Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Les médecins révèlent le lien entre la teinture des cheveux et le cancer Le président libanais prône «le retour en toute sécurité» des déplacés syriens Bahreïn négocie l’achat de S-400 russes Des avions israéliens bombardent une batterie de missiles en Syrie Interview de Macron: 61% des Français «pas convaincus» par la prestation du président Par leur décision sur l’Iran, les USA démontrent leur instabilité dans les négociations Les sanctions américaines: un vulgaire acte de vengeance Blair: «J’ai commis l’irréparable en cédant aux pressions d’Israël» Moscou : la coalition ménage «al-Nosra» pour renverser Assad Le leader catalan propose une rencontre au Premier ministre espagnol Moscou: les raids de la coalition à Raqqa n’ont apporté pour le moment que des milliers de victimes Exercices conjoints de Séoul et Washington au large de la Corée Les forces irakiennes prennent aux Kurdes la principale base militaire dans la province de Kirkouk Pyongyang : Nos programmes nucléaires sont destinés à nous protéger de la destruction Nucléaire: pour Téhéran, le discours de Trump viole l’accord Somalie: 276 morts et 300 blessés dans l’attentat de samedi à Mogadiscio Maroc: démantèlement d’une «cellule terroriste» liée à «Daech» Les Saoudiennes veulent aussi conduire des taxis La cause de la mort prématurée de centaines de milliers d’Européens dévoilée Le refus de délivrer des visas US à des militaires russes inacceptable pour Moscou Rohingyas: Annan pousse l’ONU à faire pression pour un retour des réfugiés Erdogan: la Turquie «n’a pas besoin» de l’UE La Française Audrey Azoulay devient la nouvelle «patronne» de l’Unesco Syrie : une offensive terroriste massive brisée par l’armée près de la frontière irakienne La saison des ouragans n’est pas terminée, Ophelia se rapproche de l’Europe Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Syrie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le Pentagone nie avoir délibérément ciblé une mosquée, lors d'un raid aérien ayant causé la mort de dizaines de civils. Or, selon Human Rights Watch (HRW), une surveillance aérienne aurait pu permettre de savoir qu'il s'agissait d'une infrastructure civile.

HRW accuse Washington de négliger les civils après un raid aérien meurtrier en Syrie.

«Les forces [armées] des Etats-Unis semblent avoir échoué à prendre les précautions nécessaires pour éviter [de provoquer] des victimes civiles» lors de la frappe aérienne menée le 16 mars sur une mosquée syrienne, a dénoncé l'ONG HRW, dans un rapport paru le 18 avril.

Ole Solvang, directeur adjoint du département des urgences de HRW, n'a pas mâché ses mots en expliquant: «Les Etats-Unis semblent avoir fait plusieurs choses complètement erronées dans cette attaque, et des dizaines de civils en ont payé le prix».

L'organisation non gouvernementale révèle qu'elle a interviewé 14 personnes et travaillé conjointement avec d'autres organisations pour analyser les images du raid aérien américain mené sur le village d'al-Jineh, dans la province d'Alep.

Si HRW a précisé que la mosquée n'avait pas l'apparence d'un lieu de culte à cause de l’absence de minaret, l'ONG a toutefois estimé qu'une surveillance aérienne aurait pu montrer que des dizaines, voire des centaines de personnes s'y rassemblaient régulièrement pour prier.

HRW a également souligné n'avoir trouvé aucune preuve indiquant que des responsables d'«Al-Qaïda» se trouvaient dans la mosquée au moment du raid aérien.

«Frapper une mosquée juste avant la prière et ensuite attaquer des gens tentant de fuir, sans savoir si ce sont des civils ou des combattants, pourrait bien avoir été [un acte] disproportionné ou aveugle», a estimé l'ONG dans son rapport.

L'organisation non gouvernementale a rappelé que le droit de la guerre interdisait de prendre pour cible des civils ou des infrastructures civiles.

«Les graves violations du [droit] de la guerre peuvent constituer des crimes de guerre», a prévenu HRW.

L'ONG a demandé aux autorités américaines de mener une enquête objective et d'en rendre publics les détails.

Le Pentagone avait dans un premier temps affirmé que le raid visait «une réunion de chefs d'Al-Qaïda» et démenti qu'une mosquée eût été touchée dans l'attaque aérienne.

Il avait annoncé avoir ouvert une procédure «d'évaluation de la crédibilité» d'informations sur des victimes civiles.

Une cinquantaine de personnes auraient perdu la vie lors de ce raid aérien, selon des témoins.

Source: agences et rédaction

19-04-2017 | 14:54
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut