Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Nucléaire : Lavrov accuse Washington de «provoquer» la Corée du Nord «Une prison géante» : comment les sanctions affectent les citoyens syriens ? Bahreïn: la FIDH demande la libération de son militant Nabeel Rajab L’Iran se prépare à déployer ses navires de guerre dans le golfe du Mexique En vidéo, sayed Nasrallah annonce la fin de l’Etat de «Daech» Des députés tunisiens désavouent la déclaration anti-Hezbollah de la LA Zimbabwe: le nouveau président Mnangagwa succède officiellement à Mugabe Erdogan n’exclut pas des contacts avec Assad Les réseaux sociaux arabes se moquent de MBS, surnommé «l’ours errant» Netanyahou assure une «coopération secrète» entre «Israël» et les pays arabes Allemagne: les sociaux-démocrates prêts à «discuter» pour sortir de la crise Washington va envoyer des F-22 furtifs en Corée du Sud Silence «sans précédent» des chaînes de propagande en ligne de «Daech» «Une célébration du Hezbollah» gagne le concours tchèque de photographie Czech Press Photo L’armée syrienne a repris à «Daech» une nouvelle localité dans la vallée de l’Euphrate Première rencontre interparlementaire Russie-UE depuis 2014 Catalogne: l’indépendance «unilatérale» plus au menu du parti de Puigdemont Le Liban a préservé son taux de croissance positif malgré la situation difficile, dit Salamé Leader Khamenei : la Palestine reste la clé de la défaite des ennemis Discours du 10 novembre 2017 à l’occasion du quarantième de l’imam Hussein et de la Journée du martyr du Hezbollah Même après la défaite de «Daech», les USA ne quitteraient pas la Syrie Les princes saoudiens arrêtés pour corruption seraient torturés La Corée du Nord et Cuba font front commun contre les États-Unis L’Irak lance la dernière offensive dans le désert pour éliminer «Daech» du pays Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Europe >> France

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

A une semaine du premier tour de l'élection présidentielle, le ministre de l'Intérieur Matthias Fekl n'écarte aucun risque d'attaque terroriste.

Présidentielle: des menaces terroristes pèsent sur l'élection et les candidats

Certains candidats ont même été avisés par la DGSI de menaces sur leur personne et leur QG de campagne. «Aucune menace n'est écartée», a confirmé le ministre de l'Intérieur dans un entretien accordée au JDD, dimanche 16 avril. Pour cela, Matthias Fekl a annoncé le déploiement d'un dispositif renforcé pour l'élection présidentielle, la première organisée sous état d'urgence. «Plus de 50.000 policiers et gendarmes sont mobilisés», a-t-il expliqué. «A quoi s'ajoutent les militaires de l'opération Sentinelle» pour assurer la sécurité des 67.000 lieux de vote.

Des menaces prises au sérieux

A sept jours du premier tour, dimanche 27 avril, les services de sécurité français sont particulièrement vigilants quant à une éventuelle menace sur les principaux candidats. A savoir : Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon. Leurs services de sécurité ainsi que leurs équipes de campagne ont d'ailleurs reçu des consignes spécifiques.

Le ministre de l'Intérieur a également rappelé le niveau «menace permanente» dans laquelle se trouve l'Europe comme «en atteste la multiplication des actes de Londres, Stockholm et ailleurs». Matthias Fekl a notamment précisé que «19 interpellations antiterroristes» ont eu lieu en mars. Au moins cinq projets d'attentats ont été déjoués depuis le début de l'année 2017.

Des troubles à l'ordre public en cas de victoire de Marine Le Pen

Le ministre de l'Intérieur a également indiqué que tous les scénarios étaient envisagés pour le second tour de l'élection présidentielle, le dimanche 7 mai. «La République ne saurait tolérer des troubles à l'ordre public», a-t-il précisé au JDD.

Et notamment en cas de victoire de la candidate frontiste, Marine Le Pen. Matthias Fekl a indiqué la possibilité de «débordements venant d'extrémistes de tous bords».

Source: sites web

17-04-2017 | 12:56
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut