Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Nucléaire : Lavrov accuse Washington de «provoquer» la Corée du Nord «Une prison géante» : comment les sanctions affectent les citoyens syriens ? Bahreïn: la FIDH demande la libération de son militant Nabeel Rajab L’Iran se prépare à déployer ses navires de guerre dans le golfe du Mexique En vidéo, sayed Nasrallah annonce la fin de l’Etat de «Daech» Des députés tunisiens désavouent la déclaration anti-Hezbollah de la LA Zimbabwe: le nouveau président Mnangagwa succède officiellement à Mugabe Erdogan n’exclut pas des contacts avec Assad Les réseaux sociaux arabes se moquent de MBS, surnommé «l’ours errant» Netanyahou assure une «coopération secrète» entre «Israël» et les pays arabes Allemagne: les sociaux-démocrates prêts à «discuter» pour sortir de la crise Washington va envoyer des F-22 furtifs en Corée du Sud Silence «sans précédent» des chaînes de propagande en ligne de «Daech» «Une célébration du Hezbollah» gagne le concours tchèque de photographie Czech Press Photo L’armée syrienne a repris à «Daech» une nouvelle localité dans la vallée de l’Euphrate Première rencontre interparlementaire Russie-UE depuis 2014 Catalogne: l’indépendance «unilatérale» plus au menu du parti de Puigdemont Le Liban a préservé son taux de croissance positif malgré la situation difficile, dit Salamé Leader Khamenei : la Palestine reste la clé de la défaite des ennemis Discours du 10 novembre 2017 à l’occasion du quarantième de l’imam Hussein et de la Journée du martyr du Hezbollah Même après la défaite de «Daech», les USA ne quitteraient pas la Syrie Les princes saoudiens arrêtés pour corruption seraient torturés La Corée du Nord et Cuba font front commun contre les États-Unis L’Irak lance la dernière offensive dans le désert pour éliminer «Daech» du pays Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Afrique >> Afrique

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Une «journée de colère», marquée par une grève générale, a été observée par des étudiants tunisiens protestant notamment contre des «violences policières» survenues trois jours plus tôt lors d'une manifestation à Tunis, selon une source syndicale.

Tunisie: journée de colère des étudiants après des «violences policières»

A l’occasion de la «journée de colère», 200 à 300 manifestants ont participé à partir de la mi-journée du 14 avril à un rassemblement sur l'avenue Habib Bourguiba à Tunis, sous un important dispositif sécuritaire -une trentaine de cars de police au total y étaient stationnés-, a constaté un journaliste de l'AFP.

Après avoir scandé des slogans devant le théâtre municipal, ils ont tenté de rejoindre le ministère de l'Intérieur, situé à proximité, mais ont été bloqués par les forces de l'ordre, entraînant quelques bousculades, d'après une source syndicale. Des manifestants et des policiers se sont fait face une partie de l'après-midi sur l'avenue, en partie fermée à la circulation, sans toutefois d'incident majeur.

Selon la radio privée Mosaïque FM, la situation a en revanche été plus tendue à Sfax, la deuxième ville du pays, où la police a notamment fait usage de gaz lacrymogène, à proximité de la préfecture (gouvernorat).

Un dirigeant de l'Union générale des étudiants de Tunisie (UGET), Nidhal Khadraoui, avait auparavant indiqué à l'AFP que la «journée de colère» décrétée par le syndicat visait notamment à dénoncer les «violences policières» ayant émaillé un sit-in le 11 avril devant la présidence du gouvernement. Ce jour-là, «42 étudiants» en droit ont été blessés, «dont cinq grièvement», a-t-il affirmé, soulignant disposer de «photos et vidéos» montrant ces blessures.

Ce sit-in étudiant était intervenu en réaction à un décret ministériel («N. 345») modifiant les conditions d'accès au concours d'entrée à l'Institut supérieur de la magistrature.

Dans une déclaration à Mosaïque FM, le ministre de l'Intérieur Hédi Majdoub a, lui, démenti toute violence de la part des forces de l'ordre, affirmant que les heurts du 11 avril à Tunis avaient opposé deux groupes d'étudiants. «Aucune enquête n'a été ouverte sur ce sujet parce qu'il n'y a eu aucune agression sur les étudiants en droit de la part de l'institution sécuritaire», a-t-il dit.

Source : sites web

15-04-2017 | 10:21
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut