Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Nucléaire : Lavrov accuse Washington de «provoquer» la Corée du Nord «Une prison géante» : comment les sanctions affectent les citoyens syriens ? Bahreïn: la FIDH demande la libération de son militant Nabeel Rajab L’Iran se prépare à déployer ses navires de guerre dans le golfe du Mexique En vidéo, sayed Nasrallah annonce la fin de l’Etat de «Daech» Des députés tunisiens désavouent la déclaration anti-Hezbollah de la LA Zimbabwe: le nouveau président Mnangagwa succède officiellement à Mugabe Erdogan n’exclut pas des contacts avec Assad Les réseaux sociaux arabes se moquent de MBS, surnommé «l’ours errant» Netanyahou assure une «coopération secrète» entre «Israël» et les pays arabes Allemagne: les sociaux-démocrates prêts à «discuter» pour sortir de la crise Washington va envoyer des F-22 furtifs en Corée du Sud Silence «sans précédent» des chaînes de propagande en ligne de «Daech» «Une célébration du Hezbollah» gagne le concours tchèque de photographie Czech Press Photo L’armée syrienne a repris à «Daech» une nouvelle localité dans la vallée de l’Euphrate Première rencontre interparlementaire Russie-UE depuis 2014 Catalogne: l’indépendance «unilatérale» plus au menu du parti de Puigdemont Le Liban a préservé son taux de croissance positif malgré la situation difficile, dit Salamé Leader Khamenei : la Palestine reste la clé de la défaite des ennemis Discours du 10 novembre 2017 à l’occasion du quarantième de l’imam Hussein et de la Journée du martyr du Hezbollah Même après la défaite de «Daech», les USA ne quitteraient pas la Syrie Les princes saoudiens arrêtés pour corruption seraient torturés La Corée du Nord et Cuba font front commun contre les États-Unis L’Irak lance la dernière offensive dans le désert pour éliminer «Daech» du pays Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Asie >> Asie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le président turc Recep Tayyip Erdogan tient samedi ses ultimes meetings de campagne pour rallier les électeurs à la veille d'un référendum crucial sur le renforcement de ses pouvoirs.

Turquie: la veille du référendum, Erdogan tente de convaincre le plus grand nombre d'électeurs

«Les derniers messages», titre le quotidien Hürriyet, tandis que quatre meetings étaient samedi à l'agenda du président et cinq à celui du Premier ministre Binali Yildirim, tous à Istanbul.

L'objectif est de convaincre un grand nombre d'électeurs encore indécis pour ce scrutin qui s'annonce serré.

«Si Dieu le veut, demain soir la Turquie fera la fête», a déclaré Erdogan lors de son premier meeting de samedi, appelant les Turcs à se rendre aux urnes.

Neuf mois après un putsch manqué contre Erdogan, les Turcs sont appelés à voter dimanche pour ou contre une révision constitutionnelle qui prévoit notamment la suppression du poste de Premier ministre au profit d'un hyperprésident qui concentrera entre ses mains de vastes prérogatives.

Le gouvernement présente cette réforme comme indispensable pour assurer la stabilité du pays, et pour lui permettre d'affronter les défis sécuritaires et économiques. Mais l'opposition y voit une nouvelle dérive autoritaire d'un homme qu'ils accusent de chercher à museler toute voix critique, surtout depuis la tentative de coup d'Etat du 15 juillet par des militaires factieux.

Inquiétude

Le parti au pouvoir, l'AKP (islamo-conservateur), porte ce projet avec le parti nationaliste MHP. Une alliance nécessaire mais fragile, les nationalistes étant divisés sur la réforme.

Le président a dû rassurer vendredi ses alliés nationalistes après que le dirigeant du MHP, Devlet Bahçeli, a accusé un conseiller d’Erdogan d'avoir suggéré que le fédéralisme était envisageable après le référendum. «Il n'y a rien de tel à l'agenda», a assuré le président turc.

Le MHP s'oppose à toute sorte de fédéralisme qui accorderait notamment aux régions kurdes du sud-est de la Turquie une forme d'autonomie.

Les observateurs estiment que l'issue du référendum sera grandement déterminée par l'électorat nationaliste, qui s'oppose à toute concession envers les Kurdes et redoute un adoucissement de la position d’Erdogan sur cette question après le référendum.

Signe de l'inquiétude suscitée chez les dirigeants turcs par les remarques de Bahçeli, le Premier ministre a affirmé vendredi qu'il remettrait immédiatement sa démission «s'il y a un seul article dans (la réforme constitutionnelle) ouvrant la voie à un Etat fédéral».

Sécurité

La sécurité occupe également une grande place dans l'organisation du scrutin, les autorités multipliant les arrestations dans les milieux terroristes.

Cinq membres présumés du groupe «Daech», soupçonnés de préparer un attentat d'envergure avant le référendum, ont été interpellés vendredi à Istanbul, alors que 19 autres avaient déjà été arrêtés mardi à Izmir (ouest).

Le groupe «Daech» a appelé dans le dernier numéro de son hebdomadaire Al-Naba à des attaques contre les bureaux de vote en Turquie lors du référendum.

La Turquie a été frappée ces derniers mois par une vague sans précédent d'attaques meurtrières, liées au groupe «Daech» et à la rébellion kurde. Quelque 33.600 policiers seront déployés dimanche à Istanbul pour assurer la bonne tenue du scrutin, selon l'agence progouvernementale Anadolu.

Recep Tayyip Erdogan, 63 ans, a occupé le poste de Premier ministre entre 2003 et 2014 avant d'être élu président, une fonction censée être largement protocolaire. Aux termes de la révision constitutionnelle, il pourrait rester au pouvoir jusqu'en 2029.

L'ONU a accusé la Turquie de «violations massives» contre le droit à l'éducation et au travail, affirmant que 134.000 fonctionnaires ont été démis de leurs fonctions depuis l'instauration de l'état d'urgence au lendemain du putsch manqué du 15 juillet. Le ministère turc des Affaires étrangères a rejeté ce qu'il a décrit comme une «déclaration politique» en amont du référendum.

La campagne prend officiellement fin samedi à 18H00 (15H00 GMT). Dimanche, les bureaux de vote ouvriront entre 7H00 et 8H00 (04H00 et 05H00 GMT).

Source: agences

15-04-2017 | 15:01
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut