Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

Sayed Nasrallah: ’ Ce qui se passe aujourd’hui est un signe annonciateur de la victoire définitive’ Journée mondiale d’al-Qods: manifestations à Bahreïn et en Irak (photos) La Journée mondiale d’al-Qods célébrée en Iran (photos) Les Iraniens célèbrent la Journée mondiale d’al-Qods Moscou sûr «à près de 100%» de la mort de Baghdadi L’Occident doit changer de cap pour sauver l’accord nucléaire, prévient Téhéran Yémen: l’ONU s’attend à 300.000 cas de choléra fin août La marine russe tire des missiles Kalibr contre «Daech» en Syrie Pakistan: explosion devant un QG de la police à Quetta, au moins 11 morts La Corée du Nord a testé un nouveau moteur pour ses missiles Le leader de «Daech» Al-Baghadi aurait été tué dans une frappe russe Les USA avancent leurs conditions pour des négociations avec Pyongyang Afghanistan: attentat-suicide contre une mosquée à Kaboul, au moins 4 martyrs Arabie: Un militant détenu depuis son retour forcé Les Qataris se ruent dans les supermarchés après la fermeture de l’unique frontière du pays L’aviation nord-coréenne s’entraîne à frapper les porte-avions US Malgré ses frappes au Yémen, Washington vendra d’armes pour $100 mds à Riyad Cyberattaque au Royaume-Uni: Theresa May évoque une «attaque internationale» Présidentielles françaises : recul des Socialistes et autres partis traditionnels Le Venezuela décidé à se retirer de l’Organisation des États américains La Réunion: deux policiers blessés par un terroriste présumé Le premier match de football à Alep après la libération de la ville Grève de la faim de prisonniers palestiniens: la Ligue arabe en appelle à la Croix-Rouge Syrie: funérailles massives des martyrs du massacre de Rachidine Maroc: vote de confiance des députés au nouveau gouvernement Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Asie >> Asie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a remporté dimanche une courte victoire au référendum sur le renforcement de ses pouvoirs, mais l'opposition, qui l'accuse de dérive autoritaire, criait à la fraude.

Référendum en Turquie: victoire étriquée du «oui», Erdogan salue une décision «historique».

Erdogan, 63 ans, recherchait un plébiscite. Toutefois, selon les résultats diffusés par l'agence de presse progouvernementale Anadolu, le «oui» n'a recueilli que 51,35% des suffrages dimanche après dépouillement des bulletins dans 99% des urnes.

Le chef du Haut-Conseil électoral (YSK) a confirmé la victoire du «oui», précisant qu'il devançait le «non» de quelque 1,25 million de voix, avec seulement 600.000 bulletins de vote qui restent à dépouiller. Quelque 55,3 millions de Turcs étaient appelés à voter.

Dans un discours télévisé, le chef de l'Etat a salué une «décision historique» du peuple turc et appelé les pays étrangers à «respecter» le résultat du scrutin.

«Consensus national»

Peu après, il a évoqué la possibilité d'organiser un nouveau référendum, cette fois-ci sur le rétablissement de la peine capitale, une initiative qui sonnerait le glas du processus d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne.

Peu avant l'intervention d’Erdogan, le Premier ministre Binali Yildirim avait lui aussi revendiqué la victoire du «oui» dans une allocution au siège de l'AKP, parti au pouvoir, à Ankara.

Réagissant à la courte victoire du oui, l'UE a pressé la Turquie de chercher un «consensus national». Une crise diplomatique avait opposé Ankara à plusieurs pays de l'UE, notamment l'Allemagne et les Pays-Bas, après l'interdiction de meeting de soutien à Erdogan sur leur sol pendant la campagne.

Les deux principaux partis d'opposition, le CHP et le HDP (prokurde), ont dénoncé des «manipulations» au cours du référendum et annoncé qu'ils feraient appel du résultat.

Ils fustigent notamment une mesure annoncée à la dernière minute par le Haut-Conseil électoral considérant comme valides les bulletins ne comportant pas le tampon officiel du bureau de vote dans lequel ils ont été glissés dans l'urne.

Cette mesure a «rendu sujet à débat la légitimité du référendum», et «jeté une ombre sur la décision de la nation», a affirmé le chef du CHP, Kemal Kiliçdaroglu.

Istanbul et Ankara ont voté «non»

Quelques milliers de manifestants contestant la victoire du «oui» ont scandé des slogans hostiles à Erdogan dans les quartiers de Besiktas et Kadiköy à Istanbul, selon des photographes de l'AFP. Aucun incident n'a été signalé lors de ces manifestations.

En dépit de la victoire annoncée du oui dans l'ensemble du pays, le camp du non l'a emporté dans les trois principales villes, Istanbul, Ankara et Izmir. Les régions peuplées en majorité de Kurdes du sud-est ont aussi massivement voté contre l'accroissement des prérogatives du chef de l'Etat.

«C'est une victoire pour Erdogan, mais aussi une défaite. Il a perdu Istanbul, là où il a entamé sa carrière politique» en devenant maire en 1994, a écrit sur Twitter Soner Cagaptay, analyste spécialiste de la Turquie au Washington Institute.

La révision constitutionnelle prévoit en particulier l'abolition du poste de Premier ministre au profit d'un hyperprésident, alors qu’Erdogan est déjà accusé d'autoritarisme par ses détracteurs.

Neuf mois après le putsch

Avec cette victoire Erdogan, qui a échappé à une tentative de putsch le 15 juillet, disposera non seulement de pouvoirs considérablement renforcés, mais pourrait en théorie rester à la tête de l'Etat jusqu'en 2029. Il a occupé le poste de chef du gouvernement entre 2003 et 2014, avant d'être élu président.

Le gouvernement présente cette révision constitutionnelle comme indispensable pour assurer la stabilité de la Turquie et lui permettre de faire face aux défis sécuritaires et économiques.

L'opposition et les ONG ont déploré une campagne inéquitable, avec une nette prédominance du «oui» dans les rues et les médias.

La Turquie est par ailleurs sous état d'urgence depuis le putsch manqué. Quelque 47.000 personnes ont été arrêtées et plus de 100.000 limogées ou suspendues de leurs fonctions.

Source: agences et rédaction

17-04-2017 | 09:19
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut