Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Sayed Nasrallah: «Ce qui se passe aujourd’hui est un signe annonciateur de la victoire définitive» Un cadeau précieux... fait avec amour Attentat déjoué à La Mecque: l’Iran condamne, se dit prêt à coopérer Philippines: le chef du groupe «Daech» aurait fui Marawi, selon l’armée L’ONU rejette les accusations d’«Israël» sur le Hezbollah maquillé en ONG La Russie a intercepté 14 avions étrangers près de ses frontières cette semaine (rapport) Belgique: huit princesses émiraties condamnées pour traite d’êtres humains Arabie saoudite: Le prince des fiascos veut devenir roi Centres de torture au Yémen : les Etats-Unis auraient leurs entrées Le Hezbollah condamne l’attentat déjoué à La Mecque: la pensée criminelle touche tout le monde sans discrimination Cinq tours à Londres évacuées immédiatement pour risques d’incendie Le leader de «Daech» Al-Baghadi aurait été tué dans une frappe russe Les USA avancent leurs conditions pour des négociations avec Pyongyang Afghanistan: attentat-suicide contre une mosquée à Kaboul, au moins 4 martyrs Arabie: Un militant détenu depuis son retour forcé Les Qataris se ruent dans les supermarchés après la fermeture de l’unique frontière du pays L’aviation nord-coréenne s’entraîne à frapper les porte-avions US Malgré ses frappes au Yémen, Washington vendra d’armes pour $100 mds à Riyad Cyberattaque au Royaume-Uni: Theresa May évoque une «attaque internationale» Présidentielles françaises : recul des Socialistes et autres partis traditionnels Le Venezuela décidé à se retirer de l’Organisation des États américains La Réunion: deux policiers blessés par un terroriste présumé Le premier match de football à Alep après la libération de la ville Grève de la faim de prisonniers palestiniens: la Ligue arabe en appelle à la Croix-Rouge Syrie: funérailles massives des martyrs du massacre de Rachidine Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Europe >> France

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

A une semaine du premier tour de l'élection présidentielle, le ministre de l'Intérieur Matthias Fekl n'écarte aucun risque d'attaque terroriste.

Présidentielle: des menaces terroristes pèsent sur l'élection et les candidats

Certains candidats ont même été avisés par la DGSI de menaces sur leur personne et leur QG de campagne. «Aucune menace n'est écartée», a confirmé le ministre de l'Intérieur dans un entretien accordée au JDD, dimanche 16 avril. Pour cela, Matthias Fekl a annoncé le déploiement d'un dispositif renforcé pour l'élection présidentielle, la première organisée sous état d'urgence. «Plus de 50.000 policiers et gendarmes sont mobilisés», a-t-il expliqué. «A quoi s'ajoutent les militaires de l'opération Sentinelle» pour assurer la sécurité des 67.000 lieux de vote.

Des menaces prises au sérieux

A sept jours du premier tour, dimanche 27 avril, les services de sécurité français sont particulièrement vigilants quant à une éventuelle menace sur les principaux candidats. A savoir : Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon. Leurs services de sécurité ainsi que leurs équipes de campagne ont d'ailleurs reçu des consignes spécifiques.

Le ministre de l'Intérieur a également rappelé le niveau «menace permanente» dans laquelle se trouve l'Europe comme «en atteste la multiplication des actes de Londres, Stockholm et ailleurs». Matthias Fekl a notamment précisé que «19 interpellations antiterroristes» ont eu lieu en mars. Au moins cinq projets d'attentats ont été déjoués depuis le début de l'année 2017.

Des troubles à l'ordre public en cas de victoire de Marine Le Pen

Le ministre de l'Intérieur a également indiqué que tous les scénarios étaient envisagés pour le second tour de l'élection présidentielle, le dimanche 7 mai. «La République ne saurait tolérer des troubles à l'ordre public», a-t-il précisé au JDD.

Et notamment en cas de victoire de la candidate frontiste, Marine Le Pen. Matthias Fekl a indiqué la possibilité de «débordements venant d'extrémistes de tous bords».

Source: sites web

17-04-2017 | 12:56
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut