Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Le commandant des forces syriennes à Deir ez-Zor tombe en martyre Une BD apprend aux Japonais à se comporter pendant une attaque nucléaire Le chef d’état-major iranien à Damas pour lutter contre «sionistes et terroristes» Sayed Khameneï: Si les USA déchirent l’accord nucléaire, nous allons le réduire en miettes Destruction massive de villages rohingyas en Birmanie, nouvelles images satellite Cisjordanie: «Israël» fait fermer des bureaux de production pour médias La menace terroriste en Europe est la plus forte depuis 30 ans, selon le MI5 Bahreïn commande seize F-16V «Israël» fait avancer des plans pour 1.292 logements en Cisjordanie occupée Irak: les forces irakiennes ont atteint leurs objectifs, annonce l’armée A Barcelone, 200.000 personnes manifestent contre l’incarcération de deux indépendantistes Réservoirs d’ammoniac à «Haïfa»: «Israël» vit dans la terreur Un juge américain suspend le dernier décret migratoire de Trump Libye: quelque 20.500 migrants détenus à Sabratha, selon l’ONU 582.000 Rohingyas de Birmanie réfugiés au Bangladesh depuis le 25 août, selon l’ONU Vu d’«Israël». Nucléaire iranien : Trump est une bénédiction et une malédiction «Israël» approuve 31 logements à al-Khalil, une première depuis 2002 Californie: les pompiers domptent les feux, le bilan grimpe à 41 morts Les services de renseignement voulaient recruter le terroriste Mohammed Merah Philippines: Marawi «libérée» de «Daech» mais les combats continuent, dit Duterte Donald Trump: La fin de l’accord nucléaire iranien est une «réelle possibilité» Brexit: Juncker et May conviennent d’«accélérer les efforts» pour un accord Le Hezbollah condamne le double attentat terroriste qui a frappé Mogadiscio Attaque au couteau à Londres : un mort et deux blessés Irak : un groupe yazidi reprend Sinjar après le retrait kurde Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Syrie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Un journaliste britannique renommé a accusé les pays occidentaux d’exercer «l’apogée de l'hypocrisie» envers la Syrie, suite au mutisme occidental observé après le massacre de la région Al-Rachidine contre les civils dont de nombreux enfants. Alors que ces mêmes pays s'étaient soulevés après le bombardement chimique de Khan Shaikhoun, imputé à tort au régime syrien.

Mutisme après le massacre d’Al-Rachidin: L’Occident représente le summum de l’hypocrisie

Le journaliste britannique Robert Fisk a publié un article dans le journal «The Independent», dans lequel il a comparé la réaction de l'Occident entre l'attaque chimique de Khan Shaikhoun et le massacre commis contre les habitants de Kefarya et Faoua à la périphérie d'Alep. Fisk a accusé ces pays occidentaux de représenter le summum de l’hypocrisie.

L'auteur a fait remarquer que le massacre barbare perpétré dans la région Al-Rachidine a était suivi d'un mutisme total par l’occident et les médias internationaux, bien que le nombre d'enfants victimes à Rachidine dépasse celui de Khan Shaikhoun. L'auteur a également souligné que le président américain Donald Trump a ordonné une frappe militaire contre la Syrie après l’incident de Khan Shaikhoun et a bénéficié d'un large soutien de la part des médias internationaux, ainsi que de la plupart des pays occidentaux.

Le journaliste a souligné qu’en revanche Trump n'a publié aucun mot sur son compte Twitter concernant le massacre du quartier Al-Rachidin, alors que l'Union européenne n'a émis aucune réaction. Il a décrit ce silence d’atroce et honteux, avançant que les auteurs du massacre appartiendraient à l'un des groupes armés par l'occident.

Partant de là, il a expliqué que l'Occident ne cherche qu'à reprocher au président syrien Bachar al-Assad, l'accusant d'être responsable de l'attaque chimique à Khan Sheikhoun. Pour les pays occidentaux, personne ne devrait remettre en question le «régime brutal» ou «les pratiques répressives de ce régime», a-t-il ajouté.

Dans ce même cadre, l’auteur a affirmé qu'il y a de véritables doutes sur la responsabilité du président syrien dans le massacre de Khan Sheikhoun, même parmi les arabes hostiles au régime syrien. Il a souligné que la version du gouvernement syrien selon laquelle l'aviation syrienne a bombardé l'entrepôt du «Front Al-Nosra» à Khan Sheikhoun dans lequel se trouvaient des matières toxiques, est similaire à la version américaine au lendemain du meurtre de centaines de civils irakiens à Mossoul, en mars dernier. L'auteur ajoute que les réactions des pays occidentaux face aux deux incidents prouvent l'implication de ces pays, dans la guerre syrienne.

Source : Al-Ahed, traduit par l'équipe du site

19-04-2017 | 13:31
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut