l'ONG a toutefois estimé qu'une surveillance aérienne aurait pu montrer que des dizaines, voire des centaines de personnes s'y rassemblaient régulièrement pour prier.

HRW a également souligné n'avoir trouvé aucune preuve indiquant que des responsables d'«Al-Qaïda» se trouvaient dans la mosquée au moment du raid aérien.

«Frapper une mosquée juste avant la prière et ensuite attaquer des gens tentant de fuir, sans savoir si ce sont des civils ou des combattants, pourrait bien avoir été [un acte] disproportionné ou aveugle», a estimé l'ONG dans son rapport.

L'organisation non gouvernementale a rappelé que le droit de la guerre interdisait de prendre pour cible des civils ou des infrastructures civiles.

«Les graves violations du [droit] de la guerre peuvent constituer des crimes de guerre», a prévenu HRW.

L'ONG a demandé aux autorités américaines de mener une enquête objective et d'en rendre publics les détails.

Le Pentagone avait dans un premier temps affirmé que le raid visait «une réunion de chefs d'Al-Qaïda» et démenti qu'une mosquée eût été touchée dans l'attaque aérienne.

Il avait annoncé avoir ouvert une procédure «d'évaluation de la crédibilité» d'informations sur des victimes civiles.

Une cinquantaine de personnes auraient perdu la vie lors de ce raid aérien, selon des témoins.

Source: agences et rédaction

19-04-2017 | 14:54
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut