Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

Un ministre israélien invite le roi saoudien à prendre l’initiative du dialogue avec «Tel-Aviv» Les renseignements allemands ont espionné la Maison Blanche Policier poignardé dans un aéroport américain: le FBI enquête sur un «acte de terrorisme» Sayed Khamenei: défendre la Palestine c’est défendre la vérité Syrie: Macron ne voit pas de successeur légitime à Bachar Al-Assad «Daech» a détruit la mosquée Al-Nouri, emblème du vieux Mossoul Le leader de «Daech» Al-Baghadi aurait été tué dans une frappe russe Les USA avancent leurs conditions pour des négociations avec Pyongyang Afghanistan: attentat-suicide contre une mosquée à Kaboul, au moins 4 martyrs Arabie: Un militant détenu depuis son retour forcé Les Qataris se ruent dans les supermarchés après la fermeture de l’unique frontière du pays L’aviation nord-coréenne s’entraîne à frapper les porte-avions US Malgré ses frappes au Yémen, Washington vendra d’armes pour $100 mds à Riyad Cyberattaque au Royaume-Uni: Theresa May évoque une «attaque internationale» Présidentielles françaises : recul des Socialistes et autres partis traditionnels Le Venezuela décidé à se retirer de l’Organisation des États américains La Réunion: deux policiers blessés par un terroriste présumé Le premier match de football à Alep après la libération de la ville Grève de la faim de prisonniers palestiniens: la Ligue arabe en appelle à la Croix-Rouge Syrie: funérailles massives des martyrs du massacre de Rachidine Maroc: vote de confiance des députés au nouveau gouvernement UE: protection accordée à plus de 700.000 demandeurs d’asile en 2016 L’imam Khomeiny de la naissance à la révolution Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Syrie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Seul le peuple syrien est en droit de décider du sort de son pays et de celui de son Président, a souligné la présidente du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe), Valentina Matvienko.

«Assad partira, et après? Et après, ça sera le chaos».

La Russie ne s'assigne pas pour objectif de maintenir au pouvoir le président syrien Bachar el-Assad, mais s'oppose aux renversements orchestrés depuis l'étranger, tout en défendant les principes et les normes du droit international, a déclaré dans une interview accordée à Sputnik la sénatrice russe Valentina Matvienko.

«Quant à Bachar el-Assad, la pratique du renversement des régimes indésirables, des présidents indésirables, a déjà illustré son potentiel négatif et ses conséquences tragiques, d'une extrême gravité. […] Nous ne cessons de poser à nos partenaires la question suivante: "Assad partira, et après ?". Et après, ça sera le chaos, l'éclatement du pays, soit ce qui est arrivé à la Libye, ce qui se passe à présent en Irak, ce sera la montée en puissance du terrorisme international, ce sera une menace pour le monde entier», a prévenu Mme Matvienko.

Et d'ajouter que la Russie insistait sur le lancement le plus rapidement possible de l'examen d'une Constitution qui définisse l'organisation du futur État syrien, ainsi que d'une loi sur des élections démocratiques qui soient conformes aux standards internationaux.

«C'est pour cela que nous avons organisé des négociations à Astana, et bien qu'aucune percée spectaculaire n'y ait été réalisée, le fait même que les représentants du gouvernement et les dirigeants de certaines formations en Syrie se sont mis à la table des négociations est déjà très important en soi», a relevé la chef du Sénat russe.

Mme Matvienko a qualifié de «très mauvaise histoire» la frappe américaine contre une base aérienne en Syrie.

«Si la communauté internationale ne sanctionne pas de telles actions, l'ordre mondial ne manquera pas de s'effondrer et le chaos ne tardera pas à s'instaurer dans le monde», a-t-elle poursuivi.

Selon la sénatrice, Washington a voulu montrer les muscles, mais s'adresse avant tout à son propre pays, où la situation politique est actuellement compliquée, ce qui rend difficile le fonctionnement de la nouvelle administration américaine.

«Nous entendons des signaux positifs émanant du président américain Donald Trump et de certains membres de son équipe qui témoignent de leur compréhension du fait que nos deux grandes puissances se doivent de normaliser leurs relations bilatérales. […] Il y a toutefois des ambitions, comme l'éternelle volonté de manifester le leadership des États-Unis dans le monde», a noté Mme Matvienko.

La sénatrice a indiqué qu'on avait bien l'impression que les «russophobes» américains vivaient dans une réalité virtuelle et ne comprenaient toujours pas que le monde avait changé.

«Le monde est d'ores et déjà multipolaire. Plusieurs centres d'influence économique et politique y ont déjà fait leur apparition. Le monde est tout autre aujourd'hui», a conclu la sénatrice.

Source: agences et rédaction

19-04-2017 | 12:07
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut